Version en ligne
#16/2020 - Avril 2020
 L'EDITO DE LA MÉDIATRICE


Si loin... Si proche... 
 
17 mars - 17 avril : un mois de confinement. Nos vies ont changé, nos façons de travailler aussi. Mais nous sommes là, d’un côté ou de l’autre du poste et nous formons une communauté : celle des auditeurs de Radio France. Et les auditeurs, hors les murs de cette grande Maison, ont une particularité, une singularité exemplaire : ils aiment écrire à leur radio. Par attachement, par ferveur, par passion. Comme on écrit à un membre de sa famille, à une amie, à un être que l’on aime. Certains écrivent régulièrement, d’autres épisodiquement, ou juste une fois, comme ça, sur un coup de tête, pour un coup de cœur ou un coup de gueule.  

On écrit quelques mots à la vitesse d’un tweet ou une longue lettre car, en ce moment l’opportunité est là, de prendre le temps ou de l’occuper. Alors on écrit à la radio, cette voix multiple qui anime le salon, la cuisine ou la salle de bain. Il y a dans les lettres reçues depuis un mois de la ferveur, de l’excès, de l’indignation, de la joie, de la gratitude, de l’émotion, du courage aussi pour trouver les mots qui cisèlent ce réel inouï, tragique, grotesque, sordide, brutal, vertigineux et cruel. 

45 000 messages depuis le début du confinement 

45 000 messages adressés aux antennes de Radio France en un mois. Ce chiffre traduit un attachement et une fidélité remarquables, des attentes et une exigence également. Les directrices et les directeurs de chaîne ont donc tenu à répondre à ces courriels, nourris de remerciements, de remarques, de questions et de témoignages.  

Les auditeurs de France Inter vont savourer les mots que leur adresse de sa cuisine, Laurence Bloch, la directrice de la chaîne : « Cette crise nous a appris à vivre séparés mais plus que jamais ensemble et à l’écoute continue de l’antenne je me réjouis tellement de la place que nous avons décidé de vous donner à vous auditrices et auditeurs grâce à l’interactivité et au répondeur. C’est une place que l’on vous doit et que l’on vous devra à l’avenir ! » 

Dans sa lettre, Vincent Giret, directeur de Franceinfo, leur raconte son antenne « devenue une radio d’urgence et, aussi, un média de l’intime et de la conversation (…) Avec une irrésistible envie de partager et de dialoguer. Des échanges de grande tenue et d’un intérêt constant, qui nous ont rapprochés de vous. Ensemble, nous fabriquons du lien. » Il y revient également demain, 18 avril, dans le « Rendez-vous de la médiatrice », chaque samedi sur Franceinfo, et nous explique la spécificité d’une radio d’information continue pour traiter cette actualité historiquement sans précédent.  

Sandrine Treiner, directrice de France Culture fait une déclaration à ses auditeurs : « Je sais parler au nom de tous les journalistes, productrices et producteurs de France Culture, réalisatrices et réalisateurs de nos émissions, techniciennes et techniciens, au nom de toutes celles et ceux qui travaillent pour la chaîne et quel que soit leur métier, en vous faisant cette simple déclaration : vous nous manquez ! »

Même constat, formulé avec d’autres mots, pour Bérénice Ravache, directrice de FIP, qui invite ses auditeurs à une valse sur les ondes : « Nous avons à cœur de continuer à vous faire voyager, de continuer à vous prendre la main, à vous enlacer, d’être toujours plus proche de vous ». 

Marc Voinchet, directeur de France Musique, toujours au diapason avec ses mélomanes, évoque la fraternité dans sa lettre : « Jadis, il y avait ce slogan pour France Musique : « Ce monde a besoin de musique ». Il prend tout son sens plus que jamais et vous nous le confirmez par vos nombreux témoignages. Cela nous touche infiniment parce qu’au fond, vous nous dites ce en quoi nous croyons, c’est que des trois principes de notre devise nationale « Liberté, Egalité, Fraternité », celui le plus immédiatement applicable, le plus facilement réalisable, c’est celui de « Fraternité ».  

Une promesse républicaine aussi évoquée dans la bande son hip-hop, rap, R’n’b de Mouv’. Son directeur, Bruno Laforestrie, écrit à son jeune public, un mois après le début du confinement : « Il y a toujours une première fois. Et cette première fois nous la vivons ensemble. »
​​​​​​​

A l’issue de ce mois de confinement, Jean-Emmanuel Casalta, directeur de France Bleu, écrit également à ses auditeurs : « France Bleu est mobilisée pour remplir sa mission de service public, à la fois par la mise en œuvre de ses propres initiatives et par le relais d’initiatives locales. Nous avons à cœur de répondre à vos besoins et à vos attentes en matière d’informations pratiques et de services, de conseils et de divertissements dans cette course de fond solidaire et en relais dans laquelle sont engagées toutes les équipes de France Bleu à votre service », un florilège des initiatives est proposé ici

L’intégralité des textes des directrices et directeurs des antennes de Radio France sont à lire dans cette Lettre. 

Des enquêtes… 
 
J’ai eu l’occasion de l’écrire ici, la teneur des messages reçus au service de la médiation a évolué depuis la mise en place du confinement. Outre des remerciements, des témoignages de vie, des textes et des poèmes, les auditeurs continuent d’écrire sur la ligne éditoriale, mais la réelle nouveauté depuis un mois, c’est qu’ils suggèrent des reportages aux rédactions et les enquêtes figurent parmi les sujets régulièrement évoqués. 

