Version en ligne
#51/2020 - Décembre 2020
 L'ÉDITO DE LA MÉDIATRICE


Au plus près des faits  


Les vaccins, les tests, la fermeture des lieux de culture, les contre-verités formulées par des invités, plébiscite pour l’émission Interception “Palestine, l’Etat introuvable”, l'environnement, la chasse, les non-cadeaux de Noël, et les remarques des auditeurs sur les antennes sont au menu des thématiques abordées par les auditeurs dans leurs messages cette semaine. 
Chaque jour vous êtes très nombreux à nous écrire. Vous pouvez retrouver une sélection quotidienne des courriers sur le site de la médiatrice


Nicolas Dupont-Aignan 

Faut-il faire du « fact-checking » (ndlr: vérification des faits), c’est-à-dire vérifier en temps réel l’exactitude des propos d’un invité lors de son interview sur une antenne ? Oui estiment des auditeurs. C’est leur suggestion à la suite de l’intervention de Nicolas Dupont-Aignan hier dans le 7h50 de Léa Salamé sur France Inter. Les auditeurs estiment que les erreurs factuelles formulées par le député de l'Essonne et Président de Debout la France peuvent porter préjudice, ou induire le grand public en erreur. 
« Irresponsable » est le qualificatif qui revient le plus souvent dans les messages des auditeurs à son égard : 
 
« Les propos de M. Dupont-Aignan sont irresponsables ! » 

« Il faut être irresponsable pour tenir des propos pareils sur la vaccination sans parler du reste du discours qui ne tient pas le raisonnement. Je pense que l'on ne devrait plus rembourser les frais de campagne aux politiciens qui, de par leurs propos, mettent en péril la vie des autres. Comment peut-on être aussi irresponsable tout simplement pour viser des objectifs personnels ? »  

« Je pense qu'il est nécessaire de vous donner les moyens de faire du fact checking immédiatement pendant les interventions de vos invités. Je viens d'entendre Nicolas Dupont-Aignan dire qu'Axel Kahn était contre les vaccins ARN. Je viens de vérifier et cette information est complètement fausse. Dans un climat de suspicion qui se généralise, je suis particulièrement inquiet et outré par ces affirmations erronées qui confortent certaines personnes dans leurs "errements". Je pense qu'il est de votre devoir de corriger ces contre-vérités aussitôt qu'elles apparaissent pour éviter qu'elles se propagent. »  

« Nicolas Dupont-Aignan a cru bon, pour étayer son scepticisme vis à vis du vaccin Pfizer, de déclarer que même le grand généticien Axel Kahn avait déclaré qu'il ne se ferait pas vacciner avec ce vaccin. Or, Axel Kahn a été l'un des plus grands vulgarisateurs des vaccins à ARN messager et a toujours dit qu'il était très sûr et qu'il se ferait vacciner dès que cela serait possible avec ce vaccin (…) Espérant qu'il y aura une mise au point, à la même heure et dans les mêmes conditions afin de rétablir la vérité. » 

Chose faite ce vendredi dans la matinale de France Inter par la journaliste Carine Bécard aux manettes du 7/9 : « J’en profite pour revenir d'un mot sur l'interview sur France Inter avec Nicolas Dupont-Aignan. C'était à 7h50 avec Léa Salamé. Il a affirmé, je le cite, "que de grands généticiens comme Axel Kahn et d'autres ont dit qu'ils ne se vaccineraient pas avec le vaccin à l'ARN Messager." C'est faux, lui répond Axel Kahn, le président de la Ligue contre le cancer, qui nous a demandé de le faire savoir. Il a l'intention, je le cite lui aussi, "de se faire vacciner dès que possible contre le coronavirus avec les premiers vaccins qui seront disponibles". Il était important que cela soit dit. » 
Ce rectificatif est également mentionné sur le site de France Inter.  

Les auditeurs sont évidemment très sensibles à cette prise en considération de leurs remarques et que les correctifs nécessaires soient apportés : "Félicitations à vous pour avoir rapporté le rectificatif émis par Axel Kahn à l'encontre des propos malveillants et faux tenus par Dupont-Aignan hier jeudi, sur la vaccination contre le virus Covid-19. Merci." 

Axel Khan est en effet favorable à la vaccination. Il l’a d’ailleurs indiqué le 9 décembre dernier sur Franceinfo : “Il faut une immunité collective" pour venir à bout de l'épidémie de Covid-19, "et seule la vaccination l'apportera". C'est, selon lui, l'unique moyen "pour stopper ce cycle infernal des confinements, déconfinements, rechutes". Sur la chaîne d’info continue, Axel Kahn répondait également à ceux qui émettent des doutes sur les vaccins à base de matériel génétique (ARN messager), comme ceux de Pfizer et Moderna : "ce que l'on injecte ne peut en aucun cas modifier notre ADN", a affirmé le généticien. 

Autres propos tenus par Nicolas Dupont-Aignan au micro de Léa Salamé : “Il faut aussi des lits de réanimation, et soigner les gens avec de l’hydroxychloroquine au lieu de lutter contre elle. J’assume : l’Allemagne le fait beaucoup. Je remarque que des pays qui l’ont fait ont beaucoup moins de morts.” 

Propos aussitôt démentis sur le site de France Inter : "Ce qui est en grande partie faux, puisque les autorités sanitaires en Allemagne ne recommandent absolument pas (au contraire, elles avertissent sur ses effets secondaires graves) le traitement défendu par le professeur Raoult (même si le traitement est autorisé pour traiter "diverses infections bactériennes", ce qui est d'ailleurs aussi le cas en France). Le nombre de morts moindre en Allemagne, lui, est largement dû à sa politique de tests massifs, déployée très rapidement, et à un nombre de lits de réanimation bien supérieur, et pas à un traitement."


