Version en ligne
#5/2020 - Janvier 2020
 L'EDITO DE LA MÉDIATRICE


Passe-muraille

La Chine se transforme-t-elle en forteresse hermétique ? Face à la propagation du coronavirus, véritable défi sanitaire, la mobilisation  impressionne : mise en quarantaine de près de 60 millions de chinois, une mégalopole, Wuhan, vidée de ses habitants, fermeture des écoles, arrêt des transports publics, construction d'hôpitaux en urgence, suspension des vols internationaux et un traitement journalistique qui suscite de nombreuses questions avec trois types de remarques clairement identifiées : les auditeurs ne comprennent pas que le coronavirus bénéficie d’une telle ouverture médiatique en comparaison de la grippe en France : « Chaque année la grippe "ordinaire" touche 2 à 6 millions de personnes en France et peut en tuer environ 10 000. Pourquoi une telle peur et une telle médiatisation de ce type d’épidémie ? » 
Le volet économique du dossier les surprend également : « Je trouve très choquante la façon dont la crise sanitaire actuelle en Chine est traitée (…) Beaucoup de commentaires chiffrés sur ce que chaque touriste chinois, qui ne viendra pas, ne donnera pas aux commerçants français. Les chinois atteints du coronavirus ne sont-ils que des sources de profits touristiques qui disparaissent ? » Enfin des auditeurs estiment que cette information chasse une autre actualité beaucoup plus importante à leurs  yeux : l’avis du Conseil d’Etat sur la réforme des retraites : « Rien de tel qu'un coronavirus pour faire oublier le plus grand démantèlement de notre système de protection sociale...Bien joué. Le conseil d'Etat retoque le texte sur la loi retraite,  dénonce le recours aux ordonnances, émet des doutes quant au financement mais vous l'évoquez à peine. Pour étouffer une contestation justifiée, vous hiérarchisez les infos à votre façon. »
Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de Franceinfo, répond à ces trois remarques demain samedi 1er février dans le rendez-vous de la médiatrice à 11h51.

L’empire en mieux

« Les européens qui fument de l’opium me font penser aux Chinois qui portent des chapeaux melons » disait Sacha Guitry. Pas sûr que les uns aient vraiment envie d’aller chez les autres actuellement. Chacun chez soi et les « empires» seront bien gardés. 
Ce fut justement un empire où le soleil ne se couchait jamais. C’est aujourd’hui un royaume où une lumière s’éteint : la lumière du cercle des douze étoiles du drapeau européen symbolisant les idéaux d’unité, de solidarité et d’harmonie entre les peuples d’Europe. 
Outre-manche, les drapeaux britanniques flottent, eux,  devant le Parlement et le mousseux anglais est au frais à Downing Street. Après trois ans de déchirements, le jour du Brexit est arrivé et le Royaume-Uni entame ce vendredi un nouveau chapitre de son histoire, qui reste entièrement à écrire. S’affranchir de Bruxelles, retrouver sa souveraineté, c’est envoyer valser la devise de l’Union « Unie dans la diversité »  et ce Brexit suscite de nombreux commentaires des auditeurs : « Ce jour est un jour triste pour moi. L'Europe reste une magnifique aventure humaine. Le rapprochement des peuples est un chemin vers la paix. Gardons en mémoire tous ceux de nos familles qui se sont battus malgré eux pour que notre vie soit plus heureuse. », « Comment parler réellement de Brexit pour parler d'un pays qui n'est jamais vraiment entré dans l'union européenne ? ». 

Le monde est un village mais Paris tout un pays ?