Dans la période inédite que nous traversons, la Cellule investigation de Radio France a d’ailleurs lancé davantage d’enquêtes, sur des formats plus courts, et exclusivement centrées sur la crise, diffusées sur les antennes et publiées sur les sites des chaînes de Radio France : « Cette formule nous a semblé d’autant plus pertinente que la situation exceptionnelle que nous vivons appelle un questionnement des choix de nos gouvernants, et un examen approfondi de ce qui se vit sur le terrain. Nous avons enquêté sur les masques : pourquoi en manque-t-il ? Pourquoi le discours du gouvernement a-t-il évolué ? Qui sont les intermédiaires douteux qui profitent de la situation ? Nous avons aussi travaillé sur les laboratoires et leur stratégie, analysé les conséquences du rassemblement évangélique de Mulhouse, l’impact du premier tour des municipales sur les contaminations » détaille Jacques Monin, directeur de la Cellule investigation de Radio France qui explique le travail de son équipe depuis le début du confinement

…de l’actualité internationale 

« Je constate depuis un mois un total manque d'information sur le monde extérieur. Par-là, j'entends le reste de la planète ; ou alors, c'est uniquement sous l'angle du Covid19. Et même là, c'est le plus souvent restreint aux pays européens ». Au regard de toute la production de sujets, de reportages, de chroniques consacrés à l’actualité internationale sur les antennes, cette remarque, disons même cette critique, relève purement de la perception. J’invite les auditeurs qui auraient le sentiment que l’on n’en fait pas suffisamment à reconsidérer leur avis en prenant connaissance de la synthèse que propose dans cette Lettre Jean-Marc Four, directeur de la rédaction internationale. Sur les antennes de Radio France, depuis le début de la crise du Covid-19, l’offre éditoriale est réellement unique en termes de reportages à l’étranger, grâce aux journalistes qui se rendent sur les terrains les plus atteints, grâce aux correspondants permanents à l’étranger et au réseau de collaborateurs pigistes hors de l’hexagone. La rédaction internationale informe sur l’état de l’épidémie à travers la planète mais pas seulement, elle propose aussi chaque jour, cinq infos du monde, garanties sans Covid-19, dans le rendez-vous « Par ailleurs », toutes les infos sont à retrouver ici.

…et le sport en période de confinement 

Début mars, tous les journalistes sportifs étaient dans les starting-blocks : « Ce devait être l'été de tous les exploits sportifs. Roland Garros, Euro de football, Tour de France, Jeux Olympiques, Jeux Paralympiques, les championnats d’Europe d'athlétisme en France : six compétitions majeures qui s'enchaînent en un peu plus de trois mois : un été comme il en existe rarement dans une vie de journaliste sportif » rappelle Vincent Rodriguez, directeur des sports de Radio France. La suite on la connaît. Tout a été stoppé. Un vrai crève-cœur raconte ici Vincent Rodriguez, aux auditrices et auditeurs amateurs de sports, obligés de renoncer, comme les journalistes sportifs, à tous ces grands rendez-vous du printemps et de l’été 2020. 

Dans cette grande boucle vertueuse de l’échange qui s’est instaurée depuis un mois où les auditeurs écrivent, certains répondant même à d’autres auditeurs dont ils lisent les messages sur le site de la Médiatrice, Jean-Luc confie : « Parmi les messages des auditeurs qui vous écrivent, nombreux sont ceux qui expriment le souhait qu'après la crise actuelle, on ne retombe pas dans les erreurs du passé en matière de mode de vie, consommation, transport… Je partage ce point de vue. Certains disent qu'ils doutent que de véritables changements se réalisent. J'en doute aussi, vu l'état actuel de la mobilisation du peuple dont nous faisons partie pour que justement les choses changent. J'invite donc les auditeurs et les autres aussi à rejoindre les organisations qui agissent collectivement au niveau national et international pour un changement vers plus de justice sociale et de respect de l'environnement. Invitation pour ceux qui ne sont pas déjà engagés bien sûr. J'invite aussi les radios publiques à donner beaucoup de place à ces organisations, au travail qu'elles font, à l'espoir que cela représente pour le futur. »  

Son message est un écho à la belle proposition du sociologue, anthropologue et philosophe des sciences, Bruno Latour, formulée sur France Inter le 3 avril dernier au micro de Nicolas Demorand : « Si on ne profite pas de cette situation incroyable de suspens pour se dire, bon, maintenant qu’est-ce que je garde, qu’est-ce que je ne garde pas. Si on ne fait pas preuve de discernement, c’est gâcher une crise, c’est un crime (…) Le rôle de la pensée c’est aussi de jouer le coup d’après (..) La question c’est : “est-ce qu’on va apprendre de cette crise ?” ».  

Chacun à titre individuel peut s’interroger. Aux médias également de s’emparer de cette question : qu’allons-nous en faire de cette crise ? Demain dans « Le rendez-vous de la médiatrice » sur Franceinfo, Vincent Giret répond à cette question riche de tous les possibles. 

Bonne lecture,

Emmanuelle Daviet
Médiatrice des antennes


Voici les principales thématiques abordées par les auditeurs dans leurs courriels du 10 au 17 avril 2020. Nous publions une sélection de leurs messages ci-dessous :

1- Merci aux équipes de Radio France !  
2- Les chiffres du coronavirus
3- Confinement prolongé pour les personnes âgées ? 
4- Le déconfinement pour les plus jeunes
5- Les auditeurs suggèrent des thèmes de reportages
6- La mort du chanteur Christophe
7- Témoignages, poèmes et lettres d'intérieur d'auditeurs 

MERCI AUX ÉQUIPES !

