Version en ligne
#25  -  Juin 2019
LE MOT DE LA MÉDIATRICE
Accordons nos violons

« Et mon métier à moi ! Il n’est pas exigeant, il n’est pas beau ? Ramasser le monde en un jour, le jeter aux hommes chaque matin. Les sortir de leur ornière, de leur trou, de leur ennui, de leur routine aveugle. » 
Le Tour du Malheur, Joseph Kessel, 1950

Mardi dernier la Maison ronde n’a pas ramassé le monde, elle s’est tue.
Et quelqu’un de peu renseigné sur les liens d’attachement des auditeurs aux antennes de Radio France pourrait naïvement penser qu’un jour de grève la boite mails du service de la médiation fait relâche et que je me trouve dépourvue de lecture. « Pas d’antenne, pas de mails ». Cette projection révèlerait une méconnaissance profonde de la relation qui unit chaque auditrice et auditeur à la chaine qui l’accompagne quotidiennement. La radio est une présence. À son écoute, chacun se projette, s’interroge, s’informe, se divertit. C’est le lieu d’une communauté disparate qui donne à entendre des voix multiples, un espace d’expressions des opinions favorisant l’ouverture culturelle, intellectuelle, la transmission des savoirs et qui témoigne des évènements de la vie locale, nationale, internationale. Pour toutes ces raisons, la radio est l’un des vecteurs de la vie collective et de la citoyenneté. C’est aussi un objet d’appropriation subjectif, chaque auditeur s’estimant un peu propriétaire de sa chaine.

Pas d’antenne ? Des mails par dizaines. 
Des auditeurs qui soutiennent la grève: « Soutien absolu et courage à tous »  « Je participe à la redevance audiovisuelle et en tant qu’auditrice j’ai donc un droit à donner mon avis. Je soutiens pleinement tout le personnel de notre radio publique », « J’ai dû rater un cours d’éco… on parle bien d’un groupe qui ne fait que gagner de l’audience ? ». D’autres qui la condamnent : « 270 emplois en moins à Radio France  c’est un bon début» « La fête est finie à Radio France, il était temps ». Chacun appréciera ces différents commentaires. 
Lorsque les voix se taisent, la musique comble les silences. Un plébiscite à l’occasion de cette grève : les playlists appréciées par tous. 

Autre sujet de remarques cette semaine : le bac. « Le travail divise-t-il les hommes ? », ce sujet de philosophie tombait fort à propos et aurait pu inspirer nos auditeurs. Ils ont préféré nous écrire pour faire part de leur étonnement : l’oubli récurrent en cette période d’examens du bac professionnel dans les journaux d’informations: « Je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a un peu de mépris pour les séries professionnelles. C’est aussi la radio qui peut changer les mentalités ». C’est en effet l’un de ses pouvoirs. Ce n’est pas le seul. La radio peut aussi émouvoir : un journaliste fait régulièrement pleurer les auditeurs le vendredi matin à 6h50 sur France Inter. Ils pleurent au-dessus de leur bol de café, au volant de leur voiture ou devant le miroir de leur salle de bain : « en écoutant votre chronique il y a quelques instants, et en finissant mon petit déjeuner, je pleurais.  Et je me disais: mais Frédéric Pommier n'a pas le droit de me raconter cette histoire, comme çà , sans que je sois prévenue, alors que je suis encore en train de me réveiller! Elle est triste et belle, votre chronique... Merci à tous. Après, la météo en chanson sur l'air des Demoiselles de Rochefort , France Inter ne m'a pas déçue. »
Pour cette auditrice peut-être, pour tous les amateurs de notes certainement, ce vendredi, jour de l’été, s’achèvera en sourires et en musique. Les antennes de Radio France célèbrent la 38ème édition de la Fête de la musique. Au programme : émissions spéciales et événements exceptionnels en public et gratuits à la Maison de la radio, à l’Olympia, ou encore à Cenon en banlieue bordelaise. De la radio exigeante et belle qui traduit le monde chaque jour et le partage avec vous du petit matin jusqu’à tard dans la nuit. 