Jeanne Balibar 

Jeanne Balibar, comédienne et réalisatrice, était l'invitée de 7h50 mardi 15 décembre, s’indignant des mesures restrictives qui touchent la culture pendant l'épidémie de Covid : « c’est un choix délibéré que nous ne comprenons pas ». Des propos diversement appréciés par les auditeurs certains soutenant ses prises de position, d’autre signalant les erreurs dites à l’antenne par la comédienne.  

"Je m’envole tout à l’heure pour aller jouer au Portugal, un pays qui n’a jamais fermé ni ses cinémas, ni ses théâtres, ni ses musées, ni même ses restaurants depuis le 1er juin", a notamment expliqué Jeanne Balibar. Propos rectifiés sur le site de France Inter qui indique que la comédienne "omet de préciser que le Portugal a connu une explosion des cas depuis, et que le nombre de morts de la Covid y a été multiplié par six entre le 1er juin et aujourd’hui."

Autre affirmation de Jeanne Balibar : "Toutes les enquêtes de l’ARS montrent qu’il n’y a pas eu de cluster dans les salles de cinéma ou les théâtres, ni même dans les restaurants". Faux, a immédiatement précisé le site de France Inter s’appuyant sur le "Checknews" de Libération qui estimait en octobre que ces chiffres sont largement sous-estimés.

Pour quelles raisons s’appuyer sur le travail du journal Libération ? « C’est dans un souci de ne pas laisser le temps à une fausse information de se diffuser largement auprès de l’opinion publique, explique Olivier Bénis, journaliste à la rédaction numérique de France Inter, cela nous permet de corriger plus vite et c’est précieux pour la crédibilité journalistique. Le journal Libération a un service dédié à cette vérification qui est un travail long à réaliser. Cependant, quand une information particulièrement importante semble fausse dans une interview, la rédaction numérique de France Inter produit alors un article, réalise une enquête afin de rétablir l’exactitude des faits. Cela a par exemple été le cas après l’interview de Rachida Dati le 22 septembre 2020 au sujet de la police municipale à Paris » 


Roselyne Bachelot 

Roselyne Bachelot était hier l’invitée du Grand entretien sur France Inter. La ministre de la Culture a indiqué qu'il était nécessaire de ne pas rouvrir trop vite les lieux culturels. "Devant cette crise sanitaire, on ne comprendrait pas que nous ne prenions pas un certain nombre de décisions. On était sur un fil de décisions : la réouverture des commerces, puis des lieux de culture, des lieux de cultes. Mais cette flambée des cas a surgi. Les commerces étaient ouverts, mais nous avons durci les règles d’ouverture. Nous avons retardé la réouverture des lieux de culture." 

“Quant aux lieux de culte, ce n’est pas nous qui avons décidé de rouvrir : c’est le Conseil d’État qui a jugé que la liberté de culte était un droit constitutionnel, empêchant ainsi les mesures sanitaires.” 

Faux a expliqué l’éditorialiste Thomas Legrand dans sa chronique ce matin sur France Inter. La ministre s’est défaussée sur le Conseil d’Etat : « Roselyne Bachelot a affirmé que ce n’était pas le gouvernement qui était la cause de cette différence de traitement entre les spectacles et les cultes mais le Conseil d’Etat ! Donc le droit… En réalité le Conseil d’Etat ne s’est prononcé, début novembre, que sur la jauge. La question, à ce moment-là, n’était pas ‘ouverture ou fermeture ?’ mais la jauge ! Puisque les cultes étaient ouverts, leur imposer de façon uniforme une jauge de 30 personnes était absurde, considérant la variété des tailles des églises, temples, mosquées ou synagogues. Le conseil d’Etat s’était contenté de demander au gouvernement de revoir sa copie. Ce fut fait et c’est une jauge de 30% de la capacité habituelle du bâtiment qui fut adoptée, de façon beaucoup plus logique. Mais si le premier ministre avait décidé de faire fermer les églises, comme les salles de spectacles (provisoirement et pour raison sanitaire), il n’est pas du tout certain (renseignement pris au conseil d’Etat) que le juge administratif ait demandé de les faire rouvrir. C’est donc bien une décision gouvernementale contrairement à ce que dit Roselyne Bachelot. Le Conseil d’Etat s’était appuyé sur la liberté religieuse, un droit inscrit dans la constitution, pour que, (puisque les Eglises sont ouvertes) ce droit puisse s’exercer de façon satisfaisante. ». 

L’exactitude de l’information est une exigence primordiale sur les antennes de Radio France. Apporter les correctifs dans les meilleurs délais est un impératif car non seulement des inexactitudes peuvent injustement causer des torts à ceux qui en sont victimes mais également induire durablement les auditeurs en erreur. Dans les différents cas mentionnés, le fait erroné n’est pas du fait des journalistes mais des invités. Les rectificatifs ont été apportés sur l’antenne, sur le site de la chaîne, sur le site de la médiatrice et via les réseaux sociaux.  

Dans le domaine de la certification de l’information, franceinfo a créé une structure unique en France au sein d’un média : l’Agence franceinfo qui fêtera ses cinq ans en janvier prochain. Pierre angulaire de sa stratégie éditoriale, l’objectif de la chaîne est de prioriser la vérification des faits à la course à l’information explique Vincent Giret, directeur de Franceinfo: « En créant, au sein de la rédaction, une agence dédiée à la veille et à la vérification, Franceinfo a fait œuvre de pionnier : cinq ans après sa création, l’agence publie près de 20 000 dépêches par an et défend sur toutes ses antennes radio, numérique, télé et réseaux sociaux, les standards les plus élevés en matière d’honnêteté et de fiabilité de l’information. Elle est le socle d’un média de confiance de service public »

Un travail d’autant plus nécessaire que les crises multiples générées par le Covid 19 ont bousculé les pratiques professionnelles des journalistes. L’information est confrontée à de nouveaux enjeux et à ce titre, Vincent Giret souhaite instaurer une alliance de la connaissance entre les rédactions et le monde scientifique. Vaste et ambitieux projet qu’il évoque demain dans le rendez-vous de la médiatrice sur Franceinfo à 11h51. 