Message d'auditeur
« Chère France Inter, c'est à dire vous tous, journalistes, experts, animateurs, techniciens, standardistes, modérateurs, personnes de l'accueil et de l'entretien, responsables et stagiaires, cher.e.s vous tout.e.s et tous, ceci est un message pour vous adresser des remerciements profonds et sincères.
J'écoute France Inter depuis toujours, j'ai été de ces enfants bercés par le tintement du chrono du Jeu des 1000 euros, la voix de Daniel Mermet et les rires de Laurent Ruquier. Puis, petit à petit, après une période adolescente où je trouvais que mes parents n'avaient rien compris car ils n'écoutaient pas de musique, j'ai finalement commencé à être attentive à ce qui se disait sur vos ondes. Je ne saurais même pas vous dire à quel âge exactement, mais j'ai été happée et cela n'a plus jamais cessé. Je vous ai amené quand je suis partie à l'étranger pendant 5 années, grâce à la magie d'internet : vous étiez ma voix de la France, vous étiez ma France. Alors certes, je ne suis pas toujours d'accord, je trouve tel ou tel journaliste trop complaisant et je râle derrière ma radio. Et je me rappelle que si je peux le faire, c'est que vous avez contribué à façonner mon esprit critique, en vous ouvrant aux divers points de vue et en variant les analyses.
Vous avez été là dans les moments moins faciles, c'est en effet grâce au 7-9 que j'ai récupéré un niveau correct en culture générale quand j'ai préparé seule des concours (une pensée pour Bernard Maris qui m'a ouvert les yeux sur l'économie contemporaine). Et dans cette période de stress et de routine studieuse, j'ai découvert Charline, Alex et Guillaume, qui me faisaient rire profondément chaque fin d'après-midi, m'offrant la bouffée d'air qui m'a permis de tenir. Résultat : j'ai réussi haut la main, vous pouvez donc vous vanter d'avoir été plus efficaces qu'une classe prépa.
Aujourd'hui encore, vous êtes là. Vous êtes là le matin, vous êtes là le soir, vous êtes là tous et à toute heure, à la portée d'un effleurement de doigt sur mon téléphone. Même en cette période difficile de confinement, vous ne m'avez pas lâchée, et vous permettez à moi comme à des milliers de gens de bénéficier de vos voix rassurantes, alors que tous nos autres repères sont bouleversés.
Alors merci. Un mot simple, efficace, sincère, sans doute trop petit pour représenter l'énormité du travail, mais envoyé ici avec une gratitude sans limite. Vous êtes une fierté, un modèle de service public, comme d'autres services publics si performants et si fragiles à la fois : nous oublions souvent notre chance, nous Français.
Tout ça pour vous dire que je serai toujours avec vous moi aussi, quand il s'agira de défendre vos droits, votre budget, vos programmes. Vous avez raison de vous battre, et chaque chanson de la playlist de France inter qui signifie un jour de défense de cette Maison indispensable, inégalable, irremplaçable, je l'écoute avec joie.
Continuez avec confiance et courage, car on vous aime. »
(France Inter)

La Lettre de Laurence Bloch aux auditeurs
"Chères auditrices,
Chers auditeurs,
Ce petit mot écrit de ma cuisine puisque comme vous toutes et tous je suis « une confinée ».
Je voudrais tout d’abord vous remercier du fond du cœur et au nom de toute la France Inter des courriers si bienveillants, si chaleureux et si nombreux que vous prenez la peine de nous adresser jour après jour. Ils nous réconfortent et nous portent dans ce moment chaotique et difficile que nous traversons toutes et tous..." 
LIRE LA SUITE

Message d'auditeur
« Merci à tous les journalistes de Franceinfo ! Merci à cette fantastique radio ! Merci à tous les journalistes ! » (Franceinfo)

« Merci à tous ! Protégez-vous et continuez à avoir l’esprit d’équipe des pionniers de Franceinfo. Merci ! » (Franceinfo)
La Lettre de Vincent Giret aux auditeurs
"Chères auditrices et chers auditeurs,
Nous avons entendu votre voix sur franceinfo ; et cela nous a tous beaucoup touché. Ce n’était pas notre habitude : franceinfo est une radio d’information en continu où rigueur rime le plus souvent avec une certaine austérité. Il n’était pas dans notre identité éditoriale d’ouvrir notre antenne pour de longues plages d’échanges. La gravité de la crise sanitaire a tout bouleversé : franceinfo est devenue une radio d’urgence et, aussi, un média de l’intime et de la conversation..." 
LIRE LA SUITE

Messages d'auditeurs
« Bonjour l'équipe France Bleu ! Encore une journée où je vais "être collée au poste" présence indispensable pour moi !! Portez vous bien !! » (France Bleu)

« Merci France bleu de diffuser ces chansons qui nous font danser et nous aident à supporter le confinement ! Vous êtes géniaux ! » (France Bleu)

La Lettre de Jean-Emmanuel Casalta aux auditeurs
"Chers Amis auditeurs,
Vous le savez, France Bleu entend être plus que jamais votre radio de la proximité. À l’antenne et sur francebleu.fr, chaque jour, nous vous accompagnons, les petits comme les grands, les familles comme les personnes seules pour faire face, tous ensemble, à cette crise sanitaire sans précédent. Auditeur comme internaute, nous vous écoutons et répondons à vos questions, valorisons vos idées, nous vous apportons notre concours pour vous aider à passer ce cap inédit. N’hésitez pas, continuez à prendre la parole !..." 
LIRE LA SUITE