Existe-il une frontière journalistique entre Paris et le reste de la France ? Oui, si l’on en juge les courriels reçus cette semaine au sujet des élections municipales : « Paris n’est pas le nombril de la France. Trop c’est trop ! Que voulez-vous que nous fassions, nous provinciaux, dans nos petites villes et nos villages de ces tripatouillages parisiens ? », «  Avez-vous la moindre idée de l’inintérêt absolu de votre matraquage indécent à propos de l’élection de votre prochain, ou, prochaine maire de Paris. », « Sacrés Parisiens…Quand allez-vous prendre conscience qu’autour de votre petit village vivent 64,8 millions de Français ? »,  « La place que prend Paris est indigeste ».
Qu’en est-il précisément ? Les journalistes ne se focaliseraient donc que sur Paris ? Au regard de la couverture des élections municipales sur les antennes, il semble qu’il ne s’agit là que d’une « perception » du travail réalisé par les différentes rédactions et non de la réalité. En effet, depuis plusieurs semaines, les chaines, France Inter, Franceinfo et France Culture et bien sûr les locales de France Bleu, sont mobilisées pour couvrir ces élections sur l’ensemble du territoire. A travers des papiers, des reportages sur le terrain et des opérations d’envergure comme « Le bus des municipales » sur franceinfo depuis début octobre 2019, le « Feuilleton des municipales » dans les journaux de 8h00 et de 13h00 sur France Inter depuis lundi 27 janvier et « Le reportage de la rédaction : le tour de France des municipales » sur France Culture depuis début janvier et les reportages des locales de France Bleu, les propositions éditoriales sont riches. Tous ces rendez-vous d’antenne, consacrés aux municipales, sont à retrouver dans cette Lettre.

Le sport…mais pas que

A lire aussi dans le Pêle-Mêle, les différents sujets de l’actualité de la semaine qui ont fait réagir les auditeurs. Si la  presse mondiale était sous le choc après la mort accidentelle de Kobe Bryant l'un des plus grands joueurs de l'histoire du basket « mort d'une "icône mondiale" », « disparition d'une "légende" », les auditeurs eux ont décerné une mention spéciale (et critique) pour la couverture du décès de l’étoile filante de la NBA : « Qui fait l'affiche de l'ouverture de votre journal  ce matin: la propagation du Coronavirus ? Non. La procédure d'impeachment aux USA ? Non. La libération du camp d'Auschwitz-Birkenau (le 27 janvier 1945) ? Non. Alors, le devenu classique projet de loi sur les retraites? Toujours pas. …. La mort de "Kobe Bryant"…  Obama et Trump ont/ vont twitter / er; j'espère que notre président saura raison garder! ». 
Une autre actualité liée au sport a mobilisé les auditeurs : la coupe du monde de biathlon  « Je suis toujours surpris de ne jamais vous entendre donner les résultats du biathlon ! C’est pourtant un sport très spectaculaire qui apporte plein d’émotions avec l’alternance du ski et du tir !! En plus les Français et les Françaises font d’excellents résultats!! Ils viennent de faire des premières places en Slovénie … et aucun mot sur France Inter ! Alors ne nous décevez plus !!! » Vincent Rodriguez, le directeur des Sports de Radio France leur répond dans cette Lettre.

Dans le contexte de la vague planétaire #MeToo, les victimes de violences sexuelles prennent de plus en plus la parole. Le sport français n’échappe pas à ces révélations. Sarah Abitbol, dix fois championne de France, multimédaillée européenne et troisième aux Championnats du monde en couple en 2000, accuse son ancien entraîneur d'agressions sexuelles et de viol entre 1990 et 1992, alors qu'elle avait 15 à 17 ans.  Les auditeurs lui témoignent leur soutien après son passage dans la matinale de France Inter le jeudi 30 janvier. A la suite de son interview, l’équipe du Téléphone Sonne a consacré une émission aux femmes qui se soustraient à la honte, parlent des violences subies et parviennent à franchir les frontières de l’indicible. Les réactions en nombre des auditrices et auditeurs ainsi que leurs témoignages sur les viols subis sont à lire dans le Dossier de l’actu ici.

Bonne lecture,

Emmanuelle Daviet
Médiatrice des antennes

Voici les dominantes du 24 janvier au 31 janvier 2020 à retrouver dans les messages des auditeurs ci-dessous :

1- Le coronavirus
2- Le Brexit
3- Les municipales à Paris
4- Le biathlon
5- Pêle-mêle

