Version en ligne
#42 -  Octobre 2019
 L'ÉDITO DE LA MÉDIATRICE


Le maelström de l'actualité

Une information chasse l’autre. C’est la loi du genre journalistique. Si l’on s’en tenait à ce principe, il serait pertinent de commencer cet édito par les remarques des auditeurs sur le voile. Le sujet monopolise l’espace médiatique depuis le début de la semaine  et génère un important volume de courriels, renvoyant d’une chiquenaude Xavier Dupont de Ligonnès aux oubliettes de l’info. Il est néanmoins important de revenir sur le traitement éditorial de la prétendue arrestation du père de famille suspecté du meurtre de sa femme et de ses quatre enfants vendredi 11 octobre. Nous ne livrerons pas ici toutes les observations que nous dicte l’affaire, un simple édito n’y suffirait pas et, nul doute que des confrères y consacreront des ouvrages tant le sujet est passionnant à analyser et les enseignements nombreux à en tirer. 
Le traitement journalistique du français arrêté à l’aéroport de Glasgow vendredi dernier a suscité des centaines de messages exprimant la colère et l’indignation. Dans leurs courriels des auditeurs parlent de « fake news Ligonnès » et de « désinformation ». Revenons sur le sens de ces mots afin de nommer correctement les faits.
Une « fake news » est destinée à tromper le lecteur ou l’internaute, à influencer son avis sur un sujet, soit en falsifiant les faits ou bien en les inventant de toutes pièces. Quant à la « désinformation », il s’agit d’une information mensongère, propagée massivement, délibérément,  techniquement virale afin d'être diffusée à grande échelle. Elle est anticipée et programmée dans le but de tromper l’opinion publique.
Dans la séquence médiatique de la prétendue arrestation de Xavier Dupont De Ligonnès il n’y a jamais eu, de la part des rédactions de Radio France, un tel dessein. 

À la désinformation qui induit un acte intentionnel nous opposons une notion plus appropriée pour qualifier tout cet emballement. Il est en effet plus juste de parler de « mésinformation », c’est-à-dire d’un défaut d’information qui résulte davantage d’un manque de vigilance de la part du producteur du contenu. Ce que les spécialistes en sciences de l’information nomment la « sous-information ». Il y a sous-information lorsque les médias n’ont pas suffisamment d’éléments sur le sujet abordé. Une situation de sous-information relève de la pleine responsabilité d’un média. Or la transmission d’une information au grand public commande une exigence d’exactitude et de précision et impose au journaliste « l’obligation de savoir tout ce qui est possible sur le fait qu’il traite ». Une connaissance insuffisante, une enquête insuffisante, une exigence insuffisante sont les principaux motifs de la sous-information. « La sous-information précipite le journaliste dans le cauchemar de l’approximation. Ses effets sont l’exagération et la spéculation que les anglo-saxons nomment parfois le maybe journalism. L’usage du conditionnel, souvent recommandable, n’est pas toujours suffisant. (…) A l’égard des personnes, la compromission de leur réputation provient souvent de la sous-information à laquelle se greffe l’inconséquence » écrit très justement en 2010 le philosophe et journaliste Eric Rohde. 
Cette analyse résonne d’emblée avec l’un des principaux reproches adressés par les auditeurs : « un homme innocent a été jeté en pâture », « il n’y a aucune raison que les médias donnent le nom de la victime du vol de passeport » «  le scandale impardonnable à mes yeux , est que les médias aient donné le nom de la personne victime de l’erreur ». Dès dimanche matin, le 13 octobre, Vincent Giret, le directeur de Franceinfo a répondu à ces remarques en direct sur son antenne ICI. Lundi Catherine Nayl la directrice de l’information de France Inter a publié un communiqué. Samedi 19 octobre, Jean-Philippe Baille, le directeur de la rédaction de franceinfo, revient également sur les enseignements tirés de cette séquence dans le rendez-vous de la médiatrice à 11h51 sur franceinfo.