Message d'auditeur
« Depuis le début du confinement, j’écoute des fictions presque tous les soirs (et régresse avec bonheur jusqu’à mon enfance, quand on me lisait une histoire pour m’endormir) et je dois dire que je suis réellement impressionnée par la qualité de réalisation des fictions que vous nous offrez. Palme d’or personnelle à l’adaptation de Jane Eyre par Pauline Thimonnier. Prix du jury personnel à Eric Herson Macarel pour sa bouleversante interprétation de Edward Rochester. Un immense BRAVO et un nom moins énorme MERCI à France Culture de nous servir du caviar pour les oreilles en cette trouble période. Un beau printemps à tous… sous les masques » (France Culture)

La Lettre de Sandrine Treiner aux auditeurs
"Chères auditrices et auditeurs, et internautes,
Je crois parler pour tout France Culture en vous témoignant tout d’abord notre préoccupation à l’égard de vous toutes et tous.
​​​​​​​Je crois également parler pour toutes les équipes de France Culture en vous disant que depuis le 17 mars, c’est grâce à la pensée de vous que nous avons surmonté toutes les difficultés, importantes comme pour vous-mêmes ou vos activités professionnelles, pour être là à vos côtés, présents dans votre vie quotidienne, accompagnant cette période de crise si désarçonnante (a minima) pour chacun d’entre nous tous… La radio comme source d’intérêt, de divertissement, de plaisir… de réconfort, nous l’espérons aussi..."
LIRE LA SUITE

Messages d'auditeurs
« Bonjour à chacun et à chacune, celles et ceux que l’on entend et toutes celles et ceux qui font la radio mais dont on n’entend pas la voix,  
Je suis une auditrice assidue de votre radio, notamment le matin. Je suis très heureuse d’avoir retrouvé une vraie radio après des premiers jours confinés très perturbés. Je dois préciser que j’habite à la campagne et profite d’une activité professionnelle de plein air donc non confinée, ce qui rend mes journées quasi identiques à celles d’avant le 16 mars. Mais je compatis avec tous les citadins. Pour revenir à la radio, les aménagements trouvés par les programmateurs ont créé d’heureuses surprises (la voix estivale de Marcel Quillévéré tout à coup en pleine froidure printanière ! des miettes de Corine Schneider et de son Bach du Dimanche, dont je suis fan, en pleine journée !, etc.), mais retrouver nos rendez-vous habituels a envoyé aussi un message de stabilité bienvenu (merci à Jean-Baptiste Urbain de réinventer une heure de Musique Matin ! Belles adaptations de Denisa Kerschova !). Donc, vous dire que tous vos efforts sont essentiels et tellement appréciés ! Pourtant, l’objet de ce message n’est pas seulement de vous féliciter. J’ai une réclamation qui date de longtemps déjà. Je regrette amèrement ne plus avoir aucun journal d’information le week-end. Il fut un temps intermédiaire où vous combiniez avec France Culture, puis, plus rien. Cela me manque ! Depuis le confinement, je bascule par obligation sur France Culture qui lui-même bascule sur France Inter, puis je reviens bien vite sur France Musique, m’apercevant que si j’ai choisi cette chaîne, ce n’est pas pour rien ! Alors, à quand à nouveau nos 5-6 minutes d’info sur France Musique ? A quand le retour d’Olivier Danrey et Marie-Hélène Duvigneau (j’espère qu’ils vont bien !) mes préférés ? Ces indispensables concentrés d’informations nationales et internationales agréablement dépourvus d’effets d’annonce sont uniques et tellement profitables ! S’il vous plait, revenez vite ! S’il vous plaît, monsieur ou madame le.la directeur.trice de chaîne, remettez-nous de l’info le week-end, au moins à 7h ou 8h le matin !  
Ah oui, pour finir, un petit clin d'oeil à Coco. Je ne sais pas qui elle est. Une seule personne (Saskia de Ville, je crois) la remercie – remerciait – en tant que telle. Dommage que tout le monde n’en fasse pas autant. En tout cas, merci pour vos annonces de programmes et votre petite touche perso. C’est un vrai plaisir !  
A toutes et tous, bon courage et continuez d’inventer une nouvelle radio chaque jour ! Dans les périodes troubles comme la nôtre, c’est salutaire. Merci.  »
(France Musique)

La Lettre de Marc Voinchet aux auditeurs
"FRATERNITE !
Depuis un mois nous sommes tous partagés entre peine, inquiétude, abattement et beaucoup affrontent chagrin et deuil. C’est à ces croisements que nous savons que, modestement, la radio de service public doit pleinement jouer son rôle. Être là. Être à vos côtés pour vous informer bien sûr mais pas seulement, pour vous permettre aussi, dans ce confinement, de rester en phase avec ce qui nous fonde, la confrontation à la beauté, à la joie, à la création. Bref à l’Art.
Jadis, il y avait ce slogan pour France Musique : « Ce monde a besoin de musique ».
Il prend tout son sens plus que jamais et vous nous le confirmez par vos nombreux témoignages..."
LIRE LA SUITE

Messages d'auditeurs
« Franchement, vous rendez le confinement beaucoup plus supportable ! Des playlists fantastiques comme toujours. Merci beaucoup. Plein d’amour du Royaume-Uni. » (Fip)