Débat de l'actu : Les viols au grand jour

LE CORONAVIRUS

Message d'auditeur
​​​​​​​« Suite à la prolifération du coronavirus en Chine, il semblait, à l'écoute de toutes les informations de France Inter ou franceinfo, que ledit virus avait envahi la France. Le nombre de cas, est bien faible pour justifier une telle monopolisation des antennes. Lorsque des personnes arrivent avec la malaria il n'y a pas un tel tintamarre alors que cette maladie fait des milliers de morts dans le monde. Il est sûr que cet épisode ne va durer que quelques jours au pire quelques semaines. Par contre, il est un événement important qui concerne 65 millions de français : le rapport du Conseil d'Etat sur la loi retraite. Ce sujet est pour vos équipes de journalistes de second ordre. Dans certains bulletins pas même une évocation, alors que ce contenu de ce rapport des conseillers d'Etat, condisciples des gouvernants est une première. Mais le coronavirus est bien pratique pour dissimuler une information qui met en cause le fonctionnement de nos institutions. Le Conseil d'Etat récuse l'usage des ordonnances pour ce dossier. Le Conseil d'Etat accuse que nos gouvernants confondent vitesse et précipitation dans un texte des plus importants pour la société française depuis 1945. Mais il vaut mieux parler de 3 personnes arrivant de Chine un peu contaminées et contaminantes et parfaitement prises en charges et isolées. Qui choisit ou impose les priorités des valeurs des informations ? » (France Inter et Franceinfo)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet
À ÉCOUTER
Samedi 1er février à 11h51 sur franceinfo, Emmanuelle Daviet reçoit Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de franceinfo, pour répondre aux différentes réactions des auditeurs à propos du coronavirus. 

BREXIT

Messages d'auditeurs
« Ce jour est un jour triste pour moi. Quand une partie d'un peuple s'éloigne d'autres humains, ce n'est pas un beau jour pour l'humanité. Chaque éloignement crée des ruptures, des cassures, des blessures. Ce sont les générations futures qui devront gérer tout cela. Je souhaite chaque jour le meilleur pour nos enfants car nous avons eu de beaux jours depuis notre naissance. J'ai de la peine et je voulais l'exprimer simplement. L'Europe reste une magnifique aventure humaine. Le rapprochement des peuples est un chemin vers la paix. Gardons en mémoire tous ceux de nos familles qui se sont battus malgré eux pour que notre vie soit plus heureuse.
Restez vous-mêmes, vous qui êtes de sérieux journalistes. »
(France Inter)

​​​​​​​« Comment parler réellement de Brexit pour parler d'un pays qui n'est jamais vraiment entré dans l'Union Européenne ? Nous n'avons jamais partagé de monnaie commune pour commencer et pas grand-chose pour continuer… Alors pourquoi tout ce remue-ménage ? J'espère que le jour où les Anglais voudront revenir dans l'Union, ils en accepteront toutes les conditions.  A bientôt ami(e)s anglais ! » (France Inter)

​​​​​​​« Pourquoi beaucoup d'animateurs écorchent-ils le mot "Brexit" en prononçant "Brekzit" et non "Breksit" (c'est bien la contraction de "Britain" et "exit". On prononce bien "eksit" et non "ekzit". » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LES MUNICIPALES À PARIS

Messages d'auditeurs
​​​​​​​« Non, non, et non ! Paris n'est pas le nombril de la France en matière de campagne électorale pour les prochaines élections municipales. Ce jour, dans le bulletin d'infos, une longue litanie d'échanges et savantes explications concernant la dissidence, d'un candidat, de la liste présentée par son parti (vous saisissez?). Et ce, dans des justifications ou contestations tellement alambiquées que seuls les initiés et concernés pouvaient y trouver quelque intérêt… 
Trop, c'est trop ! Que voulez-vous que nous fassions, nous provinciaux, dans nos petites villes et nos villages de ces tripatouillages parisiens ?…rien…sinon en rire, mais ça en devient triste. »
(France Inter)

​​​​​​​« Sacrés Parisiens… quand allez-vous prendre conscience qu'autour de votre petit village vivent plus de 64,8 millions de Français ?» (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

Retrouvez ici les reportages sur les élections municipales diffusés sur les antennes de Radio France.

La politique, c'était le thème du rendez-vous de la médiatrice sur France Inter le 31 janvier. 

Au programme : l’émission Questions Politiques et la façon de mener les interviews. Pour en parler, Emmanuelle Daviet reçoit Ali Baddou et Carine Bécard. Au micro de la médiatrice également, Thomas Legrand revient sur l’idée d’un « journalisme militant » suite à l’affaire Taha Bouhafs.
ÉCOUTER

LE BIATHLON

Message d'auditeur
« Je suis toujours très surpris de ne jamais vous entendre donner les résultats du biathlon. C'est un sport magnifique, bien plus agréable à regarder que beaucoup d'autres sports, qui apporte plein d'émotion avec cette alternance du ski et du tir et en plus où les Français font de très bons résultats depuis Martin Fourcade ! Alors qu'attendez vous pour nous en parler ? Les Français et les Françaises viennent de faire des podiums !!  » (Franceinfo)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

Vincent Rodriguez, directeur des Sports de Radio France, vous répond : 

"Chères auditrices, chers auditeurs,

Si le football, le tennis ou le rugby occupent une place importante dans volume d’informations sportives que nous diffusons sur nos antennes, nous nous employons tous les jours à élargir notre palette à des disciplines moins connues.