Voici les dominantes du 14 au 21 juin 2019 à retrouver dans les messages des auditeurs ci-dessous :

1- La grève du 18 Juin
2- Les playlists plébiscitées
3- Quid du bac professionnel ?
4- Les Coups de cœur : Hervé Pauchon et Massata et le 5/7 du 21 juin


LA GRÈVE DU 18 JUIN
 
"Soutien à la grève"

« Je suis un auditeur quotidien de France Inter et France Culture. Je suis à côté un auditeur occasionnel de France Musique et de FIP. Pour avoir voyagé sur d’autres ondes, je peux vous assurer que la qualité des radios de Radio France rend honneur au service public et à la République. L’information et la réflexion, l’intelligence, pierres angulaires des principes de liberté, d’égalité et de fraternité, de démocratie, sont au cœur des programmes de Radio France. Alors plutôt que de demander aux employés de faire plus avec moins. Demandons leur de faire plus avec plus. Quand on possède des éléments de qualité, plutôt que de les pressurer, il faut leur donner les outils pour s’épanouir. Vous aurez compris que je souhaite apporter un message de soutien fort et sincère à l’ensemble du groupe Radio France. Groupe qui est pour moi d’utilité publique et nécessaire au bon fonctionnement de notre démocratie. » 

« En tant qu’auditrice de France Inter, Culture, Musique, je mesure et j’apprécie au quotidien la grande qualité des programmes de Radio France, et je m’oppose à la suppression de 300 postes. En effet, je participe à son financement via la redevance audiovisuelle et en tant qu’auditrice j’ai donc un droit à donner mon avis. Je soutien pleinement tout le personnel de notre radio publique ! Merci à vous et bon courage ! Solidairement. » 
 
"Encore une grève ?!

​​​​​​​« Ras le bol des grèves à Radio France ! Pourriez-vous prévoir de remplacer les techniciens grévistes pour assurer la continuité du service public ? » 

​​​​​​​« Pourquoi dois-je être impacté par une revendication salariale, aussi justifiée soit-elle. Il faudrait penser à inventer d’autres méthodes de lutte. Merci de me comprendre. »
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

PLAYLISTS PLÉBISCITÉES

« Grève, zut ! Mais, je dois bien reconnaître que la programmation musicale est vraiment agréable avec de belles (re)découvertes. Du coup, on se prépare et part au travail plus relax. Ça fait du bien ! Perso, j'adore ! Merci aux programmateurs. » (France Inter)

​​​​​​​« Merci pour la programmation musicale sur Franceinfo aujourd'hui. Bravo pour vos programmations musicales et merci les grèves pour la cause à effet. Tout est bon, bravo les choix et vos références. La vie est plus belle avec de la bonne zic au détriment des infos en continu. Mais vous êtes les plus objectifs pour les retâter. À bientôt ! » (Franceinfo)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

QUID DU BAC PROFESSIONEL ?

« Cette année encore le bac professionnel est bien oublié. Ce 19 juin : candidats du bac général et technologique ont leurs épreuves écrites. Mais les élèves de bac pro dont c'est l'épreuve écrite de spécialité aujourd'hui aucune mention.
Déception ! Car il n'y a pas si longtemps j'entendais qu'il faisait valoriser la voie professionnelle etc. Finalement toujours pas car ni valorisée ni dévalorisée juste inexistante aux yeux du public.
Je suis CPE depuis des années en voie professionnelle : 5 ans surveillante d’internat en lycée pro, CPE conseillère principale d'éducation depuis 2004 en lycée pro il est difficile de prouver aux élèves qu'ils ne sont pas des ratés des nuls qu'ils ont une place.
Mais en les oubliant régulièrement trop souvent dans les journaux... ils se sentent abandonnés. »
(franceinfo)