Vendredi dernier, j’écrivais ici que l’actualité est une matière complexe. La semaine vient de nous en offrir plusieurs illustrations et invite à enrichir l’assertion : le traitement de l’actualité est éminemment complexe. 
L’information proposée sur une antenne est le fruit d’un travail de réflexion, de questionnements, de doutes. Le résultat d’arbitrages, d’ajustements, la synthèse d’échanges (parfois vifs) et de décisions prises en conférence de rédaction. Il n’y a pas toujours unanimité. L’actualité, les journalistes la travaillent chaque jour, chaque heure, elle est mouvante, indéterminée, surprenante. Malgré les connaissances des principes de ce métier, les réflexes journalistiques sont parfois balayés par une actualité qui prend tout le monde de court. Le mouvement des Gilets jaunes est à ce titre emblématique, il a bouleversé et submergé tous les codes que nous connaissions dans ce pays, y compris les codes médiatiques.  

Après l’affaire Xavier Dupont De Ligonnès, le sujet de débats au sein des rédactions cette semaine est incontestablement le voile. Comment en parle-t-on ? Quels angles choisir ? Comment trouver le juste équilibre ? Si certains journalistes regrettent une surexposition médiatique, les auditeurs (qui nous écrivent) estiment eux, que ce sujet n’est pas assez traité notamment sur l’antenne de France Inter et, lorsqu’il l’est, la sémantique employée ou les angles de reportages choisis ne reflètent pas leur avis sur la question écrivent-ils.
Tant le sujet semble appartenir au camp de l’extrême-droite, ces auditeurs jugent nécessaire de préciser qu’ils sont de gauche et considèrent que « les journalistes sont aveuglés par leur bien pensance », « ne pas parler du sujet c’est laisser la place au Rassemblement National. Continuez et bientôt ils seront au pouvoir ! »  « c’est navrant de traiter le voile des femmes musulmanes comme un fait ou phénomène mineur ». Depuis lundi, chaque jour des dizaines de messages nous parviennent très majoritairement de cette teneur. 

Pierre Rabhi invité sur France Inter. Les auditeurs et internautes font part de leur étonnement « de lui donner sur une chaîne publique une audience nationale » « après les révélations faites par plusieurs médias » et « les nombreuses enquêtes journalistiques menées » sur « le système Rabhi », notamment dans un reportage de Secrets d’info qui, l’an passé, pointait « Les contradictions du paysan Pierre Rahbi ». 
Secrets d’info, le magazine de la cellule Investigation de Radio France, s’interrogeait d’ailleurs samedi dernier sur la crise de la forêt française avec ses salariés en souffrance tandis qu’une perte de la biodiversité affecte le patrimoine forestier. Cette enquête, signée Benoit Collombat, est plébiscitée par les auditeurs : «  Merci pour vos émissions, même si elles ajoutent à mes indignations et à mes angoisses ! », « Bravo à l’équipe pour ce reportage réaliste et bien documenté, merci et continuez votre travail essentiel. » 

De la rédaction aux programmes…

« La moitié des Français sont à moitié cons » décrète une chroniqueuse dans « La Bande originale » de Nagui. Des auditeurs « heureux de payer la redevance pour s’entendre dire ça » nous confient à quelle moitié ils appartiennent. Quant à Caroline Fourest, plutôt de commettre un film elle ferait mieux de « s’occuper des femmes et des pédés ». Cette saillie d’un critique du « Masque et la Plume » a déclenché le rire de l’assistance. Et les commentaires des auditeurs, à lire ci-dessous. Sur une antenne, a fortiori de service public, la liberté de tout dire ne devrait-elle pas s’arrêter là où commencent l’insulte,  le mépris voire la stigmatisation ?
Loin de ces tours d’ivoire mentales et témoignant d’une réelle bienveillance à l’égard de ses concitoyens, Nicolas Stoufflet lui, les Français il les côtoie, les respecte et les rencontre au plus près, dans les petites communes rurales, dans les villes moyennes en parcourant les routes de France. L’animateur du mythique « Jeu des 1000 euros » est le premier invité de notre nouvelle série « Coulisses »  la vidéo ici.