La Lettre de Bérénice Ravache aux auditeurs
"En janvier, Fip a formulé un vœu pour ses auditeurs : celui de voir la vie en rose.
Alors, même si, depuis un mois, on ne peut pas dire que 2020 tienne ses promesses, à Fip, nous avons à cœur de continuer à vous faire voyager, de continuer à vous prendre la main, à vous enlacer, continuer à être toujours plus proche de vous sans masque ni gel hydroalcoolique.
Il nous a fallu quelques jours pour imaginer une autre antenne, produite loin de nos studios, avec des outils qu’il a fallu s’approprier, avec moins d’échanges à la machine à café… Et puis, comme certains d’entre vous s'adonnent avec fièvre à la pâtisserie, Fip s'est lancée dans la confection de nouvelles recettes pour régaler vos tympans, que ce soit sur notre antenne ou sur notre site internet..."
LIRE LA SUITE

Messages d'auditeurs
« Merci Mouv pour le weekend 100% Mix c'était énorme ! » (Mouv')
« 48h de mix place pour s'enjailler s'évader en ces temps de confinement merci Mouv ! » (Mouv')

La Lettre de Bruno Laforestrie aux auditeurs
"Il y a toujours une première fois. Et cette première fois nous la vivons ensemble.
Nous n’aurions, en effet, jamais imaginé, en quelques heures, basculer intégralement l’antenne de Mouv à distance.
Notre mission première était évidemment de protéger toutes nos équipes mais aussi d’être exemplaires vis-à-vis de nos auditeurs -notamment les plus jeunes- pour marquer l’importance du confinement pour tous et partout.
Mais notre volonté reste la même : vous accompagner à chaque instant. Alors nous avons redoublé d’efforts pendant ce mois pour vous proposer le meilleur de Mouv et pour que la musique reste vivante à tout heure sur notre antenne..." 
LIRE LA SUITE
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LES CHIFFRES DU CORONAVIRUS

Messages d'auditeurs
« Je ne comprends pas quand les chiffres du Coronavirus sont annoncés qu’on compare par exemple ceux de l’Italie avec ceux des Etats-Unis. L’échelle n’est pas du tout la même et il faudrait plutôt comparer l’Europe avec les USA. Du coup, les remarques du type "Les États-Unis comptent le plus de victimes" ne sont pas judicieuses… Merci de votre attention. » (Franceinfo)

« Merci beaucoup pour votre approche toujours très pertinente et qui ne mâche rien. Et là, personnellement, il me manque quelque chose, c'est le pourcentage de décès par rapport à la population. Comment comparer le nombre de mort en France, aux États-Unis et au Royanume-Uni sans comparer le pourcentage de la population totale touchée ?
Actuellement ce qui est étudié c’est la « réussite » des services médicaux soit le nombre de personnes malades non sauvées. Bref où trouver cette info, et je pense qu'en pourcentage de la population totale, on est vraiment pas bien en France. Qu'en pensez-vous ? »
(France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LE CONFINEMENT PROLONGÉ
​​​​​​​POUR LES PERSONNES ÂGÉES ?

Messages d'auditeurs
« Chers « vieux » 
J’ai, aujourd’hui, 78 ans et comme la plupart d’entre nous, je ne suis pas encore totalement sourd et aveugle. Ce qui m’a permis, comme à 34 millions de Français, d’entendre et de voir le président de la République s’adresser à « toutes et à tous » à la télévision, le 13 avril 2020 à 20h. 
Vous  avez, sans doute, retenu qu’il a eu pour nous, les « vieux », nous qui sommes quand même 18 à 19 millions, une pensée et une annonce  personnelles : après le 11 mai, nous resterons « confinés » jusqu’à une date indéfinie, simplement parce que notre carte d’identité l’impose. Qu’importe que depuis déjà un mois, nous n’ayons pu ni voir ni recevoir des êtres qui nous sont chers et nos amis. Dorénavant, ceux qui le pourront regarderont, figés derrière leurs fenêtres, passer dans la rue des silhouettes connues ou inconnues, sorties enfin de leur détention, et leur faire un signe de la main pour les rassurer. Nous serons seulement autorisés à sortir de nos quatre murs, pour une promenade limitée d’une heure par jour. Peut-être devrons-nous alors porter au revers du veston ou sur le corsage un signe distinctif de notre grand  âge. (…) Alors, quoi faire pour sortir de la nasse ? Sommes-nous prêts à  désobéir à-travers les réseaux sociaux ? Il en va de notre liberté individuelle, dernier rempart constitutionnel. »
(Radio France)

« Pensez-vous faire quelque chose sur le projet de prolongation du confinement pour les seniors. Qu'en serait-il des maires (plus de 60% de plus de 60 ans), des députés (26%) et des sénateurs (53%), sans compter les associations qui comptent une majorité de seniors. Taxer les retraités, on y est toujours prêt, mais en faire des citoyens de seconde zone, c'est vraiment scandaleux. » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LE DÉCONFINEMENT POUR LES PLUS JEUNES