« J'écoute régulièrement France Inter et je suis surprise chaque année qu'on accorde autant d'importance aux épreuves du bac de philo et du bac général en laissant entendre qu'il s'agit là des épreuves concernant tous les bacheliers. 
C'est laisser dans l'ombre tous les candidats des bacs professionnels et technologiques dont les épreuves n'ont pas lieu aux mêmes dates et entretenir encore et encore une certaine forme d'élitisme. Certes les journalistes qui sont passés par là et sûrement leurs enfants sont plus familiers des filières générales, il serait pourtant souhaitable qu'ils précisent leurs propos quand ils parlent du bac et ne passent pas sous silence les autres cursus. 
Je suis enseignante dans ces filières et c'est pour une reconnaissance plus affirmée de ces autres voies de formation que je vous adresse ce courriel. »
(France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet


COUPS DE CŒUR DES AUDITEURS 


Hervé Pauchon et Massata
​​​​​​​

« J'ai entendu votre reportage sur Massata. Cet homme est extraordinaire et s'exprime comme un sage. Que peut-on faire pour l'aider à être accepté par ses voisins ? » (France Inter)

« J'ai été très ému par la chronique d'Hervé Pauchon sur "le roi Massata". J'aimerais pouvoir venir en aide à ce monsieur (par le biais d'une juriste de ma connaissance, spécialisée dans les droits humains). » (France Inter)
​​​​​​​
« Pourriez-vous transmettre à Massata toute ma sympathie et lui dire qu'il est formidable. Son témoignage m'a vraiment touchée. Je ne suis pas du genre fan club et je n'interviens que très peu sur la France Inter ma radio préférée mais j'ai été bouleversée par son histoire, sa sincérité et aussi son chagrin alors je me dis qu'un élan de solidarité de la part des auditeurs et auditrices pourra peut-être apaiser un peu sa douleur et le réconforter. Bien à vous et à lui. » (France Inter)

Écouter la chronique

DÉCOUVRIR D'AUTRES MESSAGES


Le 5/7 du 21 juin

« Chère Laetitia, bonjour,
Je viens enfin vous remercier pour tout ce que vous apportez à la chaîne, et à nous. Vos infos, vos passages d'antenne, votre humour, vos imitations (vraiment douée, bien plus que d'autres...) et votre façon d'être en général face à la vie et au micro.
Et le 5/7 de ce matin était somptueux, enfin surtout le dernier 1/4 d'heure qui m'accompagne tous les jours en bagnole.
Merci pour cette super météo, merci pour ce Pommier plus qu'émouvant qui n'a pas fait pleurer qu'autour de votre table !
Contre vents et marées, vous et vos équipes vous êtes là, au turbin. Jour après jour, quelles que soient vos tragédies personnelles ou l'état du monde trumpien qui peut basculer dans la minute. Oui, pour votre présence et vos qualités, MERCI ! »
(France Inter)

« Je suis un fidèle auditeur de France inter, je ne suis pas toujours d'accord mais je trouve sur cette radio depuis plusieurs années en vous écoutant de la gaieté, une liberté me semble-t-il propre à votre radio. Ce matin je tenais à vous le faire savoir la tranche du 5/7 vous m'avez surpris avec l'annonce de la météo à 6h50, je crois, c’était un vrai bonheur et vraiment ému avec l'histoire de Frédéric Pommier. C'est vraiment la magie de la radio » (France Inter)

« Merci pour ces beaux moments ! Merci pour cette merveilleuse météo qui égaye ma journée ! Merci pour M. Pommier qui m’émeut. » (France Inter)

« Tandis que j'ai à préparer un exposé pour un avancement de grade dans un format  avec des indicateurs quantitatifs qui ne ressemblent en rien à qui je suis, et qui ne reflètent qu'un cadre évaluatif efficace et désincarné de la part délibérative avec laquelle je fais mon travail, merci par cette mise en chanson de la météo puis par cette chronique sur le don d'organes de me rappeler que l'on peut (et qu'il est je pense essentiel) de mettre de soi dans les taches qui nous sont confiées. J'aurais bien aimé être avec vous autour de votre table ce matin. » (France Inter)