Environnement : l’Accord de Paris  

Le 12 décembre 2015, l’Accord de Paris était adopté après deux semaines de négociations marathon au Bourget dans le cadre de la COP 21. Cinq ans plus tard, les antennes de Radio France se sont mobilisées pour l’occasion afin de couvrir cet événement historique en mettant de nouveau l’accent sur cette grande cause de notre époque pour un point d’étape. Des programmations spéciales très appréciées par les auditeurs. 

« Je tenais à vous féliciter pour cette journée "Climat : chaud devant", j'ai notamment apprécié le 18/20 avec Mathieu Vidard et Camille Crosnier, avec un débat très intéressant, et bien mené, ou toutes les parties ont pu être entendues tant citoyens que politiques, directeurs d'entreprise, représentants d'ONG, ou climatologues... Retrouver plusieurs débats de ce genre abordant différents thèmes serait appréciable ! Merci également pour le reste de vos programmes »  

Comme le rappelle Radio France, 27 heures de programmes sont dédiées chaque semaine à la transition écologique avec, notamment : La Terre au carré de Mathieu Vidard et L’édito carré de Camille Crosnier tous les jours sur France Inter ; CO2 mon amour de Denis Cheissoux tous les dimanches sur France Inter ; Le billet sciences de Anne-Laure Barral et Gérald Feldzer tous les jours sur Franceinfo ; La transition de Hervé Gardette tous les jours, ou De cause à effets de Aurélie Luneau tous les mardis sur France Culture; Circuits courts tous les jours sur les 44 radios de France Bleu. 

Cette thématique est donc très présente dans l’ensemble des programmes des antennes avec des clés d’entrée diverses telles que la science et ses évolutions, les fictions, l’agriculture éco-responsable, la santé de nos mers et océans, le voyage et la découverte des enjeux environnementaux au bout du monde portant à plus de 100 heures le total d’heures évoquant des sujets liés à ces questions environnementales. 


« La liste de mes non-cadeaux de Noël » 

Hervé Garvette producteur de l’émission « Politique ! » et donc de la chronique « La transition (écologique) » sur France Culture a récemment lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux, pour savoir quels objets inutiles on conservait chez soi dans un placard sans toujours se souvenir pourquoi ils étaient là. Comme il l’indique dans sa chronique mardi dernier : « j’ai reçu des dizaines de témoignages dont voici un florilège, qui aurait pu servir à Boris Vian pour écrire un nouveau couplet de sa Complainte du progrès : le stylo pour écrire sur les gâteaux, le dénoyauteur de mangue, le dénoyauteur d’olives, l’appareil à fondue au chocolat, le coupe-sablé dinosaure (moi non plus, je ne sais pas ce que c’est), l’appareil à trancher les tomates, le doseur de pâtes, le tranche œuf en alu, la boite à séchage de saucisson, la casserole à asperge, la pince à glaçons en forme de dentier, l’attendrisseur de viande, les ciseaux à fines herbes, l’éplucheur de pommes à manivelle, et mon préféré, la lisseuse à rillettes.» Dans cette chronique, Hervé Gardette dresse également la liste des objets que l’on préfèrerait ne pas se voir offrir aux étrennes, parmi lesquels : « le niveau laser en croix avec trépied pour vous aider à fixer vos étagères à l’horizontale ou encore le ‘broyeur à végétaux’ : vous y glissez d’un côté des branches mortes, elles ressortent de l’autre sous forme de copeaux. Ça ne sert à rien mais c’est un beau cadeau : 79.99 euros ! ». Mal lui en a pris ! Les auditeurs ont massivement réagi. 

Hervé Gardette s’est donc fendu d’une autre chronique, hier matin, pour leur répondre et apporter le rectificatif nécessaire, sans omettre de citer leurs très amicales remontrances: 

« Au cas où vous auriez manqué un épisode, la chronique d’avant-hier était consacrée à dresser la liste (non exhaustive) de ces objets baroques dont on se demande pourquoi on les a achetés ou bien pourquoi on nous les a offerts. Pour mon malheur, j’y ai glissé le ‘’broyeur de végétaux’’. La boulette. (…) Je n’imaginais pas recevoir autant de messages (record pulvérisé) pour m’expliquer à quel point j’avais fait fausse route, une faute d’autant plus impardonnable que le ‘’broyeur de végétaux’’ participe à la transformation dont je vous parle chaque matin. 

‘’Comment est-il possible’’ m’écrit Hector ‘’d’entendre pareille ineptie dans une chronique consacrée à la transition écologique ?’’ ‘’Pour un défenseur de l’écologie’’ renchérit Franck, ‘’ça montre pour le moins une méconnaissance du paillage et du compostage dans les jardins’’. Jusqu’au maire d’une commune du Cher qui me fait gentiment remarquer que ‘’c’est un outil indispensable pour transformer les déchets en terreau’’ et qu’il est ‘’utilisé par les communes investies dans l’écologie’’. 

Lionel est encore plus précis : il me parle des ‘’petits branchages morts qui sont dans la petite forêt en pente’’ qu’il a en guise de jardin derrière sa maison, et qui, une fois broyés, peuvent ‘’amender le sol ou constituer le revêtement du sentier qui serpente le terrain’’. N’est-ce pas mieux, me dit-il, que de les brûler et de libérer du CO2, ou bien que de les transporter en voiture diesel jusqu’au container à déchets ? 