Le biathlon fait aussi partie des sports que nous traitons. C’est un sport qui soulève quelques paradoxes car le biathlon compte moins d’un millier de licenciés en France alors que cette discipline suscite un véritable engouement populaire que nous constatons notamment auprès de très nombreux spectateurs massés le long des pistes pendant les compétitions.  
Nous suivons les championnats nationaux de Biathlon via les stations locales du réseau France Bleu mais aussi les grandes compétitions internationales. Nous étions présents au mois de décembre dernier au Grand Bornand pour couvrir les épreuves de coupe du monde qui s’y déroulaient. Nous serons également  à Antholz-Anterselva, en Italie, du 13 au 23 février 2020 pour couvrir les championnats du monde 

L’an dernier nous avons réalisé des reportages concernant plus d’une centaine de disciples différentes. Ces informations sont réparties dans nos différents rendez-vous sportifs sur les antennes. Nous devons tous les jours faire des choix, renoncer souvent car hélas nous ne pouvons pas parler de toutes les compétitions dans nos journaux des sports. 

Vincent Rodriguez"


PÊLE-MÊLE

Nous vous proposons dans « Pêle-mêle » une sélection de messages d’auditeurs : réactions sur l’actualité, avis sur des émissions, remarques sur les antennes, opinions sur les lignes éditoriales, points de vue sur les angles choisis dans des reportages ou des articles publiés sur les sites. 

Retrouvez ici des messages concernant :
•   Le décès de Kobe Bryant
•   Et les incendies en Australie ?
•   Le terme sexiste de "ménagère"
•   Divers France Culture
•   Divers France Inter
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet


DÉBAT DE L'ACTU
LES VIOLS AU GRAND JOUR

Sarah Abitbol, la star du patinage français, dévoile dans son livre « Un si long silence » (Plon) les viols subis entre 15 ans et 17 ans, à Nantes, par son ancien entraîneur. Sarah Abitbol déclare qu'elle n'a pas souhaité porter plainte, les faits étant prescrits. Elle était l'invitée du Grand Entretien sur France Inter le 30 janvier. 
Le Téléphone Sonne du jeudi 30 janvier sur France Inter était également consacré à la parole des femmes victimes de violences sexuelles. Les témoignages des auditrices et des auditeurs sont très nombreux. 


Messages d'auditeurs
« Ma fille patine en section sportive. En compétition, le week-end dernier, j'ai découvert que tous les entraîneurs parlaient déjà de cette "bombe qui allait exploser dans le monde du Patinage". Tout le monde savait qui étaient les victimes et qui étaient les agresseurs. Personne n'a rien fait. Sincèrement merci, merci, Sarah Abitbol, vous êtes une championne, merci pour votre courage. Ma fille a 13 ans merci pour elle et toutes les femmes. » (France Inter)

« Juste un petit message pour Mme Abitbol. Bravo pour votre courage. Vous avez eu raison de prendre la parole : pour vous, pour les autres, pour la société. Je vous envoie toute mon amitié pour pouvoir faire face à cette horreur.  » (France Inter)

« Bravo à toutes ces femmes courageuses qui parlent !
J'ai subi un viol à l'âge de 13 ans. J'en ai 71 et n'ai rien oublié. Chaque témoignage réveille la douleur dans mon corps marqué à jamais. L'omerta familiale dure depuis 1962 ! C'est seulement il y a un an à la mort de mon père que j'ai pu me libérer un peu en écrivant un témoignage "La Loi du Silence" que j'ai confié à ma thérapeute. 25 ans de thérapie et le livre du docteur Salmona m'ont permis de ne plus me sentir coupable. Je suis la victime et non la coupable. Mais je sais qu'il n'y aura pas de résilience pour moi car mon corps douloureux ne me permettra jamais d'oublier et ma vie a été détruite par le violeur. MERCI à vous qui permettez aux femmes d'être enfin entendues ! »
(France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet
 


Quand les auditeurs deviennent nos professeurs de français....