DÉCOUVRIR D'AUTRES MESSAGES

« J'ai été très surpris d’entendre vos journalistes dire ce matin qu'on est pas riche avec 4.500€ brut par mois. Je comprends que dans le monde France Inter, à Paris, 4.500€ de salaire brut ce n'est pas très haut. J'ai moi-même vécu à Paris avec un salaire d'ingénieur et je faisais partie d'un monde dans lequel gagner 4.500€ ce n'est pas être riche. Je vous rappelle néanmoins que le salaire médian en France se situe à 2.200€ brut par mois et que ceux qui gagnent plus de 4.500€ font partie des 10% des salariés les plus riches (et on ne compte pas les exclus et les retraités sinon ils font partie des top 5%). 
Là où je vis actuellement les salaires sont encore plus bas. Votre parole y est par conséquence choquante mais le plus grave c'est qu'elle vous y rend inaudible. Elle renforce en outre et à tort le sentiment d'être déclassés pour beaucoup et le sentiment de ne pas être riche pour d'autres. Enfin, elle nourrit le clivage entre une gauche que l'on disait autrefois "caviar" dont vous êtes bien malgré vous une représentante et une population modeste qui ne comprend pas qu'on puisse s'offusquer de la baisse des indemnité chômage de ceux qui gagnent plus de 4.500€ par mois. 
Je suis un auditeur fidèle du 5-7 et du 7-9. J'aime les émissions de France Inter que je trouve de qualité mais j'apprécierais d'y retrouver parfois plus mixité de points de vue et en particulier une mixité géographique et sociale qui fait souvent défaut dans les analyses politiques.
Si vous ou vos équipes souhaitez visiter une autre France sans artifices et sans faux-semblants je serais heureux de vous guider dans mon petit coin de France qu'est la vallée de la Maurienne à la rencontre de gens "normaux" pour qui ceux qui gagnent 4.500€ par mois… sont riches. »
(France Inter)

« Ces jours derniers, le descriptif détaillé d'un crime a été répété souvent au cours des informations : un homme bat violemment son épouse puis l'étrangle durant 4 minutes (à chaque flash info cette précision est donnée) puis pour cacher son corps, brûle le corps de son épouse. Pourquoi donner ces détails ? quelle est l'utilité de donner tout la progression du crime ? de plus à force de répétition dans les flashs info, cela banalise ces pratiques vis-à-vis des femmes. » (France Inter)

« Vous avez remarqué à quel point les populations de chaque pays sont conditionnées par la manière dont elle sont informées, je suis d'origine Alsacienne et notre petit peuple  a vécu plusieurs guerres, un de mes arrière-grand-père a changé 5 fois de nationalité, mon grand-père 4 fois, ma mère 3 fois et par miracle peut être ou tout simplement grâce à l'Europe je suis encore Française.
Je considère que votre responsabilité est totale dans la manière de nous informer, lorsque vous invitez les populistes de tous poils à s'exprimer il me semble indispensable de rappeler a nos concitoyens les ravages qu'ont créé en Europe ces idées malsaines , de présenter ces gens ou d'autres comme des gens responsables est dangereuse, vous savez pertinemment que vos propos sont pris pour argent comptant et que de tous temps seule une toute petite partie de la population réfléchit aux propos des médias, il est tellement plus facile de faire partie d'un groupe, c'est rassurant de ne pas réfléchir
Le peuple Allemand était depuis l'avènement de la Prusse le peuple le plus instruit d'Europe cela ne l'a pas empêché d'adhérer au nazisme d'une manière totale sans aucune restriction et après la guerre le ménage n'a pas été fait, pas plus qu'en Autriche, ils sont toujours persuadés que la race arienne est supérieure, il se trouve que j'ai appris leur langue, il est important pour mon petit peuple de les surveiller avant qu'ils ne reviennent nous envahir. »
(franceinfo)