On pourrait croire, à la lecture de ces messages, que la possession d’un ‘’broyeur de végétaux’’ est genrée, un truc pour nous les hommes. Ce serait oublier Maude et sa sœur, qui se sont lancées il y a quelques années dans un jardin en permaculture. Pour pallier la pauvreté du sol, elles décident de faire pousser leurs légumes dans de grands bacs : elles en tapissent le fond de petits bouts de bois, dont la présence ‘’permet de retenir tous les nutriments au plus près des plantes’’. A votre avis, ils sortent d’où, les petits bouts de bois ? Du ‘’broyeur de végétaux’’, ‘’une sacrée révolution dans la vie d’un jardinier’’. ».

Chacun aura donc compris ce qu’il faut offrir, ou pas, à Hervé Gardette en ce Noël 2020. 


La radio comme un cadeau 

Comme un cadeau de Noel avant l’heure. Dans l’édito de la Lettre #47 était publié le message très touchant de Savannah, une jeune auditrice de 19 ans, intitulé : « Une étudiante qui n'en peut plus ». Sa lettre commençait par ces mots : « Je crois que je suis en train de tomber en dépression… Ou si ce n’est pas en dépression que je tombe c’est dans autre chose, dont je ne connais pas le nom et que je place sous la coupe du mot dépression parce qu’au fond je n’y connais rien moi à la dépression, je ne suis pas psy…. Mais ce qui est sûr c’est que je tombe, je tombe, encore et encore, et je crois toujours que j’ai touché le fond, le bout, la fin, ça fait déjà un bon moment que je tombe alors je vais finir par m’arrêter, mais non, jour après je tombe un peu plus bas, ou bien un peu plus loin de la personne que j’étais "avant" ».
La suite est à lire ici et l’autre suite, radiophonique cette fois, s’est déroulée sur l’antenne de France Culture mercredi 15 décembre. Interviewée par Elise Andrieu, reporter pour l’émission Les Pieds sur Terre produite par Sonia Kronlund, Savannah a évoqué la puissance des livres en temps de confinement. Elle raconte comment « Mémoires d’une jeune fille rangée » de Simone de Beauvoir lui a permis de dépasser l’immobilité et de traverser sa solitude en lui ouvrant de nouveaux horizons de réflexion. Dans sa lettre, envoyée comme « une bouteille à la mer », Savannah hurlait l’injustice « du temps volé, du temps perdu » dénonçant en creux cet isolement et sa solitude. Grâce à son sens de la formule au scalpel, à sa maturité pour traduire sa déréliction, ses mots sont passés du crissement du papier à la fluidité des ondes. De l’intimité de son bureau à la diffusion infinie auprès de centaines de milliers d’auditeurs, la description désenchantée de son réel s’est muée en partage radiophonique, en miroir dans lequel chacun a pu, le temps d’une émission, se retrouver. Comment vit-on cette singulière expérience ? Savannah nous a écrit récemment : « Vous avez transmis un texte que j'avais envoyé sur ma détresse de jeune confinée, et vous l'avez transmis à Élise Andrieu, des "Pieds sur Terre", je voulais simplement vous remercier de l'avoir fait. Ce texte était une bouteille à la mer, à laquelle je ne pensais absolument pas recevoir de réponse, et le fait d'en recevoir une, de penser que ma détresse pouvait, intéresser et même toucher, m'a fait énormément de bien. Je me suis sentie prise en considération, et beaucoup moins seule. ».  

Pour ne pas être seule Savannah écoute également « Par Jupiter » sur France Inter. Et les Jupitériens (signature des inconditionnels de l’émission dans les messages qu’ils adressent au service de la médiation) pourront également écouter pendant les deux prochaines semaines un florilège des meilleurs moments de « Par Jupidémie » réalisée dans les conditions très particulières imposées par la pandémie. « Le rire à l’heure du coronavirus » était d’ailleurs le thème du rendez-vous de la médiatrice ce matin sur France Inter avec Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice. Comme l’a justement rappelé Charline : “le rire, c’est ce qui nous libère des angoisses, qui nous libère des peurs, qui permet de les affronter. (…) Le rire permet de montrer qu’on a encore la force de surmonter les choses.” 


Emmanuelle Daviet
Médiatrice des antennes


Voici les principales thématiques abordées par les auditeurs dans leurs courriels du 11 au 18 décembre 2020. Nous publions une sélection de leurs messages ci-dessous :

1. Coronavirus : le vaccin
2. Coronavirus : les tests massifs
3. Coronavirus : les chiffres
4. Coronavirus : remarques diverses
5. Nicolas Dupont-Aignan dans la matinale de France Inter
La fermeture des lieux culturels
6. Remarques des auditeurs sur la fermeture des lieux culturels
7. Roselyne Bachelot, invitée du Grand Entretien de France Inter
8. Jeanne Balibar, invitée du 7h50 de France Inter
9. Interception : "Palestine, l'Etat introuvable"
Environnement et écologie
10. "La liste de mes non-cadeaux de Noël"
11. L'hommage de Denis Cheissoux à Morgan Keane
12. La journée spéciale climat du 12 décembre sur France Inter
13. Pêle-mêle de remarques d'auditeurs 
​​​​​​​Débat de l'actu : règles assouplies dans les Ehpad à Noël
14. La langue française 


CORONAVIRUS : LE VACCIN

Message d'auditeur
« Nous avons entendu ces derniers jours des responsables politiques, dont certains ayant prétendu aux plus hautes fonctions de l’Etat, exprimer une position de refus de la vaccination dans sa forme actuelle en mettant en avant leur choix de ne prendre aucun risque à titre individuel. Ces positions au détriment de l’intérêt général me choquent profondément. C’est une guerre sanitaire mais aussi économique, sociale. A nous tous d’être les soldats de cette guerre lorsque le vaccin nous sera proposé. Aux soldats, l’on ne demande pas de réfléchir à la stratégie. Il prend un risque individuel pour défendre l’intérêt de la nation. Il faut accepter d’être ce soldat humble et obéissant. Même dans un monde surchargé d’informations où nous serions tous supposés être des spécialistes de tout. » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