Chiffres
« L'expression "le chiffre de 1050 [abonnés ...]" est incorrecte. Mille cinquante (1050) est un nombre composé de quatre chiffres. Pour faire simple : les chiffres sont aux nombres ce que les lettres sont aux mots. Nous ne dirions pas : « la lettre arbre » . Je me demande bien d'où vient cette erreur. Un glissement de "les chiffres [annoncés sont] peut-être ? »

Tournures syntaxiques
« Serait-il possible que vos invités qui sont normalement lettrés et référents de la langue française évitent d'employer des tournures syntaxiques totalement erronées ? Par exemple, lorsque l’invité déclare "tout le livre est construit sur ça" au lieu de dire "là-dessus", quand d'autres emploient à tour de bras la formule ô combien peu heureuse "ou pas" au lieu de "ou non". Et le clou : "se demander qu'est-ce que" au lieu de "se demander ce que". »

Genèse
« J'écoute avec un grand intérêt, comme beaucoup d'autres, votre émission sur France Culture. Toutefois, je m'étonne que des intervenants si savants s'évertuent à prononcer genèse en "génèse". Et ce n'est pas la première fois que j'entends sur France Culture comme sur d'autres chaînes d'ailleurs cette mauvaise prononciation. »

À l’oral, certains ont tendance à prononcer [ʒenɛz] (gé-nèz) et, par le fait même, à écrire génèse. Or, le premier e n’est pas accentué, et le deuxième est coiffé d’un accent grave. On écrit donc genèse, et la prononciation correcte est [ʒənɛz] (ge-nèz).

Chances
« Comment un journaliste peut-il dire que les footballeurs ont « 2 fois plus de chance de mourir ». Il suffit de réfléchir un peu pour comprendre l'absurdité de la phrase. On a « une chance de gagner » et on « risque de mourir ». En aucun cas l'inverse ! »

Sur comment
« Voici les propos d'une humoriste sud-africaine dans une traduction : "Je suis très prudente SUR COMMENT je choisis… ". Je trouve inconcevable qu'une traductrice professionnelle puisse proférer pareil anglicisme ? Il n'est pourtant pas difficile de dire "Je suis très prudente sur la façon de choisir..." ! »

LIRE LES MESSAGES


« Je suis peintre et en travaillant, j’écoute tout le temps de la musique, vos émissions sur France Musique en particulier.
J’aime beaucoup la musique classique, elle me procure des émotions indicibles, elle me nourrit.
Pourtant, je n’ai aucune culture musicale.
Quand je vous écoute, j’ai l’impression que vous m’ouvrez les bras en disant: « Bienvenue dans le merveilleux monde de la musique ». L’impression que vous me parlez comme à un être intelligent et sensible.
Votre idée de rapprocher une œuvre d’un art et une musique est très belle.
Votre programmation a d’ailleurs une influence évidente sur mon travail.
Alors, merci, et continuez de m’enchanter. »
(France Musique)

« Merci encore pour l’émission « On aura tout vu », quelle joie de vous écouter ! Formidable la manière dont vous utilisez le temps dont vous disposez pour nous faire découvrir un film. Celui d'aujourd'hui sur l'intériorité d'un militant du FN, vous nous le montrez (grâce à votre façon de questionner et à l'espace/temps que vous laissez aux personnes pour répondre) vu du "noyau" !
Je sais que je vous fais tout le temps des compliments et que ça peut vous sembler exagéré, mais je suis sincère, quelle joie ce temps passé en votre compagnie et celle de vos invités (dont vous savez extraire le jus le meilleur). »
(France Inter)

« Je suis un fidèle auditeur de toutes les chaînes de Radio France. Depuis deux ans, j'écoute de plus en plus France Culture et surtout l'émission de Marie Richeux le soir par ce que je trouve que c'est exigeant et en même temps elle est drôle et ça m'ouvre des curiosités que je ne pensais pas avoir. Par exemple je découvre des auteur et des réalisateurs et elle m'a ouvert à l'univers du cirque et je ne savais pas qu'il y avait des gens comme cela. » (France Culture)

« Encore une fois une émission de Boomerang dont je n'ai pas pu arrêter l'écoute alors que... J'ai été entre autre captivée, émue et saisie par le texte lu à la fin de l'émission par Frère Atiq Rahimi. » (France Inter)