« Voici le thème que j'aimerais vous voir traiter à l'antenne plus souvent d'autant plus que je ne pense pas être le seul à vous écrire en ce sens.
De manière générale, je  trouve que mes idées conservatrices ou réactionnaires  n'ont aucun relais sur vos antennes et qu'on y trouve que le volet dit "progressiste".
Je ne compte que trois journalistes de droite (pour faire court) sur l'ensemble de vos deux stations principales (à savoir France Inter et France Culture). Nommons donc M. Finkielkraut (réplique sur France Culture) le libéral M. Dominique Seux (chronique éco du matin sur France inter) et la gentille Jupéiste Nathacha Polony (le grand face à face d'Ali Badou sur France inter, je crois). J'y ajouterais éventuellement Brice Couturier (vaguement LREM) qui intervient parfois pour grogner un peu.
Tout le reste relève de l'habituelle côterie de la gauche de bon ton de Léa Salamé à Demorand en passant par Jérome Garcin , j'en passe et des meilleurs....Je ne les citerai pas tous car il y en a trop.
J'ai entrepris un jeu drôle mais assez triste finalement qui consiste à déterminer en moins de deux minutes à quelle famille un journaliste appartient à la simple écoute de sa phraséologie des thèmes évoqués ou de la propension à utiliser certains éléments de langage. Je ne me trompe jamais.
Je ne m'étendrai pas non plus sur les habituels thèmes anti Trump, anti RN, sur la rudesse du traitement variable selon la famille politique de l'invité reçu par vos journalistes, dans quelques émissions que ce soit, sur les invités du "Grain à moudre" ou du "Téléphone Sonne" qui défendent peu ou prou les mêmes positions sans qu'aucune polémique ne vienne troubler le ronron des idées reçues. 
Pourquoi de bons journalistes comme Alain Boke Côté (chroniqueur au figaro) ou Rioufol ou d'autres encore ne sont pas plus souvent invités? Pourquoi faut-il si peu de représentativité sur des chaines de service public?
Quand consentirez-vous à laisser plus souvent des auditeurs moins prévenants intervenir à l'antenne?
Il s'agit d'un vrai problème de représentativité au sein de vos équipes et de vos programmes et il n'y est apporté encore aucune solution.
Je souhaiterais vraiment voir ce thème abordé de manière régulière. »
(France Inter)

« France Inter a été sacralisée station radio la plus écoutée, hors lorsqu'on écoute le contenu de ces programmes ce ne sont que promotions marchandes.
Encore ce soir à 17 heures 30 pour la unième fois, la promotion du film "le daim".
Ce n'est que ça sur le service public de l'audiovisuel. Certes un film ou une musique ou un livre sont des contenus culturels mais au nombre de fois dont France Inter en fait la promotion cela frise à de la publicité lucrative. La redevance audiovisuelle ne sert pas à promouvoir les intérêts  particuliers d’un film, un livre, un album, derrière cela il y a une démarche commerçante.
Ma question est : quels sont les avantages que la station en retire ou les animateurs de ces émissions ? »
(France Inter)
 LIRE PLUS DE MESSAGES


« Je suis triste que le dimanche prochain soit le dernier rendez-vous pour autant en emporte l’Histoire. J'espère vous retrouver à la rentrée. Vous êtes mon incontournable du dimanche soir et je n'ai plus le blues du dimanche soir. » (France Inter)

« Merci pour le vendredi 14 juin entre 8h et 9h du matin d'avoir entendu la voix de Frida Khalo ; à une heure de pleine écoute, au petit déj c'était complètement surréaliste ! On ne peut que remercier le service public d'une telle initiative et on l'espère pour longtemps ... Bien à vous tous ! » (franceinfo)

« Bonjour de la Martinique, un grand merci pour cette émission avec monsieur Assayas. Seul un philosophe pouvait faire une telle émission sur le rock, avec, aujourd'hui la complicité de Laure Adler.  Heureux d'apprendre que son père est venu en Martinique. Vous serez les bienvenus. » (France Inter)

« Oh merci ! J'aime tellement Verygoodtrip ! J'aime tellement votre voix, les histoires rockkéenes que vous nous racontez ! Une de mes émissions préférées ! Merci ! » (France Inter)

« Michka, je vous connais depuis peu, mais je passe de merveilleuses soirées avec vous, votre sensibilité me touche énormément... Nous sommes des millions à vous écouter mais vous réussissez à créer une telle intimité ! j'adore vos digressions, votre humour… Vous me faites aimer la musique et me donnez envie de découvrir encore et encore. Tant de choses à vous dire mais tout à coup les mots me manquent. Je vous aime et ce de manière inconditionnelle ! Merci infiniment. » (France Inter)