Emmanuelle Daviet
Médiatrice des antennes

Voici les dominantes du 12 octobre au 18 octobre 2019 à retrouver dans les messages des auditeurs ci-dessous :

1- Xavier Dupont de Ligonnès
2- Le port du voile
3- Pierre Rabhi invité dans la matinale de France Inter
4- Secrets d'info : la forêt française en crise
5- "La moitié des français sont moitié cons"
6- Les propos entendus au Masque et la Plume

Coup de cœur des auditeurs : Ken Loach dans Boomerang sur France Inter

XAVIER DUPONT DE LIGONNÈS

Message d'auditeur
« Il est 13h ce samedi 12 octobre 2019 et on vient d’apprendre que la personne arrêtée à Glasgow n’est pas Xavier Dupont de Ligonnès, ce qui contredit les informations affirmatives entendues hier aussi bien sur Franceinfo que France Inter (cf. en particulier le journal de 23h du vendredi 11 octobre). Merci d’exiger des rédactions des explications précises sur ce grave emballement médiatique. Si je paye une redevance pour un service public de l’information, c’est pour une information de qualité et je me permets de vous rappeler que la charte de déontologie de Radio France stipule que le journaliste «Exerce la plus grande vigilance avant de diffuser des informations d’où qu’elles viennent.». Et merci de ne pas vous défausser... » (Radio France)

Retrouvez ici une sélection de messages d'auditeurs de franceinfo et de France Inter, ainsi que les réponses de Vincent Giret, directeur de franceinfo, et Catherine Nayl, directrice de l'information de France Inter. 

Samedi 19 octobre à 11h51, Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de franceinfo, revient sur les enseignement tirés de cette séquence médiatique.
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

LE PORT DU VOILE

Message d'auditeur
​​​​​​​​​​​​​​« Porter le voile, pour moi attaché à la République laïque est, soit le despotisme du genre (l’apologie du machisme), soit un signe religieux ostensible donc à proscrire dans l’espace public car contraire à notre Constitution et à nos valeurs républicaines. C’est l’éducation, qui doit être en première ligne… Et je suis un farouche opposant au RN. » (Franceinfo)

Dans son rendez-vous sur franceinfo samedi 19 octobre, Emmanuelle Daviet posera la question de la ligne éditoriale de la chaîne à ce sujet au directeur de la rédaction, Jean-Philippe Baille.
​​​​​​​À 11h51 et 13h51 sur franceinfo.
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

PIERRE RABHI, INVITÉ DE LA MATINALE DE FRANCE INTER

Message d'auditeur
​​​​​​​« Je m'interroge sur l'invitation de Pierre Rabhi sur vos antennes après les révélations qui ont été faites par plusieurs médias, notamment sur son goût pour l'argent, son absence totale de connaissance en agronomie et sur l'obscurité de ses activités en Ardèche. 
Il me semble qu'une mise en perspective ou à tout le moins des questions directes sur ces sujets auraient dû lui être posé. »
(France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

SECRETS D'INFO : LA FORÊT FRANÇAISE EN CRISE

Message d'auditeur
​​​​​​​« Bravo à l'equipe de la Cellule Investigation pour ce reportage réaliste et bien documenté nécessaire en cours de diffusion.
Il traduit bien l'evolution et la dégradation de la situation et la souffrance du personnel de l'ONF. Merci et continuez votre travail essentiel.
 » (France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

"LA MOITIÉ DES FRANÇAIS SONT MOITIÉ CONS"

Message d'auditeur
​​​​​​​« Je fais partie de ces 50% de cons, sans talent particulier, j'ai la chance d’être français. Quel bonheur de se faire traiter de con par une animatrice du service public, donc payée avec nos impôts. Puisque visiblement, vous ne vous considérez pas comme faisant partie de ce pourcentage, pourrais-je savoir quel talent particulier ou quelle contribution apportez-vous à ce pays ? Personnellement, j'ai simplement choisi de le défendre au péril de ma vie. Chacun ses valeurs. » (France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

