Version en ligne
#38 -  Septembre 2019
 L'ÉDITO DE LA MÉDIATRICE

Mélange des genres

Indignation, colère, désespoir, incompréhension des auditeurs, l’un d’eux évoquant même « la désinformation de nos concitoyens ».  Le blâme est sérieux. De quoi s’agit-il ? D’un reportage dans une matinale ?  D’un papier dans un journal de la mi-journée ? D’une brève aux infos du soir ? Rien de tout cela. Il s’agit d’une chronique signée Daniel Morin. Lundi dernier dans « La Bande Originale » , l’humoriste de France Inter s’est fendu d’un billet sur les avocats, médecins et pilotes de ligne mobilisés contre la réforme des retraites. De l’humour donc.  
De très longs mails décrivant par le menu les honoraires, les salaires bruts, les salaires nets, les heures de travail par semaine, les nuits d’astreinte, les perspectives financières lors de la retraite sont alors arrivés au service de la médiation. Des mails irrités, déçus, reprochant « des jugements de valeur fondés sur des préjugés »  « une méconnaissance totale de la réalité de notre métier d’avocat ». Des mails pointant l’approximation, pire l’intox. 
Décalage vertigineux entre l’intention d’un humoriste et la réception de sa chronique ; chronique à ce titre exemplaire qui pourrait figurer comme « cas d’école » car enfin peut –on infliger à un humoriste les reproches recevables pour un journaliste ? Comment peut-on à ce point assimiler séquence humoristique et travail journalistique ? Signalons également que cette semaine un chroniqueur de « Par Jupiter », comparse de Charline Vanhoenacker, a fait lui aussi les frais de cette confusion inquiétante entre humoriste et journaliste : «  Arrêtez de cracher sur M. Mélenchon. On sait que vous ne l’aimez pas, vous n’êtes pas des juges vous êtes des journalistes qui vous prenez pour des juges.». 
Le journaliste porte la plume dans la plaie, l’humoriste la trempe dans l’acide. Toute charge humoristique peut donc être cynique. Les humoristes créent un univers singulier : ils tordent le réel, le rendent drôle ou cruel et surtout se moquent d’être factuels. Une chronique fait rire ou sourire, elle provoque, blesse parfois. Un humoriste tourne l’important et le sensible en dérision, bouscule les certitudes, les tabous et les pudeurs, il pratique l’outrance et assume outrageusement sa mauvaise foi. 
Inévitablement le rire est polysémique et sa réception est multiple. Il convoque la prise de distance et le rire sur soi lorsqu’il nous vise par ses pointes et ses exubérances. Le temps d’une chronique abandonnons notre esprit de sérieux et acceptons le regard aigre-doux qu’un humoriste pose sur nos travers et notre époque. 


Emmanuelle Daviet
Médiatrice des antennes
​​​​​​​
Voici les dominantes du 16 septembre au 20 septembre 2019 à retrouver dans les messages des auditeurs ci-dessous :

1-  La contestation contagieuse : billet de Daniel Morin
2-  La malédiction Bellamy : billet de Sophia Aram
3-  L'interview d'Isabelle Balkany

4-  Nommer un viol : un viol
5- L'émission L'Esprit Public
6- Le Téléphonne sonne : "Développement personnel"
7- Erratum

LA CONTESTATION CONTAGIEUSE :
​​​​​​​LE BILLET DE DANIEL MORIN

«M. Morin et M. Nagui, Pudeur dites-vous au sujet de la manif des avocats et médecins cet après-midi ? Mais pudeur de quoi ? Savez-vous que 50% des avocats gagnent le SMIC, après une moyenne de 6 à 8 années d'études, minimum 60 heures de travail/ semaine et une pression dingue? Alors pudeur par rapport à qui? A un animateur radio? A un intermittent du spectacle? Pourquoi la réserve des retraites des avocats, 100% financées par les avocats, devrait-elle être spoilée? Pourquoi devrais-je cotiser deux fois plus pour à peine toucher 1100 eurs à la fin de ma carrière (pas avant 70 ans) ? Pudeur ? Pudeur par rapport à votre salaire peut-être, pour juste parler derrière un micro avec ZERO enjeu à la fin de votre journée ? Avez-vous réglé le dossier d'une personne en difficulté à la fin de votre semaine? Avez-vous plaidé devant un juge avec la pression que le client dormira peut-être dans une cellule? Avez-vous travaillé au titre de l'aide juridictionnelle soit quasi gratuitement juste pour aider les autres, au mépris de l'économie de votre cabinet ? Pudeur, je vous retourne le mot.
Au plaisir d'en discuter 
» (France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