Déjà parler du déconfinement ?
Messages d'auditeurs
« Moi ça ne me pose aucun problème de rentrer le 11 mai, le 15 juin ou le 1er septembre. Mais je constate d’après l’allocution présidentielle qu’on s’attend à ce que la situation soit encore grave le 11 mai puisqu’elle justifie que les bars, hôtels, restaurants etc. restent fermés. Dans mon lycée de 1400 élèves, toutes les heures l’ensemble des élèves sort en même temps des salles, se retrouve dans les 4 couloirs et les 3 escaliers de l’établissement. C’est la cohue générale. Comment faire ? Et pour les 110 profs, une seule salle des profs, 2 toilettes… Bref, quelle logique entre les précautions prises dans la restauration et le tourisme et ce futur melting pot à virus organisé dans l’éducation nationale ? Merci. » (France Inter)

« Je trouve complètement aberrant que tout le monde envisage la reprise des cours, alors que Covid-19 n’est pas terminé ! Nos voisins belges, allemands, néerlandais… ont prévu la reprise des cours en septembre et le report de tous les examens. Quel intérêt y a-t-il à reprendre aussi rapidement. Ne vaudrait il mieux pas en profiter pour réfléchir, poser les choses et définir de nouvelles lignes ? Pourquoi les médias approuvent-ils cela ? » (France Inter)
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

​​​​​​​LES AUDITEURS SUGGÈRENT DES THÈMES DE REPORTAGES

Chaque semaine depuis le début de la crise sanitaire, les auditeurs sont très nombreux à nous écrire pour suggérer des thèmes de reportages. Leurs courriels sont relayés aux rédactions qui parfois s’en inspirent ou bien qui ont déjà traité le sujet. Voici une sélection de messages d’auditeurs avec en lien les reportages réalisés par les antennes.

Les masques
​​​​​​​Message d'auditeur
« De grâce pouvez-vous poser les questions suivantes systématiquement à tous vos interlocuteurs (politiques ou scientifiques) :
Combien de masques sont disponibles là tout de suite ?
Combien de masques supplémentaires la France doit recevoir cette semaine ?
Combien la semaine prochaine et la semaine suivante ?
Qui les distribue et à qui sont-ils distribués (ARS, syndicats de médecins, de pharmaciens, d’infirmiers…) ? Bref qui sont-ils pour que l’information puisse être contrôlée et vérifiée ?
De grâce des questions concrètes, précises et si pas de réponse alors l’utilité de vos interlocuteurs, politiques au moins, est caduque. »
(Radio France)

A réécouter le reportage de Thibault Lefebvre dans le Journal de 8h sur France Inter mercredi 15 avril sur les masques « grand public » mis en place à partir du 11 mai par le gouvernement.

Dans sa rubrique « Focus », le site de France Inter propose une série d’articles autour des masques. Tous les articles sont à relire et à réécouter sur la page d’accueil du site de France Inter.

La rédaction de France Bleu a réalisé une vidéo et un article pour savoir comment mettre et enlever un masque, à retrouver ici

La reprise des cours le 11 mai : les enseignants seront-ils testés avant leur retour dans les établissements scolaires ?
Message d'auditeur
« Est-ce que les enseignants vont être testés au covid-19 avant le 11 mai ? » (Radio France)

Retrouvez la chronique de Nicolas Martin « Radiographies du Coronavirus » sur France Culture. Dans la perspective de la réouverture annoncée des écoles le 11 mai, le producteur de la Méthode scientifique est revenu le 15 avril sur la contagiosité des enfants et des personnes peu ou pas symptomatiques.

Le gouvernement n’a pas encore précisé si les enseignants seraient testés. Dans le Journal de 7h30 sur France Inter mardi 14 avril, Véronique Julia est revenue sur les annonces du Président concernant les masques et les tests.

La newsletter de Franceinfo revient, vendredi 17 avril, sur la contagiosité des enfants face au coronavirus dans la perspective d’une réouverture des écoles le 11 mai.

Le chômage partiel 
Messages d'auditeurs
« Je ne sais pas à qui envoyer ce message mais je trouve que ce serait bien de faire une chronique sur le chômage et le chômage partiel. Bien sûr qu’il peut y avoir une différence de revenu entre un chômeur partiel et un travailleur (à plein temps ou « à temps partiel ») mais il reste une grande différence entre un chômeur et un chômeur partiel. Pour le second il a de fortes chances de reprendre son emploi. Pour le premier d’une part il doit en chercher, d’autre part il a encore moins de chance en général d’en trouver. Pour un chômeur partiel je n’ai pas trouvé d’autre terme que « chômeur-travailleur ». 
Un ancien chômeur qui a la chance en ce moment de travailler (en CDD…) dans l’administration.»
(Radio France)

Dans son « décryptage éco », Fanny Guinochet est revenue sur les mesures mises en place par le gouvernement dans le cadre du chômage partiel. « Le décryptage éco. Le chômage partiel bientôt revu ? » est à réécouter sur le site de Franceinfo.

Tous les sujets liés au chômage partiel (nombre de travailleurs touchés, explications) classés par régions sur le site de France Bleu.
 À lire, d'autres thèmes souhaités par les auditeurs