PROPOS ENTENDUS AU MASQUE ET LA PLUME

Message d'auditeur
​​​​​​​« Je tiens à vous faire part du caractère choquant des propos d’un des critiques masculins de l’émission de ce soir qui, en parlant de Caroline Fourest et de son dernier film, a terminé sa critique par la formule « qu’elle continue à défendre les femmes et les pédés »
J’avoue que ce type de propos homophobes et relevant également d’un certain machisme, ne me semblent pas avoir leur place sur une radio publique. Et ce, d’autant plus quand cette radio, et à juste titre, peut relever et critiquer de telles attitudes sur d’autres radios concurrentes ou chaînes de télévision.
 » (France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet


COUP DE CŒUR : KEN LOACH DANS BOOMERANG

Messages d'auditeurs
« Merci d'avoir invité ce grand réalisateur à l'occasion de la sortie de son prochain film que j'irai voir, c'est indispensable, même si je sais d'avance que je ne ressortirai pas dans le même état après la projection. "Moi, Daniel Blake" m'avait complètement retourné. J'ai pleuré lorsque Katie se cache au fond d'un rayon de la banque alimentaire pour ouvrir une boîte de conserve et en manger le contenu car elle est affamée de tout donner à ses enfants en niant sa faim.Comment peut-on avoir faim et froid dans un pays dit "civilisé" au vingt et unième siècle ? »

« Merci Augustin, merci de nous faire entendre la voix de Ken Loach encore un moment de bonheur et d'émotion. »​​​​​​​
​​​​​​​
Réécoutez l'émission du 18 octobre > Nécessaire Ken Loach

 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet



« Chère Giulia Fois,
Je voulais juste te dire merci merci merci.
Je suis une femme qui a grandi avec Radio France. 
Déjà du temps de tes chroniques, puis de Babel, j'aimais ton ton, le fond, la forme,  tes choix de sujets et ta façon de les narrer. Un ovni creatif et politique sur les chaînes publiques. 
Et cette année, bim! Arrivée de "Pas son genre", sur une antenne à grande audience. (On sort doucement de nos cachettes alternatives, cela fait tellement du bien)
Tu me donnes de l'espoir sur ce que peut devenir le 21eme siècle. 
Grâce à toi, j'apprends plein de choses, mes ami-es , collègues, conjoint te découvrent, les discussions au café deviennent encore plus intelligentes et engagées. 
Tu portes la voix de celles-ceux qui veulent dire stop.
Tu nous présente tellement de gens intéressant-es que ma bibliothèque grossit à vue d'oeil.
Voilà, il y a toujours des gens pour dire leur mécontentement, mais pas assez pour dire leur contentement, leur reconnaissance. Donc je me suis lancée. 
Merci pour ton travail, pour nous toutes et tous.
Bonne continuation, Amicalement, 
Ps : j'ai usé du tutoiement par bienveillance et non manque de respect,  je pense que tu entendra le sourire dans mes mots. »
(France Inter)

« Un petit message pour féliciter Emmanuel Laurentin pour la qualité et la sérénité de ses débats dans sa nouvelle émission « Le temps du débat ».
Après toutes ces belles années dans La fabrique de l’histoire, ce traitement de l’actualité lui sied à merveille.» (France Culture)

« Juste un immense merci France Inter pour les histoires OLI. Mes enfants les écoutent en bouclent, en redemandent, et adorent ! 10 petites minutes de plaisir auditif....Le plus rigolo ayant été l'histoire du père Noël de Daniel Morin avec l'intervention de Marie-Pierre Planchon...quand les enfants ont entendu la météo aux infos le lendemain matin "Mais maman, elle existe pour de vrai Marie Pierre Planchon ?" 
j'écoutais déjà France Inter dans la voiture de mes parents, c'est moi qui désormais leur fait écouter France Inter ! Merci à vous ! »
(France Inter)

« Merci aux équipes de FIP pour leur travail. 
FIP a rythmé mes journées pendant mes 6 mois de stage de fin d'études et mon travail n'aurait pas été si agréable sans. Mon rapport de stage portant sur l'observation des couverts forestiers tropicaux à partir d'images satellite étant confidentiel je ne peux pas vous en faire parvenir une copie, mes sachez que ma page de remerciement se clôt par "Et enfin, merci à FIP".​​​​​​ ​
» (Fip)