LA MALÉDICTION BELLAMY : LE BILLET DE SOPHIA ARAM

« Nous sommes, mon épouse et moi, de fidèles auditeurs de France Inter. Nous ne savons pas ce qu’a dit M. Bellamy et d’ailleurs ça n’a pas d’importance pour nous. Nous savons que ce billet se veut humoristique. Mais nous sommes choqués par la façon dont on ridiculise par sous-entendus les chrétiens à propos d’un sujet aussi grave que la PMA pour toutes. Il est facile de parler de « timbrés » ou d' « illuminés » pour stigmatiser ceux qui ne pensent pas comme vous. Les mots tuent aussi bien que les armes. Alors, s’il vous plaît, un peu de retenue, de décence et de respect pour tous vos auditeurs, quels qu’ils soient. »  (France Inter)

« Je viens d’ecouter l’intervention de Madame Balkany lors de l’émission “Les Informés”. Cette femme a été condamnée par la justice de notre pays, mais elle se voit offrir une tribune de près de 10 minutes sur une antenne nationale, et une interview aussi complaisante de ce journaliste. Au lieu de gloser sur le devoir exemplarité des politiques, la rédaction de franceinfo devrait réfléchir a celui de ses journalistes. Où sont passées l’éthique de vérité, et le devoir d’objectivité ? C’est proprement scandaleux. » (Franceinfo)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

L'INTERVIEW D'ISABELLE BALKANY

« Je viens d’écouter l’intervention de Madame Balkany sur votre antenne. Cette femme a été condamnée par la justice de notre pays, mais elle se voit offrir une tribune de près de 10 minutes sur une antenne nationale, et une interview complaisante. Au lieu de gloser sur le devoir exemplarité des politiques, la rédaction de franceinfo devrait réfléchir à celui de ses journalistes. Où sont passés l’éthique de vérité et le devoir d’objectivité ? C’est proprement scandaleux. » (Franceinfo)

À écouter : samedi 21 septembre à 11h51 et 13h51, Richard Place, directeur adjoint de la rédaction de franceinfo répond à cette critique au micro d'Emmanuelle Daviet.​​​​​​​
​​​​
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

​​​​​​​MERCI DE NOMMER UN VIOL : UN VIOL

La chronique "Pas son genre" du 21 septembre, de Giulia Fois "Le viol n’est pas une sexualité" a fait réagir les auditeurs qui ont été nombreux à écrire à la médiatrice : 

« Merci beaucoup d'avoir remis les points sur les "i", justement, au sujet de ce rapport américain sur les "1ères fois", si mal nommé.
J'ai été cette ado qui a vécu un viol alors qu'elle était vierge… j'ai toujours passé mon tour quand on se racontait "nos premières fois" entre copines, parce que je ne pouvais pas considérer ça comme ma première fois… mais bien comme un dépucelage (malheureusement millénaire).
 Le fait que cette étude ne prononce pas le mot viol et que les journalistes (pour la plupart) reprennent, gênés, les mots de l'étude, pour dénoncer ce fait, mais sans le nommer, m'a aussi retourné la tête ces derniers jours.
 Alors merci d'exprimer tout haut ce que j'avais du mal à me formuler !. »
(France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

L'ÉMISSION "L'ESPRIT PUBLIC"

« Je tiens à vous faire part de mon indignation quant au comportement de Mme Filippetti qui s’en est prise à double titre à M. Couturier en lui demandant de se taire – ce qui est singulier pour une émission de débat – et en prêtant à M Couturier des sentiments de haine envers les conducteurs de RATP. Jamais M. Couturier n’a exprimé de tel sentiment, il n’a fait que mettre en lumière une situation qui peut effectivement choquer, à savoir que des conducteurs de poids lourds travaillent bien plus longtemps que lesdits conducteurs de la RATP et donc contribuent à leur retraite alors qu’ils sont bien plus jeunes. Mme Filippetti n’a pas voulu aborder les régimes spéciaux alors qu’ils peuvent choquer. »  (France Culture)