« Merci à Charline et toute l'équipe de Par Jupiter ! pour cette émission avec Carmen Castillo, que je ne connaissais pas. Son témoignage direct sur le coup d'état de 1973 au Chili était poignant et instructif, notamment sur l'action de l'ambassadeur de France et son épouse. » (France Inter)

« Cher Monsieur Morin,
Je vous remercie d'avoir précisé clairement dans votre chronique de ce matin (mercredi 29 janvier 2020) que vous faisiez allusions aux ch'tis. En effet, personne n'aurait pu s'en douter sur la seule base de l'étrange accent que vous avez adopté et qui n'orientait pas dans cette direction. Remercions-les d'ailleurs d'exister... en 2020 en France sur quels autres clichés simplistes et accessibles à tous peut-on encore s'appuyer pour faire rire le plus grand nombre dans nos chroniques, sketchs et plaisanteries de comptoir sans être taxé de raciste / sexiste / xénophobe voire... voire antisémite?!
Les nordistes eux sont toujours présents, fiers et dévoués à nos moqueries. On n'y prend aucun risque superflux, quitte à sacrifier l'originalité, mais la blague, elle, est sauve.
Egalement, heureusement que cette population du Nord-Pas-de-Calais issue d'un étrange croisement et difficile à regarder sans être effrayé n'a probablement jamais entendu parler du surmoi.
Je vous félicite enfin d'y avoir fait allusion comme une flatterie et un appel du pied qui voudrait signifier "ne vous vexez pas, ce serait me contredire et vous faire passer pour des susceptibles".
Bonne journée Monsieur Morin, et continuez de nous faire rire ! »
(France Inter)

LIRE LES MESSAGES
 

VIDÉOS

DIFFÉRENCE ENTRE RACISME ET ANTISÉMITISME
​​​​​​​PAR IANNIS RODER


Chaque jour, le service de la médiation reçoit de nombreux messages d’auditeurs concernant l’antisémitisme. Pour leur répondre, nous avons demandé à Iannis Roder, professeur agrégé d’Histoire Géographie et responsable des formations au Mémorial de la Shoah, d’expliquer le sens des mots.
​​​
VOIR

AURÉLIE MOREAU ET LES AUDITEURS


Aurélie Moreau, productrice de l’émission Le Van de Beethoven sur France Musique, nous parle d’elle et des auditeurs : Êtes-vous attentive aux messages des auditeurs ? Le message d’auditeur qui vous a le plus marquée ? Quelle auditrice êtes-vous ? Quelle voix de radio a compté pour vous ?
​​​​​​​​​​​​​​
VOIR
TOUTES LES VIDÉOS
 
 
[PROCHAINS RENDEZ-VOUS]
Samedi 1er février sur franceinfo « Le coronavirus », Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de Franceinfo, ​​​​​​​est au micro de la médiatrice, Emmanuelle Daviet à 11h51 et 13h51.

​​​​​​​​​​Franceinfo : tous les samedis à 11h51 et 13h51
France Culture : un jeudi sur deux dans La Grande Table à 13h20
France Inter : un vendredi par mois dans l’Instant M à 9h40 et un samedi par mois dans Secrets d'Info à 13h20
 
La politique sur France Inter : l'émission "Questions politiques" et le journalisme militant
Au programme : l’émission Questions Politiques et la façon de mener les interviews. Pour en parler, Emmanuelle Daviet reçoit Ali Baddou et Carine Bécard. Au micro de la médiatrice également, Thomas Legrand revient sur l’idée d’un « journalisme militant » suite à l’affaire Taha Bouhafs.



​​​​​​​
ÉCOUTER LE RDV
Le journalisme militant : retour sur l’affaire Taha Bouhafs
​​​​​​​

Les auditeurs questionnent la médiatrice sur la notion de « journaliste-militant ». Pour leur répondre, Vincent Giret, directeur de franceinfo, est au micro de la médiatrice, Emmanuelle Daviet.



​​​​​​​


ÉCOUTER LE RDV

TOUS LES RENDEZ-VOUS
​​​​​​​
 
   
Instagram
@mediatriceradiofrance
Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment. 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL.
Se désinscrire

Équipe de la médiatrice (édition numérique) : 

Catherine Cadic
Juliette Fayollet
 Antoine Ferreira 

​​​​​​​Crédits photo : © Christophe Abramowitz, Radio France. © Getty © Getty  © Getty © Maxppp © Capture d'écran France Inter