« D'ordinaire ce sont des hommes et femmes politiques qui sont invités, fort naturellement, lors de la demi-heure politique. Or aujourd'hui, c'est Alain Souchon. Qu'elle interview agréable, ce retour à l'origine de ses succès, ses nouvelles œuvres, ses références artistiques auprès de grands auteurs. Donc, merci pour cette belle page culturelle.» (franceinfo)


« A l’attention de Nicolas Demorand
Bonjour,
J’adore vos « Mea Culpa ». 
Celui de ce jeudi 17 était particulièrement savoureux de second, troisième, et peut-être quatrième degré. L’extrême futilité du sujet a été une parenthèse jubilatoire au milieu de cet océan de nouvelles toutes plus anxiogènes les unes que les autres. Il ne manquait dans votre réponse qu’un argument de poids : la moitié de la France (qui est tout aussi Inter que l’autre) prononce quelque chose qui ressemble plutôt à « Bourqueux en Bresseux » et je ne vois pas au nom de quoi elle aurait tort. Mais bon, laissons le sujet là où il est : parti avec le vent.
Alors je voudrais vous proposer un autre sujet pour un prochain « Mea Culpa » que vous feriez, celui-là, non pas en votre nom, mais au nom de l’antenne toute entière.
Dès qu’il faut parler vitesse, tout le monde utilise le kilomètre-heure. Mais le kilomètre-heure n’existe pas. En tout cas ce n’est pas une unité de vitesse. L’unité de vitesse est le kilomètre PAR heure (ou encore kilomètre À l’heure).
Vous allez me rétorquer que c’est une facilité ou un abus de langage. Ah bon ? Remplacer une division par une multiplication, car c’est bien de ça dont il s’agit, c’est un abus de langage ? 
Amusons- nous alors ! Si l’auxiliaire Etre était la multiplication et Avoir la division, oseriez-vous dire à l’antenne : « Hier, je suis été au cinéma » ? Eh oui, dans la hiérarchie grammaticale, c’est d’un autre niveau que la prononciation de Bourg-en-Bresse. Et pourtant, cette Faute, car ça en est bien une, on l’entend des dizaines de fois par jour à l’antenne. Seuls les chroniqueurs de Météo France ne la font pas (Marie-Pierre Planchon essaie régulièrement de se corriger mais elle rechute systématiquement. On l’encourage à persévérer.)
Alors voilà le challenge : faites nous un beau « Mea Culpa » sur ce thème. Avec votre talent vous ferez progresser en 80 secondes le niveau de culture scientifique de l’antenne. Il en a bien besoin !
Longue vie au 7/9 et à ses voix !  »
(France Inter)

«Cher Xavier Leherpeur,
merci merci merci merci et merci pour votre émission ! ça fait du bien ! J'appréciais déjà votre ton et votre verve dans le masque et la plume. C'est donc avec un immense plaisir que j'écoute VOTRE émission. Vous écouter c'est un peu comme participer à conversation entre potes, à discuter des coups de coeur des uns et des autres. 
Merci pour vos conseils (notamment "the capture"). Continuez à nous donner votre avis avec autant de liberté.»
(France Inter)

LIRE PLUS DE MESSAGES


​​​​​​​Quand les auditeurs deviennent nos professeurs de français...

Low cost 
« L'expression "low cost" revient en permanence dans les commentaires à propos de sujets divers. Normalement, un journaliste francophone devrait utiliser l'expression "bas coût". Pour ceux qui tiennent absolument à utiliser l'expression anglaise, le minimum serait qu'ils la prononcent correctement. Sinon, ils devraient renoncer à utiliser une langue qu'ils ne connaissent pas. La plupart d'entre eux prononcent [kōst] comme dans coast ou côte. Il faudrait donc comprendre "côte basse". La prononciation correcte est [kôst] comme dans accoster. 
D'une manière générale, le niveau de français de nombreux rédacteurs et commentateurs de Radio France est déjà extrêmement discutable.
J'ai récemment entendu le mot "ode" prononcé comme "aude" et l'expression "côte boursière" m'a fait penser que la Bourse avait du mal à remonter la pente. Qu'ils évitent donc de s'attaquer en plus à des langues qu'ils ne pratiquent pas.
En espérant que cette remarque évitera à ces aventuriers de la langue anglaise les moqueries des anglophones. »