LA MORT DU CHANTEUR CHRISTOPHE

Messages d'auditeurs
« Ce matin mon frère m’annonce par texto la mort du chanteur Christophe, pour la première fois depuis le début du confinement j’ai pleuré à gros sanglots, tout le stress accumulé se déversait sans s’arrêter, même le chat semblait désemparé, parfois on ne sait pas pourquoi s’ouvrent les vannes, déjà cette nuit j’avais rêvé de mes proches disparus, étonnée, en me réveillant qu’ils ne soient plus là pour toujours.  
Le soir, au coucher de soleil, j’écoute souvent "Paradis perdus" la musique dit que le crépuscule est grandiose et puis cette Aline qu’il appelait sur la plage au temps de nos adolescences, quand nous aussi ’’On avait trop de peine’’ parce qu’on a tous crié pour que quelqu’un revienne.   
J’ai passé plusieurs nuits blanches à écouter sur France Inter Pascale Clark, Vincent Lindon et les mots bleus sur le piano de Christophe, sa ‘’Dolce Vita’’. 
Aujourd’hui les larmes versées c’est tout mélangé la famille et les amis qu’on ne voit plus, les libertés perdues, et tout ce qu’on ne fera plus. Je sais qu’on craque à tour de rôle dans nos espaces confinés… 
Ce 17 avril 2020 il pleut sur la plage, je vous dis à demain avec des mots bleus du chanteur noctambule ceux qui rendent les gens heureux… 
Il pleut sur cette plage et dans cet orage il a disparu… je me suis assis auprès de son âme sans un espoir pour me guider et j’ai pleuré, pleuré… oh j’avais trop de peine… comme une épave sur le sable mouillé. 
‘’Les lumières bleues dansent sur les terrasses  
Et les étangs reflètent leurs lumières… 
Plus jamais ouvrir de porte.. 
Verser une larme, vers l’intérieur 
Comme si la terre penchait’’ »
(France Inter)

« L'oiseau de nuit s'en est allé 
Assis dans son bolide 
Il a foncé droit vers le ciel bleu 
Là où l'attendent le soleil 
Les paradis perdus 
La dolce vita ! 
Une senorita, une petite fille 
Amoureuse 
Et j'ai crié, crié 
Pour qu'il revienne 
Et j'ai pleuré, pleuré 
J'avais trop de peine. »
(France Inter)

Les antennes rendent hommage à Christophe

Sur France Inter, retrouvez l’hommage vendredi 17 avril de toute l’équipe de la Bande originale au chanteur des « Mots bleus ». Dans son Pop N’Co quotidien, Rebecca Manzoni est elle aussi revenue sur la carrière de Christophe. Rebecca Manzoni qui rencontrait, en 2013, le chanteur dans son appartement parisien dans son émission « Eclectik », rediffusée pour l’occasion samedi 18 avril à 15h sur France Inter. Retour, enfin, sur le passage du chanteur (en compagnie de Clara Luciani) dans l’émission Popopop d’Antoine de Caunes.

Sur France Culture, Pauline Petit a rendu hommage à l’artiste noctambule dans un article paru vendredi 17 avril. Sur la même antenne, Christophe racontait en 2020 son parcours dans une série d’entretiens de l’émission « À voix nue ».

France Musique rendra hommage au chanteur disparu dimanche 19 avril de 19h à 20h, dans une émission spéciale "Repassez moi l'standard" par Laurent Valéro.

À partir de 22h30 ce vendredi 17 avril, France Bleu diffusera 7 titres extraits de quelques‐uns des grands concerts que Christophe a donnés sur la scène française.



 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

TÉMOIGNAGES, POÈMES ET
​​​​​​​LETTRES D'INTERIEUR D'AUDITEURS

Message d'auditeur
« Cher Covid, alias Coronavirus, ou coro de ton petit nom.... 
Cet après-midi, tu m'as fait pleurer. 
Pas de tristesse non. D'un trop plein d'émotions, on va dire. 
Je suis sortie prendre le soleil sur ma terrasse, et tout en sirotant mon café, j'observais mon petit Pierre pieds nus et en slip dans le jardin, en train d'arroser l'herbe, et ses pieds (et ses jambes, et ses bras et...) 
C'est interdit d'utiliser le jet d'eau sans demander la permission à papa ou maman, mais ce petit bonhomme a pris l'habitude de se débrouiller pas mal tout seul, depuis que tu es entré dans nos vies, mon cher Covid. 
Tu es entré plutôt doucement, tu sais, comme un "copain" qui arrive sur la pointe des pieds et qui, une fois qu'il a vu tes failles et tes faiblesses va devenir envahissant et bien lourdingue. 
Et donc j'observais Pierre devenir de plus en plus mouillé (et ravi) et puis j'ai entendu ce petit oiseau, qui vient déjà me réveiller le matin et j'ai vu notre jeune frêne qui pour la première fois de sa vie sortait des bourgeons…et j'ai senti l'odeur du lilas....c'était tellement bon magnifique. Alors les larmes ont coulé. 
Je t'ai été reconnaissante de me laisser jouir de tout ça. 
J'ai décidé de te faire une petite place, je ne suis pas en guerre contre toi, tu le sais, je te l'ai déjà dit. Tu fais ton boulot de virus, mais tu t'en vas après. 
Quand tu m'as fait un peu manquer d'air il y a quelques jours et que mon cher et tendre voulait appeler le SAMU, j'ai pleuré, parce que je ne voulais pas que ces hommes en combinaison blanche qu'on voit à la télé m'emmènent pour une destination inconnue. 
Et puis je me suis souvenue que je n'avais pas les jambes épilées, et que ma culotte était moche. Et comme ma grand-mère me disait tout le temps, et que ma maman me rappelle régulièrement, on doit toujours avoir des sous vêtements convenables au cas où on ait un accident et que les pompiers t'emmènent. 
Alors je t'ai dit que ça n'était pas le moment, et tu m'as rendu un peu de souffle. Tu peux pas savoir comme mes gosses étaient soulagés. Ils ont recommencé leurs trucs de gosses, pendant que moi je prenais toutes les 2 minutes mes constantes...ni bonnes ni mauvaises. Et puis...de jour en jour...plutôt pas trop mauvaises. Pas encore très bonnes. 
Jour 21 quand même...tu as laissé les enfants et FX tranquilles au 14ème jour, et je te remercie pour ça. 
On coopère assez bien, finalement. 
Tous les matins je te remercie quand je me réveille et que je prends une plutôt  grande inspiration. 
Je sens que tu vas bientôt me rendre ma liberté. 
Evidemment je suis en colère après toi pour tous ceux que tu arraches brutalement à la vie. Après, comme tu m'as dit, tu n'es pas le seul responsable, et je suis d'accord avec toi. Toi tu n'es qu'un virus. Et ça n'est pas ta faute si des hommes ont jugé que certains domaines financiers valaient plus que la vie d'Humains. Et ce n'est pas ta faute si des abrutis finis ne respectent pas du tout les gestes barrières par bêtise ou par égoïsme. 
Je suis un peu lasse, tu sais...non pas de la douleur que tu provoques dans ma cage thoracique mais plutôt de cette inquiétude et de cette incertitude silencieuse. 
Cher Covid....tu peux partir, j'ai compris beaucoup de choses ; je sais à présent apprécier la  valeur de chaque instant. 
Et je dois maintenant combattre au côté des soignants et des petits métiers qui nous permettent de vivre et qui souffrent. 
On n'oubliera pas, et on sera avec eux. Pour toujours. 
On va se battre. 
Merci de me rendre tout mon air assez rapidement, il est temps pour toi de repartir en laissant les humains plus humbles et plus patients. 
Cher Covid, ne le prends pas mal, mais tu ne me manqueras pas. »
(Radio France)
 À lire, une sélection de textes et poèmes reçus