CORONAVIRUS : LES TESTS MASSIFS

Message d'auditeur
« Mais si Madame Hill dit vrai sur la faible utilité ou l’inutilité des stratégies et campagnes de test du gouvernement et des autorités de santé, ce que je crois volontiers, qui donc conseille le gouvernement ou prend ces décisions coûteuses et peu avisées ? Voilà 10 mois que je vis confiné sans voir personne ou presque à l’extérieur, et j’ai l’impression que cela ne va pas finir. D’autant qu’une bonne partie des gens ne comprennent rien au port du masque (sous le menton) ou aux distances. » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

CORONAVIRUS : LES CHIFFRES

​​​​Message d'auditeur
« Chaque jour le nombre de « nouveaux cas » de contamination par le Covid-19 est donné. Mais que signifie ce chiffre, par exemple : « 10 000 nouveaux cas, en 24 heures » si on ne sait pas sur combien de personnes testées ? Car cela fait une grande différence si c’est sur 100 000 cas, ou sur 1 million. En tous cas, cela n’est pas sur la totalité de la population française. Et merci de traiter, enfin, du sujet de l’immunité collective. Car vous en parliez il y a quelques mois, et il semble que ce n’est plus d’actualité, sans doute pour cause d’arrivée du vaccin. Et c’est important, puisque nous savons que, plus de gens sont contaminés, plus cette immunité collective sera assurée. Je sais que c’est difficile à dire, alors qu’on nous annonce le Graal de la vaccination… Merci à vous, d’être là.​​​​​​​ » (France Culture)

« Je suis scientifique et je m’étrangle chaque fois que j’entends citer les chiffres des soi-disant « contaminations ». Les tests RT PCR Français ont défini un taux de positivité à 37 cycles bien au-delà du seuil fiable de 25 cycles (20 en Allemagne) ce qui fabrique de facto un grand nombre de faux positifs. Les chiffres de positifs diffusés sont donc faux. De plus le virus n’étant pas vivant le fait d’être positif ne veut pas dire qu’il a infecté les cellules de son hôte. Il faut absolument que vous arrêtiez de diffuser ces chiffres qui ne donnent aucune indication sur l’épidémie. On évalue l’état d’une épidémie sur le nombre de malades et de morts (la fameuse incidence). Les diffuser est irresponsable et n’a pour but que d’effrayer la population non scientifique. » (Radio France)

« Les journalistes continuent à nous donner une information biaisée sur les décès dus à la Covid. Aujourd’hui encore, votre journaliste semble impressionné par le nombre de morts aux Etats-Unis, en oubliant complètement que c’est un pays 5 fois plus peuplé que la France. Il suffit de regarder les chiffres pour voir que les Etats-Uniens ne sont guère plus endeuillés que les Français : 928 décès par million d’habitants contre 871 pour la France. Pourquoi nous cache-t-on cette réalité ? Il faudrait aussi parler des pays qui sont réellement les plus endeuillés : la Belgique (1566), le Pérou (1246), l’Italie et l’Espagne (plus de 1000). Les journalistes devraient s’informer avant de balancer des chiffres impressionnants non contextualisés. D’autre part, je reconnais une certaine pluralité des opinions diffusées par France Inter au sujet des vaccins ou des mesures prises par le gouvernement contre la COVID. En revanche, l’information semble très orientée au sujet des traitements. Par exemple, on ne parle que de Discovery, qui est une étude parmi des dizaines, et pas des traitements qui semblent efficaces dans de nombreux pays.​​​​​​​ » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

CORONAVIRUS : REMARQUES DIVERSES

​​​​Message d'auditeur
« L’annonce sur votre antenne de l’Application Tousanticovid incite à son téléchargement. Agé de 75 ans, donc personne à risque, j’ai voulu effectuer cette action civique. Mais cette opération nécessite au minimum l’IOS 11.4, IOS compatible avec seulement les Iphones 5S et plus. Hélas je ne possède qu’un Iphone 4S. Il est très suffisant pour l’utilisation que j’en ai et que j’en fais quotidiennement. Changer de téléphone pour un 5S coûte au minimum 100 euros pour un reconditionné. L’actuel satisfaisant mes besoins et n’étant pas un adepte de la nouveauté à tout prix, je préfère affecter cet argent à d’autres priorités. Je suis donc exclu de fait de cette application et je pense être représentatif de ma catégorie sociale. Ancien informaticien, je considère que développer une application qui ne prend pas en compte tous les éléments est une faute professionnelle. Si en plus ce choix a été fait volontairement il exprime un mépris pour un nombre certain de citoyens. Quand le gouvernement déclare que 8 millions de personnes ont déjà téléchargé Tousanticovid : cela représente moins de 10% de la population, et combien de personnes âgées possédant la technologie nécessaire dans ce nombre ? Il convient donc d’être circonspect sur cette autosatisfaction gouvernementale. Je n’ai pas entendu sur votre antenne ni un invité politique ni même un journaliste soulever ce problème. ​​​​​​​» (Franceinfo)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

NICOLAS DUPONT-AIGNAN DANS LA MATINALE DE FRANCE INTER

​​​​​​​Messages d'auditeurs
« Je pense qu'il est nécessaire de vous donner les moyens de faire du fact checking immédiatement pendant les interventions de vos invités. Je viens d'entendre Nicolas Dupont-Aignan dire qu'Axel Kahn était contre les vaccins ARN. Je viens de vérifier et cette information est complètement fausse. Dans un climat de suspicion qui se généralise, je suis particulièrement inquiet et outré par ces affirmations erronées qui confortent certaines personnes dans leurs "errements". Je pense qu'il est de votre devoir de corriger ces contre-vérités aussitôt qu'elles apparaissent pour éviter qu'elles se propagent. » (France Inter)