Chères auditrices, chers auditeurs,

Vincent Lemerre, délégué aux programmes de France Culture, vous répond :
 
Variété d’analyses, diversité des opinions, respect des règles du débat, ce sont des valeurs auxquelles France Culture est très attachée et que les équipes de la chaîne mettent en œuvre au quotidien.
« L’esprit public » conduit par Emilie Aubry s’inscrit bien évidemment dans cette ligne, avec une identité singulière qui tient à la forme des échanges, où les divergences s’expriment habituellement avec mesure.
Dimanche dernier, à un moment particulier de l’émission, l’opposition entre les intervenants s’est faite plus forte et s’est exprimée de façon plus vivace. Brice Couturier a été pris à partie par Aurélie Filippetti, et il s’est défendu avec vigueur, l’émission étant réalisée en direct.
Cette séquence a pu surprendre des auditeurs ; certains l’ont perçu négativement, d’autres au contraire se sont félicités de voir exprimées clairement des oppositions dans une émission au ton habituellement plus mesuré.
« L’esprit public » est un rendez-vous d’analyse et d’échanges sur l’actualité. Par définition des points de vue différents s’y expriment, et cela peut conduire comme dimanche dernier à des oppositions franches ; c’est la force de l’émission de pouvoir les accueillir, à condition que les différents intervenants puissent chacun faire valoir leurs arguments et que le cours des échanges n’en soit pas perturbé.
C’est notre ligne, notre conviction, et nous  veillerons à ne pas en dévier.

Cordialement,

Vincent Lemerre
Délégué aux programmes de France Culture



​​​​​​​
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

LE TÉLÉPHONE SONNE "DÉVELOPPEMENT PERSONNEL"

« Mais qui est cette philosophe insupportable qui réagit dans votre émission ? Sa négativité est délétère...
Cette personne a visiblement eu les ressources pour philosopher de manière totalement autonome, tant mieux pour elle ! Il y en d'autres qui ont besoin d'un petit coup de pouce, de se mettre le pied à l'étrier.
 » (France Inter)

Les auditeurs ont le sentiment de n’avoir entendu que le point de vue de Julia de Funès, docteure en philosophie et spécialiste en management et ressources humaines lors de l’émission. Comment analyser cette perception de l’émission ?
Fabienne Sintes répond aux auditeurs.


LIRE LA RÉPONSE
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

ERRATUM

« Netiv Ha'asra, village israélien frontalier de la bande de Gaza, n'est pas une colonie et ses habitants ne sont pas des colons ! Merci de bien vouloir corriger cette erreur en ouverture de votre article. » (franceinfo) 

À écouter : samedi 21 septembre à 11h51 et 13h51, Richard Place, directeur adjoint de la rédaction de franceinfo répond aux remarques des auditeurs au micro d'Emmanuelle Daviet.​​​​​​​
​​​​
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet


COUP DE CŒUR : LES 20 ANS D'INTERCEPTION

Le week-end dernier, le grand magazine de reportages de la rédaction, porté par Géraldine Hallot, Vanessa Descouraux et Philippe Bardonnaud, a célébré ses 20 ans. Les auditeurs ont réagi : 

« Bonjour à toute l’équipe ! Félicitations pour votre anniversaire. Votre émission est formidable. Même si tous les sujets ne m’intéressent pas toujours, c’est toujours bien mené. La plus grande de vos qualités est sans doute la sobriété de votre ton à l’heure de la surenchère médiatique, c’est appréciable.On a bien de la chance de vous avoir ! Je lève mon verre à votre santé et espère que vous continuerez à nous ouvrir les yeux sur notre monde, encore longtemps. »
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet


Débat de l'actu
Les chasseurs ne sont pas des écolos comme les autres

L’émission diffusée dans « La Terre au carré », ce 19 septembre, le sujet controversé des chasseurs a fait réagir nos auditeurs…
LIRE LES MESSAGES


« Merci, merci beaucoup pour la qualité de vos émissions Very Good Trip, c'est un régal, une immersion dans la musique avec des souvenirs, des rappels, des découvertes... 
C'est vraiment du bonheur.
J'adore les analyses, les précisions, les recherches historiques et culturels que vous nous offrez.
C'est fabuleux.»
(France Inter)
​​​​​​​