Charrue / Charrette
« Du fait de mon travail, je suis un auditeur occasionnel de votre émission.
Heureusement que j'étais assis dans ma voiture ce matin un peu avant midi lorsque vos animateurs ont parlé du festival des "vieilles charrues" avec l'invité quebecois de l'émission.
Je m'explique. Vos animateurs ont tenté d'expliquer à M Dolan ce que le terme  "vieille charrue" signifiait en français car visiblement chez nos cousins de l'autre côté de l'Atlantique cette expression recouvre un sens (merci en passant pour cet apport culturel).
Je ne pensais pas qu'il était possible d'ignorer la signification du mot "charrue". Cela me pose question quant à la méconnaissance de la culture rurale de certains animateurs de votre radio. Cela m'inquiète d'autant plus quand d'autres soutiennent des positions anti-spécistes assez radicales et que visiblement ils sont peu au fait de l'agriculture en général. Donc pour votre information et celle de votre équipe, une "charrue" n'est pas l'équivalent d'une cariole ou d'une charrette comme proposé en explication, mais il s'agit bien d'un outil agricole inventé au moyen-age et destiné à retourner le sol avant d'implanter une culture. Cet outil, parfois remis en cause aujourd'hui pour certains de ses inconvénients, peut permettre de réduire l'utilisation d'herbicides. C'est d'ailleurs un outil très utilisé dans les exploitations pratiquant l'agriculture biologique.Avec mes remerciements pour la qualité globale des émissions de votre chaîne.»


« Je suis étonnée et outrée d'entendre que les animateurs de la Bande Originale ne savent ce qu'est une charrue . ils expliquent à Xavier Dolan qu'en France c 'est un chariot ou une charrette !Quelle inculture sur France Inter. C'est inadmissible. à bon entendeur 
»

>> Plus de messages sur le même sujet...

Matcher
« Aujourd’hui, en milieu de journée, un chroniqueur explique pourquoi l'antenne a tant diffusé la fausse information au sujet de l’affaire Dupont de Ligonnès. Pour tenter de s’en sortir, il affirme à au moins trois reprises en 5 minutes que « les empruntes digitales matchent » ! Pouvez-vous lui expliquer qu’il se rend grotesque en se mettant à parler anglais pour essayer de donner une connotation scientifique à une notion simple. Il voulait dire bien sûr : « les empruntes digitales correspondent ». Assurez-le que tout le monde aurait compris bien plus sûrement que « matchent ». Merci. »

« A propos de l’affaire Dupont de Ligonnès votre journaliste à dit : 
- Les empreintes ne «matchent » pas … Non en français on dit : les empreintes ne correspondent pas.
- Ce qui peut expliquer ce «bug » retentissant .. Non en français on dit : ce qui peut expliquer ce dysfonctionnement (ou un synonyme) retentissant. 
Pourquoi écrire ? 
Tout simplement parce que je croyais naïvement que la mission des journalistes de Radio France était de promouvoir la langue française … il faut croire que je me suis trompé  » 


>> La réponse de la médiatrice

Accord du mot quatre ? 
« Ce samedi 12 octobre, j'ai écouté le journal. Est-il possible de ne plus entendre "ses quatre Z enfants " , c'est insupportable. Ça me heurte les Zoreilles ! »

« On a beau demander bien poliment à France Inter de soigner un peu la langue sans jamais obtenir aucune réponse après de sempiternels messages (les auditeurs historiques de France Inter mourront bientôt, de toute façon), les quatre z-enfants de Xavier Dupont de Ligonnès, les Guilleumes, guillâmes, les rhanes  en lieu et place du Rhône, tout cela lasse, dégoûte, et finit par décourager les fidélités les plus tenaces. Personnellement, j'en ai marre de ce relâchement et de ce mépris des auditeurs auxquels on ne répond jamais. Pourtant, au fond de moi-même, je continue à espérer le maintien de la première place de France Inter. Mais vous avez tort, forts de votre succès, de négliger ces détails qui sont chers à une partie de votre public. »