« Chère Marina Rollman, merci infiniment pour votre rubrique de jeudi, cela m'a vraiment fait du bien d'entendre un texte si intelligent, si drôle, si émouvant et tellement juste pour moi. » (France Inter)

« Laure Adler, merci pour votre présence sur les chaînes de radio. Je vous écoute depuis longtemps et j'adore toutes vos émissions. C'est un réel plaisir d'écouter des émissions intelligentes qui nous permettent de nous évader et d'avoir une ouverture intelligente sur le monde. Je n'ai qu'un seul regret : je n'ai pas le temps de tout écouter en podcast. » (France Inter)

« Merci Rebecca Manzoni pour ce bel hommage à l'artiste Jeanne Added, j'adore vous écouter ! » (France Inter)

« Un petit message en direct de la Creuse pour remercier Mme Marie-Pierre Planchon qui cite chaque matin à mon réveil les températures à Guéret. Cela permet un petit focus sur ce département souvent méconnu et me permet de m’habiller en conséquence sans mettre le nez dehors ! Merci encore et à bientôt peut-être dans notre beau département » (France Inter)
 LIRE PLUS DE MESSAGES
 


Quand les auditeurs deviennent nos professeurs de français...

Huuum…

« En tant que fidèle auditrice de France Inter, pour diverses émissions, je remarque depuis quelques temps, certains petits  accrocs ou difficultés d’élocution sur la forme, dont par exemple : « hum » (assez désagréable à entendre); ou sur le choix de mots pour préparer l’auditeur à un changement d’émission ; « allez, c’est parti ! », et aussi un bégaiement, ou une répétition sur certains mots de liaison. 
Cela ne remet pas en cause le fond de votre travail. »


Holding
« Peut-on expliquer aux auditeurs et à moi-même ce qu'est une holding ?! Quand on invite le ministre de la culture sur Radio France... »

Prêt ou Près ? 
« Aujourd’hui, le journaliste à l'antenne a dit: "la situation n'est pas prête de s'améliorer".  Il fallait dire "pas près de s'améliorer".  Faute de français commune, mais irritante sur ma radio préférée (et pour cause, je n'en écoute pas d'autre).  Pourriez-vous éradiquer cette faute dans tout Radio France? ce doit être quand même plus facile que pour la variole. Allez, ne vous inquiétez pas, je vous aime bien. »

Apocope
« Mon message concerne la majorité des journalistes de votre chaine. Il s'agit d'un ras le bol vis à vis de la dérive qui touche le vocabulaire utilisé sur France Inter. Je suis enseignante et je me bats quotidiennement ainsi que tous mes collègues pour que mes élèves utilisent un vocabulaire varié, riche et adapté. A chaque fois que j'entends sur votre radio les mots "périph", "sécu", "foot", et surtout "écolo", je suis horrifiée! C'est d'ailleurs ce terme entendu il y a quelques minutes qui m'a poussé à vous écrire. Très investie sur la question écologique, il me semble que ce l'emploi de ce diminutif minimise l'importance de cette question. Pourquoi vous permettez vous d'utiliser ce terme pour les écologistes? Je n'entends jamais les mots "facho", "socialo", "gaucho". Cela signifie-t-il que l'écologie n'est pas un sujet assez sérieuse?
J'ai choisi votre radio voilà plus de 20 ans et j'ai bien conscience que mon intervention n'influencera en rien cette fâcheuse dérive mais je n'ai pas pu résister plus longtemps à l'envie d'intervenir. » 


Moins pire
« J'écoute votre radio tous les matins et remarque que les journalistes ou écrivains disent de plus en plus souvent "moins pire". Je ne le comprends pas de la part de ces personnes censées transmettre la culture. Pourrait-on faire un effort ? »

À, EN
« Pouvez-vous dire aux journalistes des infos du matin que l'on dit "à vélo" et non "en vélo"... C'est fatiguant… »