« Bravo ! Merci pour votre émission Autant en Emporte l’Histoire ; vous avez renouvelé le genre et les fictions proposées sont toujours de qualité ce qui change de ce que nous entendions il y a quelques années sur inter. Continuez! » (France Inter)​​​​​​​

« À toute l'équipe d’On va Déguster : vous êtes mon RDV dominical. Je me délecte à vous écouter, je savoure vos dires et commentaires sur tous les sujets que vous nous proposez. J'aime vos choix d'émission (pas seulement gastronomiques, mettre des locaux à l'honneur, vos combats etc...), on savoure vos connaissances et vos experts.
Je cuisine en vous écoutant et vous me faites voyager. Aujourd'hui Marseille, hier la Sicile… J'ai adoré vos émissions cet été (samedi et dimanche)
Bonne rentrée à tous et continuez à nous apporter tout ce bonheur. »
(France Inter)
​​​​​​​

« Merci à Augustin Trapenard, pour ses questions toujours pertinentes et subtiles même si elles avaient un côté plus conventionnel qu'à l'ordinaire (peut-être était-ce difficile de se lâcher dans ses interrogations philosophiques face à un mythe !!). Et bravo au traducteur d'avoir su transcrire si justement le vocabulaire, l'esprit et le ton de Gallagher ! Merci ! Continuez à nous émouvoir ! » (France Inter)​​​​​​​

« Je remercie Xavier Mauduit pour son excellente émission sur l'histoire. Les thèmes hebdomadaires choisis, les invités sont passionnants. C'est une émission bien construite et réalisée qui me paraît toujours trop courte.
Cette émission m'a permis après de longues années d'audition de France Inter, de découvrir France culture que je croyais réservée à une "élite intellectuelle" mais je me trompais.
Sur cette antenne,les questions des journalistes sont pertinentes , les invités politiques et autres intervenants sont écoutés et peuvent développer leurs arguments sans cacophonie. Le climat est apaisé et cela fait un bien fou ! Esprit d'ouverture pour France Culture qui nous fait réfléchir et grandir ! 
» (France Culture)​​​​​​​

LIRE PLUS DE MESSAGES


​​​​​​​Quand les auditeurs deviennent nos professeurs de français...


Une autre alternative
« Pourriez-vous recommander à l'intervenant de Franceinfo d'éviter la formule pléonasme "une autre alternative". Pensons aux enfants et aux élèves qui forment leurs oreilles au français et à nos vielles oreilles agacées par les complaisances à l'égard de notre langue qui peut être belle. 
»

C'est le top
« Dans votre journal, nous avons eu droit deux fois au débile "c'est le top", dans la bouche de la présentatrice. Rappelez-lui qu'elle travaille sur Radio France. 
»

Bruisser ?
« Depuis un certain temps, j'entends un usage tout à fait incorrect du verbe "bruire", du type:"il bruisse" "ça commence à bruisser?", "oui, ça commence à bruisser" répond l'interlocutrice!; serait-il possible de rappeler aux journalistes ou présentateurs ou présentatrices qu'il s'agit du verbe "bruire" et qu'à la 3ème personne du singulier du présent de l'indicatif, cela donne "il" ou "elle" "bruit"? Ce n'est peut-être pas grand' chose, mais nous, professeurs, nous acharnons à apprendre à nos élèves la langue française et il est désolant d'entendre des radios nationales la maltraiter…
»

Vocabulaire de la psychiatrie
« Je souhaiterais apporter une information concernant le vocabulaire de la psychiatrie : on ne parle plus d'internement pour les personnes qui sont confiées à la psy, mais "d'HOSPITALISATION", avec ou sans consentement, car nous sommes dans le registre du soin et non de la justice. le juge des libertés est garant de ce système, et utiliser internement renvoie à une politique d'enfermement qui n'a plus court. Cadre en pédopsychiatrie, je travaille au quotidien à déstygmatiser la psychiatrie, si vous pouviez y contribuer... 
»

Arque...
« Trouvez-vous normal que sur une radio du service public on entende à longueur de journée des prononciations fautives du type suivant : matchE nul, ParQUE des Princes, exE-femme, exE-ministre, estE de la France, arQUE-bouté, ArQUE de Triomphe... La prononciation de vos journalistes devrait être un MODELE pour la population et non pas un exemple à ne pas suivre ! 
»