La mobilisation de la Cellule investigation de Radio France pendant la crise du coronavirus

Jacques Monin, directeur de la Cellule Investigation de Radio France explique le travail de son équipe depuis le début du confinement.​​​​​​​
"Chers auditeurs,
La crise du COVID-19 a rendu impossible la poursuite de la diffusion de Secrets d’Info sur France Inter, ainsi que « Samedi investigation » sur Franceinfo, « Bleu investigation » sur France Bleu ainsi que notre rendez vous du vendredi sur France Culture. Mais que nos auditeurs se rassurent, la cellule investigation de Radio France s’est réorganisée en télétravail, pour lancer des enquêtes plus nombreuses, sur des formats plus courts, et exclusivement centrées sur la crise, qui sont diffusées sur les antennes et publiées sur les sites des différentes chaînes de Radio France.​​​​​​​.."





LIRE LA SUITE

La mobilisation de la Rédaction internationale de Radio France pendant la crise du coronavirus

Jean-Marc Four, directeur de la Rédaction internationale de Radio France, s’adresse aux auditeurs :
"Chers auditeurs,
Depuis le début de la crise du Covid, l’offre éditoriale assurée sur l’actualité à l’étranger par la rédaction internationale a été fortement renforcée pour d’abord informer sur l’état de l’épidémie ailleurs dans le monde.
En termes de reportages, nous avons envoyé nos reporters non stop sur les terrains les plus touchés depuis un mois : Omar Ouahmane en Lombardie (Italie du Nord), Nathanael Charbonnier en Vénétie (Vénétie), Marie Pierre Verot à Madrid en Espagne, Valérie Crova à Londres et Birmingham (Royaume-Uni), Olivier Poujade à nouveau à Londres depuis hier jeudi 14 avril. Avec à chaque fois de multiples reportages radio et numériques à la clé..."


LIRE LA SUITE

La mobilisation de la Direction des Sports de Radio France

Vincent Rodriguez, directeur des Sports de Radio France, s'adresse aux auditeurs.
"Chères auditrices, chers auditeurs
Ce devait être l'été de tous les exploits sportifs. Roland Garros, Euro de football, Tour de France, Jeux Olympiques, Jeux Paralympiques, les championnats d’Europe d'athlétisme en France: six compétitions majeures qui s'enchaînent en un peu plus de trois mois : un été comme il en existe rarement dans une vie de journaliste sportif. 
Nous étions début mars. L'excitation gagnait du terrain chaque jour à la direction des sports. Nous étions prêts. Certains de nos journalistes s'amusaient même à jouer "le match" devant la machine à café. Cédric Guillou notre spécialiste football nous mimait par anticipation son commentaire de la finale de l'Euro, debout sur son pupitre au stade de Wembley à Londres, s'époumonant au moment du but victorieux de Griezmann en finale  face à l’Allemagne . Et puis, le virus est arrivé, et le grand rideau du sport est tombé..."
LIRE LA SUITE
PROCHAIN RENDEZ-VOUS : Samedi 18 avril sur franceinfo - Vincent Giret, directeur de franceinfo est au micro d'Emmanuelle Daviet pour parler de la spécificité d’une radio d’information continue pour traiter cette actualité sans précédent. 
​​​​​​​

TOUS LES RENDEZ-VOUS
​​​​​​​
 
   
Instagram
@mediatriceradiofrance
Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment. 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL.
Se désinscrire

Équipe de la médiatrice (édition numérique) : 

Catherine Cadic
Juliette Fayollet
 Antoine Ferreira 

​​​​​​​Crédits photo : © Christophe Abramowitz, Radio France © Getty © Getty Anton Petruc © Morsa Getty  © Leren Lu © Joel Saget AFP © Getty Kiyoshi Hijiki © Getty