« Félicitations à vous pour avoir rapporté le rectificatif émis par Axel Kahn à l'encontre des propos malveillants et faux tenus par Dupont Aignan hier jeudi, sur la vaccination contre le virus Covid-19. Merci. » (France Inter)

Chères auditrices, chers auditeurs, 

Nous vous remercions de nous avoir écrit au sujet de l'interview de Nicolas de Dupont-Aignan. Nous avons transmis vos remarques à France Inter.
Nicolas de Dupont-Aignan a en effet formulé des contre-vérités jeudi à l'antenne.
Un rectificatif a été apporté ce vendredi matin par Carine Bécard dans la matinale de France Inter : 

"Un mot sur l'interview sur France Inter avec Nicolas Dupont-Aignan. C'était à 7h50 avec Léa Salamé. Il a affirmé, je le cite, "que de grands généticiens comme Axel Kahn et d'autres ont dit qu'ils ne se vaccineraient pas avec le vaccin à l'ARN Messager."
C'est faux, lui répond Axel Kahn, le président de la Ligue contre le cancer, qui nous a demandé de le faire savoir. Il a l'intention, je le cite lui aussi, "de se faire vacciner dès que possible contre le coronavirus avec les premiers vaccins qui seront disponibles". Il était important que cela soit dit."


Merci de votre fidélité
Bien cordialement. 
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

CORONAVIRUS : FERMETURE DES LIEUX CULTURELS

REMARQUES DES AUDITEURS SUR LA FERMETURE DES LIEUX CULTURELS

Messages d'auditeurs
« J’écoute l’émission et je comprends la frustration du monde de la culture, même si les lieux de diffusion de la culture ne sont pas des clusters, toutefois ouvrir les sites culturels signifie plus de circulation des personnes et donc on peut comprendre les mesures restrictives. Le problème est la circulation du virus. » (France Inter)

« Lorsqu’on voyage en transports en commun avec des foules qui ne peuvent pas assurer la distanciation sociale face à la façon hyper sécuritaire dont les lieux culturels avaient organisé leur accueil du public… on se dit qu’on marche vraiment sur la tête ! Est-ce que l’objectif est vraiment de protéger la santé des individus ? Il faut rouvrir au plus vite les théâtres, les musées, les cinémas etc. » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

ROSELYNE BACHELOT, INVITÉE DU GRAND ENTRETIEN DE FRANCE INTER
​​​​​​​

Message d'auditeur
« Je suis professeur de violon dans un conservatoire, je voudrais qu'on m'explique pourquoi seuls les horaires aménagés et 3ème cycle ont été autorisés à revenir en cours, les autres élèves sont reçus individuellement, et cela ne pose aucun danger supplémentaire. Un cours = un prof + un élève, masqués et désinfectés... D'autre part, j'informe Mme Bachelot que les conservatoires ne proposent pas d'activités pendant les vacances contrairement à ce qu'elle vient d'annoncer. L'ouverture à la dernière minute des conservatoires n'ont pas permis à tous de se réorganiser. Cela n'est pas si simple !! » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

JEANNE BALIBAR, INVITÉE DU 7H50

Message d'auditeur
« Je voulais réagir à l'intervention de Jeanne Balibar et autres acteurs du monde de la culture pour qui la restriction de l'accès aux Théâtres, cinémas serait une atteinte aux lumières. Mon mari est restaurateur, nous sommes fermés et malgré tous les sacrifices que cela suppose, nous le comprenons même si ça fait mal… pour sauver des vies. Assez de ces défenses d'intérêts catégoriels en mettant en avant des soi-disant attaques aux libertés. Où est le sens de l'intérêt général (Merci M. Kassovitz) ? Que l'on souffre et que l'on dise à quel point ces confinements sont dramatiques, que l'on cherche les solutions les plus adaptées, oui ! Que l'on mette en avant de soi disantes attaques aux libertés, quel égoïsme partisan, quelle honte ! » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

INTERCEPTION : "PALESTINE,  L’ÉTAT INTROUVABLE"

​​​​​​​Message d'auditeur
« Reportage excellent et exceptionnel. Je voulais vous remercier très sincèrement pour le choix du thème et la façon extraordinaire dont vous l’avez traité. Je souhaite remercier également France Inter d’avoir diffusé ce reportage. Vous avez choisi des hommes et des femmes de paix pour les faire témoigner. Vous avez fait entendre des voix qui représentent le point de vue de la grande majorité des Palestiniens. 
Vous avez choisi des histoires de vie et des situations très diverses. C’est la 1ère fois que j’entends sur France Inter un reportage sur la Palestine d’une telle qualité, d’une telle durée et qui témoigne à ce point de la vie au quotidien des Palestiniens. 
A travers votre reportage, je retrouve ce que j’ai vu, vécu et entendu lors d’un voyage en Palestine. En vous écoutant expliquer la situation de Hébron, je me revoyais marcher dans ses rues. En entendant les témoignages, j’entendais ce que vivaient et disaient celles et ceux qui m’hébergeaient. Encore un grand merci pour votre travail et pour sa diffusion. »
(France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

"LA LISTE DE MES NON-CADEAUX DE NOËL"  

Message d'auditeur
« Cher Hervé Gardette, hier, dans votre billet, vous nous avez fait rire avec des cadeaux abracadabrantesques qu’à juste titre vous ne désirez plus recevoir, et qui sont le reflet d’une absurde surconsommation. Parmi eux, vous avec évoqué l’inutilité du broyeur de végétaux. Parisien que vous êtes ! Cet outil, certes inutile sur votre balcon, figure dans l’attirail de tout jardinier conscient des enjeux environnementaux. Il sert à réduire en fragments les tailles d’arbustes et d’arbres qui sont trop gros pour pouvoir être compostés. Ces fragments sont étalés au pied des plantations et, vers de terre aidant, sont transformés en terreau nutritif pour les végétaux. Certaines communes (de province, faut-il le préciser), proposent ce service de manière collective avec de puissants broyeurs. Résultat : moins de déchets et des amendements naturels qui reconstituent les sols…  » (France Culture)