Littéralement 
« J'aime beaucoup vos émissions et je suis une assidue du 7/9 entre autres. J'ai osé enfin, vous écrire ce petit message car j'ai remarqué que vos chroniqueurs ont l'art d'abuser du mot "littéralement". Votre journaliste a dit que le nombre d'enfants migrants en Espagne a littéralement explosé. Vous faîtes également cet abus de langage lorsque vous parlez des ventes de livres (ou autres) qui ont littéralement explosé. Or, ce n'est pas possible concrètement, littéralement. Ce sont des choses matérielles qui explosent littéralement, les ventes ou autres peuvent exploser mais au sens figuré. 
»

Prendre en otage
​​​​​​​
« Je me doute que je ne suis pas la seule à faire cette remarque mais elle me semble importante : j'ai été choquée, cette semaine, lorsque la journaliste a utilisé l'expression "prendre en otage..." en parlant à M. Richard de la coupure de BFM par les fournisseurs d'accès Orange et Free.
Non, aucun téléspectateur n'a été menacé, torturé, ou séquestré durant cette période!
C'est la première fois que j'écris ainsi un message, mais cette expression est aujourd'hui utilisée à tort et à travers, et souvent pour dénigrer l'utilisation du droit (constitutionnel) de grève, ce que j'estime dangereux.
 »

LIRE PLUS DE MESSAGES

 

VIDÉOS

ADÈLE VAN REETH ET LES AUDITEURS

Adèle Van Reeth, productrice des Chemins de la philosophie sur France Culture, nous parle de sa relation aux auditeurs. Etes-vous attentive aux messages des auditeurs ? Le message d’auditeur qui vous a le plus marqué ? Quelle auditrice êtes-vous ? Quelle voix de radio a compté pour vous ?
VOIR

NICOLAS MARTIN ET LES AUDITEURS

Nicolas Martin, producteur de la Méthode Scientifique sur France Culture, nous parle de sa relation aux auditeurs.
​​​​​​​Etes-vous attentif aux messages des auditeurs ? Le message d’auditeur qui vous a le plus marqué ? Quel auditeur êtes-vous ? Quelle voix de radio a compté pour vous ?
VOIR
TOUTES LES VIDÉOS
 
 
[PROCHAIN RENDEZ-VOUS] 
Samedi 21 septembre:
  • « Retour sur l'interview d'Isabelle Balkany sur franceinfo et erreur de titre dans un article consacré à Israël sur franceinfo », au micro de la médiatrice Emmanuelle Daviet, Richard Place directeur adjoint de la rédaction de franceinfo, répond aux auditeurs, sur franceinfo à 11h51 et 13h51.
  • « Don de plasma en France et enquête au Modem », Jacques Monin répondra aux réactions d'auditeurs dans Secrets d'Info, samedi à 13h20
    ​​​​​​​‌
    Franceinfo : tous les samedis à 11h51 et 13h51
    France Culture : un jeudi sur deux dans La Grande Table à 13h20
    France Inter : un vendredi par mois dans l’Instant M à 9h40 et un samedi par mois dans Secrets d'Info à 13h20
     
    Le salaire des enseignants

    Des auditeurs ont écrit à la médiatrice pour évoquer le traitement du reportage d'Alexis Morel sur le salaire des enseignants. Le journaliste répond aux questions des auditeurs au micro d'Emmanuelle Daviet. 
    ​​​​​​​
    ​​​​​​​
    ÉCOUTER LE RDV
    Les nouveaux podcasts de France Culture : Mécaniques du complotisme
    Emmanuelle Daviet reçoit Florent Latrive, délégué des nouveaux médias web de France Culture, et Baptiste Muckensturm, délégué au développement des programmes, pour présenter les nouveaux podcasts : "Mécaniques du complotisme".
    ÉCOUTER LE RDV

    TOUS LES RENDEZ-VOUS
    ​​​​​​​
     
       
    Instagram
    @mediatriceradiofrance
    Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

    Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment. 

    Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL.
    Se désinscrire

    ​​​​​​​Crédits photo : © C. ABRAMOWITZ Radio France / © Edouard Richard-Hans Lucas - AFP © France Inter / © Getty / © Getty / © Hans Lucas  AFP / © Getty / © Omar Ouahmane /