Poser des questions
« Pourquoi de si nombreux journalistes menant une interview n'utilisent-ils pas la forme interrogative ou interronégative pour poser leurs questions ?
Quelle en est la raison ?
J'y vois plusieurs conséquences négatives :
1. C'est une faute grossière dans l'utilisation du français qui est imposée à une audience qui ne cesse de s'accroître
2. Cela donne une tonalité abusivement directive à l'interview, voire désagréable et provocatrice
3. A l'écoute, la sensation que la réponse est suggérée dans la question est gênante
4. Tout cela est somme toute contreproductif pour mener à bien un entretien
Bref, pouvons-nous espérer un changement dans ces façons de faire ? » 


Pluriel
« Peut-on informer vos journalistes que le pluriel du mot ERRATUM est ERRATA, merci. »

Merci beaucoup
« Je trouve choquant que systématiquement les journalistes du service public ponctuent l'intervention d'un de leur collègue par "merci beaucoup". En effet, ces journalistes ne sont pas bénévoles. Il sont rémunérés pour leur intervention. Si encore ceux-ci étaient des grands reporters revenant d'une zone de guerre, on pourrait alors le comprendre. Mais le faire après la lecture d'un bulletin météo entièrement rédigé par Météo France, cela dépasse l'entendement. Et que dire lorsqu'il s'agit d'un écrivain ou d'un acteur venant assurer le service après-vente de son livre ou de son film! Un peu plus de sobriété en citant au plus le nom de la personne me parait bien plus adéquat. »

Allez les Bleues ! 
« Pouvez-vous me dire ce que supporter les bleues veut dire ? C’est un anglicisme horrible. 
Nous on les soutient, on ne les supporte pas ! Eux ils « support » a football team mais pas nous. 
Supporter a un sens péjoratif en Français : je ne le supporte plus, celui-là ! 
Ou bien : il va falloir supporter longtemps ses blagues pourries ?
La direction de France Inter pourrait quand même écouter les pubs qu’elle met en ligne !
Franchement, chaque fois que je l’entends, ça me hérisse le poil et je crie à la radio : on les soutient, on les supporte pas ! 
Ce que je ne supporte plus, c’est que même France Inter fasse des pubs, alors quand en plus elles sont pourries, la moutarde me monte au nez ! »


LIRE PLUS DE MESSAGES
 
 
[PROCHAIN RENDEZ-VOUS]
Samedi 22 juin :
- sur franceinfo à 11h51 et 13h51 : “Le baccalauréat et le traitement des sujets sur franceinfo ” avec Alexis Morel, journaliste, spécialiste éducation
​​​​​​​‌
Franceinfo : tous les samedis à 11h51 et 13h51
France Culture : un jeudi sur deux dans La Grande Table à 13h20
France Inter : un vendredi par mois dans l’Instant M à 9h40 et un samedi par mois dans Secrets d'Info à 13h20
 
Le traitement de la Coupe du monde féminine de football sur Franceinfo
samedi 14 juin

Radio France accompagne tous les grands événements sportifs avec une attention toute particulière pour le sport au féminin. Franceinfo et France Bleu proposent de suivre cet événement du 7 juin au 7 juillet. Les auditeurs réagissent à cette couverture. Pour leur répondre, Emmanuelle Daviet reçoit Vincent Rodriguez, directeur des Sports de Radio France.​​​​​
ÉCOUTER LE RDV
France Inter : Le Téléphone Sonne, l'humour et l'environnement
​​​​​​​vendredi 21 juin

C'est le dernier rendez-vous de la médiatrice de la saison sur France Inter.
Au programme : L'humour avec Guillaume Meurice, Le Téléphone Sonne avec Fabienne Sintès et la grille de rentrée avec Mathieu Vidard.




ÉCOUTER LE RDV

TOUS LES RENDEZ-VOUS
​​​​​​​
 
   
Instagram
@mediatriceradiofrance
Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment. 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL.
Se désinscrire
Crédits photo
© Radio France / Christophe Abramowitz - © Getty Images © AFP © Frederick Florin / AFP - © Sylvain Lefevre / AFP ©  Capture d'écran France Inter - © Radio France / Christophe Abramowitz