Hervé Gardette a répondu directement aux auditeurs dans sa chronique "La Transition" jeudi 17 décembre sur France Culture
A écouter : "Le broyeur de végétaux m'a tuer"
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

HOMMAGE DE DENIS CHEISSOUX À MORGAN KEANE 

Message d'auditeur
« Merci Denis Cheissoux pour votre belle émission « CO2 mon amour » que nous écoutons régulièrement. Aujourd’hui nouvelle tellement attristante de la mort d’un jeune homme à cause d’un chasseur. Hélas, ce n’est pas la première victime. Quelles solutions apporter à ce désastre ? 
Serait-il possible d’interdire la chasse 2 jours (ou + !!) par semaine pour que les paisibles promeneurs, cueilleurs de champignons ou autres puissent vaquer en paix loin du bruit et profiter de l’environnement etc.. Pourrait-on ajouter au permis de chasse un test de vision 
afin que certains chasseurs ne vous confondent pas avec un sanglier. 
Merci aussi pour votre humour toujours aussi agréable et langue française que vous n’écorchez pas -ce qui devient chose rare. Si vous voyez votre copain Nicolas Soufflet transmettez-lui le même compliment  »
(France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LA JOURNÉE SPÉCIALE CLIMAT SUR FRANCE INTER
 
​​​​​​​Messages d'auditeurs
« Un constat : les membres de la convention citoyenne ont bénéficié lors des premières séquences d'un apport d'informations par des scientifiques notamment membres du GIEC pour les éclairer sur les différents thèmes abordés. Cet apport a été déterminant sur la qualité des travaux de groupes et la pertinence de leurs propositions. 
Une suggestion : Réaliser ce même apport à un maximum de responsables et décideurs impliqués dans la mise en œuvre des propositions en question ; et notamment :  
*les principaux élus : députés français et européens, sénateurs, conseillers régionaux et départementaux, maires des grandes métropoles et villes, un échantillon de maires de villes moyennes et petites volontaires.  
*les Chefs des principaux partis politiques. 
*les responsables des principaux syndicats patronaux et salariés. 
*les hauts fonctionnaires des cabinets ministériels et des services publics. 
Il me semble que les débats publics seraient plus clairs, plus rapides, et l'adhésion des citoyens aux décisions prises plus importantes. »
(France Inter)
​​​​​​​
« Je tenais à vous féliciter pour cette journée « Climat : chaud devant », j’ai notamment apprécié le 18/20 avec Mathieu Vidard et Camille Crosnier, avec un débat très intéressant, et bien mené, ou toutes les parties ont pu être entendues, tant citoyens que politiques, directeurs d’entreprise, représentants d’ONG, ou climatologues… Retrouver plusieurs débats de ce genre abordant différents thèmes serait appréciable ! Merci également pour le reste de vos programmes.  » (France Inter)
À lire, une sélection de messages sur le même sujet

PÊLE-MÊLE

Nous vous proposons dans « Pêle-mêle » une sélection de messages d’auditeurs : réactions sur l’actualité, avis sur des émissions, remarques sur les antennes, opinions sur les lignes éditoriales, points de vue sur les angles choisis dans des reportages ou des articles publiés sur les sites. 

Messages d'auditeurs
« Je voudrais vous remercier de votre travail, France Culture rend le confinement agréable et je ne perds pas le français. Merci beaucoup und viele Grüße! » (France Culture)

« Quel homme brillant ! Charles Michel dans Questions Politiques sur France Inter : enfin un homme que l’on comprend et qui me fait comprendre les objectifs et l’avenir de la communauté européenne dans ces moments difficiles. Merci à vous et votre équipe de journalistes au féminin, je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année. » (France Inter)

« Je viens d’écouter M. Marc Fauvelle sur Franceinfo en lui transmettant mes admirations et ma sympathie comme je reste fidèle à ces interventions et que ces interviews sont sincères et remarquables. » (Franceinfo)
À lire, une sélection de messages
 

Débat de l'actu
Règles assouplies dans les Ehpad à Noël 

Message d'auditeur
« Mais quand demandera-t-on enfin aux résidents en Ehpad ce qu’ils en pensent ? Qu’on les laisse sortir s’ils le souhaitent. La plupart d’entre eux sont sains d’esprit ! Pourquoi faudrait-il toujours décider pour eux/elles ? Ils ont le droit de prendre les risques qu’ils/elles souhaitent. » (France Inter)
LIRE PLUS DE MESSAGES
 

Quand les auditeurs deviennent nos professeurs de français...

Date butoir
« Je n’ai qu’une question ! Pourquoi le terme de « Dead Line » et non « Date butoir » Encore cette manie désastreuse pour la langue française ! Privilégier le mot anglais alors que le mot français existe. »

L'œil du cyclone
« Je viens d’entendre que la société qui produit du CO2 liquide allait être dans “l’œil du cyclone”. 
J’espère pour cette société qu’il n’en est rien puisque l’œil du cyclone est une zone de calme plat. Ce contresens est malheureusement très courant chez les commentateurs et journalistes de votre antenne. 
Si vous pouvez faire passer le message, je vous en remercie. 
»

Ôde, Aude ?
« Une fois de plus, j'ai entendu ode en O bien fermé. Quel est ce jeu consistant à inverser les codes et à faire de notre langue une chanson en bémol là où c'est écrit en dièse ? Je n'arrive pas à comprendre, ça ne correspond même pas à un accent. Dans un poème ode ne rime pas avec Aude à qui elle serait chantée, mais avec iode, et Aude avec "autour de toi je rôde".  
Je ne peux plus donner mes cours de langue française (avec les bons codes phonétiques) à une Arménienne pas plus que de faire modèle d'arts ni mes expos avec vernissage chorégraphique, bref, je ne vois plus personne puisque mes activités sont mises à terre. Alors ce qui me reste est la radio les vidéos, la nature et la peinture, aussi quand la radio massacre notre langue et ses codes de compréhension, il y a de quoi être énervé. Aux étrangers, on dit ode, code, iode, brode ; et rôde, Maud, Claude, Aude. Merci de transmettre. 
»