Racoleurs
« Il est très regrettable d’entendre, depuis un certain temps, dans la bouche des journalistes, une ponctuation verbale inutile et récurrente. En effet, au beau milieu de nombreuses phrases, l’insertion du «... ET BIEN... » est utilisée sans justification. Cela est extrêmement pénible et l’on peut se demander si l’utilisation de ces deux mots remplaçant une simple virgule ne sert pas à combler des phrases vides de sens. »

Parlez français
« Ne pourriez-vous pas faire en sorte que vos journalistes s'expriment correctement en Français ?
par exemple:
- absences fréquentes du "ne"  dans  "ne .. pas" ou "ne .. que" 
- terme "lequel" très souvent utilisé à la place de "laquelle" ou "lesquelles"
- utilisation fréquente de "à" au lieu de "et" dans l'expression "entre ... et ..." encore ce matin dans le bulletin météo:  " ... entre 5 à 10° etc ..."
Je vous remercie de bien vouloir faire remonter cette remarque ...
Mais je suppose que je ne suis pas le premier à la faire. »

LIRE PLUS DE MESSAGES

 

VIDÉOS

"Coulisses", c'est la nouvelle série de vidéos que nous vous proposons. Découvrir comment travaillent les producteurs et les journalistes hors antenne pour réaliser chaque jour de nouvelles émissions et des journaux d'informations. 
Nicolas Stoufflet, le producteur du Jeu des 1000 euros sur France Inter, inaugure cette série. 



LES COULISSES DU
JEU DES 1000 EUROS


Comment envoyer une question, le choix des questions et des communes… Les auditeurs nous posent régulièrement des questions sur les dessous du Jeu des 1000 euros sur France Inter : Nicolas Stoufflet, producteur de l’émission, leur répond.
​​​​​​​

VOIR

THOMAS LEGRAND ET LES AUDITEURS

Thomas Legrand, journaliste et éditorialiste politique sur France Inter, nous parle de lui et des auditeurs :
Etes-vous attentif aux messages des auditeurs ? Le message d’auditeur qui vous a le plus marqué ? Quel auditeur êtes-vous ? Quelle voix de radio a compté pour vous ?


VOIR
TOUTES LES VIDÉOS
 
 
[PROCHAIN RENDEZ-VOUS] Samedi 19 octobre,« La ligne éditoriale de franceinfo sur les sujets d'actualité », au micro de la médiatrice Emmanuelle Daviet, Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de franceinfo, répond aux auditeurs, sur franceinfo à 11h51 et 13h51.

    ​​​Franceinfo : tous les samedis à 11h51 et 13h51
    France Culture : un jeudi sur deux dans La Grande Table à 13h20
    France Inter : un vendredi par mois dans l’Instant M à 9h40 et un samedi par mois dans Secrets d'Info à 13h20
     
    Le traitement éditorial de l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès

    Après l’annonce erronée de l’arrestation à Glasgow de Xavier Dupont de Ligonnès vendredi, Vincent Giret, directeur de franceinfo radio, répond à la médiatrice de Radio France.


    ​​​​​​​​​​​​​​
    ÉCOUTER LE RDV
    La couverture de la manifestation anti-PMA sur franceinfo
    ​​​​​​​
    De nombreux auditeurs nous ont écrit pour reprocher l'absence de traitement de la manifestation anti-PMA. Pour répondre à ces auditeurs, Emmanuelle Daviet reçoit Antoine Krempf, responsable de la Cellule de vérification de franceinfo.

    ÉCOUTER LE RDV

    TOUS LES RENDEZ-VOUS
    ​​​​​​​
     
       
    Instagram
    @mediatriceradiofrance
    Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

    Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment. 

    Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL.
    Se désinscrire

    ​​​​​​​Crédits photo : © Christophe Abramowitz, Radio France. © AFP - Thomas Coex © Maxppp - Jean-Michel-Mart © Alain Jocard  - AFP © Getty © France Inter © Soeurs d'armes - Caroline Fourest © Loic Venance - AFP