Tics de langage
« Pouvez-vous proposer à vos journalistes et intervenants une formation pour éviter les tics de langage. Les "voilà, j'veux dire, j'dirais, du coup, effectivement,... rendent le message inaudible. Proposez leur la presse écrite, ils pourront au moins se relire et les éviter !  »
​​​​​​​
Les anglais... et les autres ?
« Comment peut-on encore confondre la Grande-Bretagne et les Anglais qui n'en constituent qu'une partie aux côtés des Gallois, Écossais et autres Irlandais du Nord ?  »

« Je suis assez étonné par vos difficultés à caractériser le Royaume Unis et ses habitants tel qu'il est : une union de plusieurs peuples, dont la qualification en tant qu'anglais est réellement réductrice. Cela montre qu'en tant que français nous connaissons mal ce pays. Bref, si vous pouviez éviter d'appeler les résidents du Royaume Unis "Les Anglais" ma compagne Galloise ne pourrait plus nous traiter d'inculte ! Je précise que j'aime beaucoup votre émission, et cette remarque n'entame en rien la confiance que je lui porte en termes de qualité d'information que vous délivrez chaque jour... »

Injonction
« Serait-il possible d'indiquer aux journalistes la définition du mot injonction : "ordre, commandement précis, non discutable, qui doit être obligatoirement exécuté et qui est souvent accompagné de menaces de sanction" ? 
De fait, quand le gouvernement précise que l'on ne devrait pas être plus de six personnes à table, c'est une recommandation et non une injonction ; quand le gouvernement indique que les enfants pourront quitter l'école jeudi ou vendredi pour pouvoir se confiner une semaine avant Noël (soit 7 jours, durée estimée de disparition du virus), il s'agit d'une tolérance et non d'une injonction. 
Leur manie de parler "d'injonctions contradictoires" en mélangeant ordres, recommandations et tolérance revient à mélanger pommes et poires et donc faire de la compote mais sûrement pas de l'information.  
»

Utilisation de l'écriture inclusive
« Je prends le clavier pour vous faire part de ma lassitude et de mon irritation de constater qu'il y a de plus en plus de contenu rédigé selon les préceptes de l'écriture inclusive. 
Honnêtement, je pense que cela n'apporte absolument rien, voire que cette pratique décrédibilise votre radio. 
Il est nécessaire de faire avancer la cause de femmes, mon propos ne renvoie pas à cela. Mais pas en appliquant des modifications à la langue française qui ne sont pas reconnues, et qui pour moi ont même un effet contre-productif. 
»

Comment parle-t-on ?
« Je suis de plus en plus affligée devant le laisser-aller vis-à-vis de la langue française et les erreurs de plus en plus fréquentes à l'antenne. Il y a une heure, dans "les bonnes choses", Eric Orsenna, un academicien (!) dit : la cavité dans LEQUEL !!! Deux minutes plus tard la journaliste : l'algue est-il... ! Mais où sommes-nous ? Et malheureusement cela ne fait qu'empirer. La dernière mode : "on se pose le problème de quand cela va-t-il finir ; on cherche l'idée de qu'est-ce qu'on va faire..."  »

Meeting
« Remarque sur le non-usage de la langue française : Votre journaliste manque-t-elle tant de vocabulaire français ou veut-elle se montrer première de la classe en anglais, et chausser des talonnettes, et bomber le torse ?  "mitïngue" de rédaction... je suis heureux de vous faire connaitre le beau mot de RÉUNION ; en plus il est compréhensible des auditeurs. »
 À lire, d'autres messages sur l'usage de la langue française

​​​​​​​[PROCHAIN RENDEZ-VOUS] Samedi 19 décembre sur Franceinfo à 11h51 et 13h51 : "Les enjeux de l'information au temps du Covid". Emmanuelle Daviet reçoit Vincent Giret, directeur de Franceinfo
​​​​​​​

France Inter
L'humour en temps de Covid

Au programme du rendez-vous de la médiatrice sur France Inter cette semaine: L'humour en temps de Covid : Quelle est la fonction du rire en temps de pandémie ?
Pendant le premier confinement, chacun a pu constater à quel point cette situation anxiogène a été détournée par l’humour et la dérision.
Emmanuelle Daviet reçoit Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice.
​​​​​​​​​​​​​​
ÉCOUTER

Franceinfo
Questions éditoriales sur la crise sanitaire

Le traitement éditorial du vaccin contre le Covid, l'arbitrage des points du vue entendus sur l'antenne et les conflits d'intérêts des invités : Emmanuelle Daviet relaie vos questions sur le traitement éditoial de la crise sanitaire. Pour y répondre, Matthieu Mondoloni, directeur adjoint de la rédaction de Franceinfo est au micro de la médiatrice. 

​​​​​​​
ÉCOUTER
 
   
Instagram
@mediatriceradiofrance
Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment. 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL.
Se désinscrire

Équipe de la médiatrice : 

Catherine Cadic
Juliette Fayollet
​​​​​​​
Crédits photo : © Christophe Abramowitz, Radio France © Getty ©Blake Callahan Getty © Getty © Andriy Onufriyenko Getty © Paulo Sousa Getty  © Capture d’écran France Inter © Issam Rimawi AFP © Simonkr Getty © Theo Caubel France Bleu Périgord  © Atelier graphique de Radio France ©AFP / GETTY / GETTY © AFP
​​​​​​​​​​​​​​
Avec AFP et Agence Interne