Version en ligne
#49 -  Décembre 2019
 L'ÉDITO DE LA MÉDIATRICE

D’une grève l’autre

Près de sept Français sur dix estiment que le mouvement contre la réforme des retraites est justifié. Ils comprennent les motivations des syndicats et les soutiennent malgré les perturbations des transports provoquées par la grève. Cette adhésion massive s'explique par le regard qu'ils portent sur ce projet. Pour le dire simplement et trivialement, personne ne semble rien y comprendre. C’est la teneur des messages reçus à la suite de différents rendez-vous consacrés sur le sujet sur France Inter. Toutes les réactions des auditeurs sont à retrouver dans notre « Débat de l’actu » après les interventions dans « Le Grand Entretien » du ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Lemaire, le lundi 2 décembre, et Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, invité le mardi 3 décembre. « Le Téléphone sonne » du 2 décembre y était également consacré : « Retraites : J-3 avant la grande mobilisation ». Je vous invite à lire les avis des auditeurs. Au fil des jours et des messages, une méfiance mêlée d’anxiété se substitue peu à peu à la confusion. C’est tout-à-fait perceptible et éclairant sur l’évolution du climat social de notre pays. 

Cette même perplexité est à l’œuvre dans les courriels des auditeurs se prononçant sur le mouvement social de Radio France. Malgré un soutien majoritairement exprimé à la radio publique, des auditeurs ne comprennent pas les raisons de la contestation. « La grève est légitime certes mais on ne sait même pas pourquoi les journalistes sont en grève. II serait peut-être normal qu’ il y ait un service minimum d’information. » « Je souhaitais vous dire sur une grève, que certains qualifieraient de non pédagogique, que c’est le degré zéro de transparence ». Les explications sont sur le site de la médiatrice Les raisons de la grève à Radio France. Cet article sous forme de questions/réponses, a participé à une hausse de 257% du taux de fréquentation du site en novembre par rapport au mois précédent. Ce chiffre traduit à lui seul l’immense besoin d’informations des auditeurs sur ce qui se passe dans cette Maison dont les voix rythment leur quotidien. 

Les conséquences du mouvement social sur les antennes sont abondamment décrites dans les courriels. Auditeurs critiques : « Vous voudrez bien m'expliquer la logique de la grève qui consiste à priver les auditeurs de leur radio. Pour mémoire si vous avez du travail c'est parce que vous avez des auditeurs. » « Ce que vous faites c'est "punir" celles et ceux qui vous écoutent au quotidien et vous tirer une balle dans le pied. » « Il y en a marre de vos grèves, vous nous prenez pour des objets sans importance. » Auditeurs affectés par la situation : « Quand vous ne nous parlez plus on se rend compte combien vous nous aider à réfléchir. Et là ça manque cruellement !! » « A chaque grève, je dois me tourner vers les chaînes suisses qui n’ont hélas pas les mêmes exigences en terme de contenu, de langue et d’ambition artistique. » « Trois générations privées ici de France Inter et France Culture depuis plusieurs jours ! » « Charline Alex et surtout Guillaume me manquent terriblement. » « A mes radios chéries France Culture, Inter, Info et Musique, ah qu’elle fait mal votre grève ! Mais tenez bon pour un service public que vous défendez bien, indispensable pour le lien social dans une démocratie, correctif vital d’inégalités culturelles intolérables ! Dure peine pour les auditeurs fidèles ». 

Fidélité absolue

Lundi 2 décembre 7h15. Nicolas Demorand tente en 80 secondes de faire le tour de la question-titre de son billet quotidien : « Pourquoi fragiliser les radios publiques ? ». Le journaliste interpelle les auditeurs de France Inter : « Ces radios sont vos radios. Elles vous appartiennent. À vous, si vous le souhaitez, de vous saisir de ce débat et de faire valoir votre position par exemple auprès de la médiatrice de Radio France ». Plus qu’une suggestion, cette invite a littéralement été interprétée comme LA consigne à suivre scrupuleusement pour participer à la sauvegarde des antennes publiques. Le premier message est tombé à 7h22 suivi par plus de 2000 courriels répondant exclusivement à cette proposition de débat. Mais de débat, il n’y a pas.
On lit en revanche des déclarations à foison. Cette unanimité pour défendre un attachement viscéral à toutes les antennes de Radio France, c’est le chemin de ronde où veillent ceux qui nous écoutent. 
Ce plaidoyer est une forteresse de mots signés des auditeurs, seigneurs en leur château.

Bonne lecture,

Emmanuelle Daviet
Médiatrice des antennes

*enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro réalisée par internet les 3 et 4 décembre 2019, sur un échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 
 
Voici les dominantes du 29 novembre 2019 au 6 décembre 2019 à retrouver dans les messages des auditeurs ci-dessous :


1- Les auditeurs répondent au 80'' de Nicolas Demorand
2- La grève à Radio France
3- L'instant M sur la redevance
4- La crédibilité de Yann Arthus-Bertrand ? 
5- Nino Ferrer la suite : les auditeurs poursuivent l'échange

6- Pêle-mêle : les sujets qui font réagir les auditeurs

Débat de l'actu : la réforme des retraites

Coup de cœur des auditeurs : La chronique chorale de Charline Vanhoenacker

​​​​​​​LE MESSAGE DE LA SEMAINE

"Chère Radio France,
Riche tu es de mots,
Riche tu es d'infos,
Riche tu es de fictions,
Riche tu es d'archives,
Riche tu es de musique,
Riche tu es d'histoire,
Riche tu es d'humour,
Riche tu es de philo,
Riche, tu me rends riche,
Moi qui ne suis pas riche."

LES AUDITEURS RÉPONDENT AU 80" DE NICOLAS DEMORAND

Lundi 2 décembre, Nicolas Demorand a consacré son 80 secondes sur France Inter au mouvement social que traversent les radios de Radio France. Il a invité les auditeurs à s'exprimer sur le sujet auprès de la médiatrice des antennes. Les auditeurs ont été extrêmement nombreux à répondre à son appel. 

Message d'auditeur
« Radio France, ensemble de radios d'une riche diversité qui permet à chacun d'entre nous auditeurs de tous âges de toutes catégories socio professionnelles d'accompagner nos moments de vie, celles et ceux qui ont grandi avec leur fréquence favorite avec toujours le même engouement.... Compagne de vie en quelque sorte et ce grâce à une multitude de professionnels, ceux que l'on entend et ceux de l'ombre  sans qui rien ne pourrait exister. 
Qualité des programmes qui ont une valeur, liée à l'engagement de tous ces gens. 
La logique comptable n'a pas sa place dans le service public, ni dans les hôpitaux, ni dans l'enseignement, ni dans la justice... Ni à la radio. La qualité à un prix et ce prix donne une valeur à tous ceux qui s'investissent. 
Alors oui je veux bien payer plus d'impôts pour conserver ce à quoi nous sommes attachés et radio France en fait partie. Et merci à Monsieur Demorand d'avoir réveillé nos consciences endormies ou anesthésiées. 
» (Radio France)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

LA GRÈVE À RADIO FRANCE
​​​​​
LA GRÈVE : LE SOUTIEN DES AUDITEURS
Messages d'auditeurs
​​​​​​​« Fidèle parmi les fidèles de France Culture, cette grève entame mon quotidien de façon tout à fait réelle. Et pourtant, je suis heureux de vous demander de porter haut et fort mon message auprès de la direction de Radio France : je soutiens et soutiendrai jusqu’au bout les actions collectives des salariés de ma, notre, radio de référence.
J’ai foi en leur travail quotidien, une production de très grande qualité qui continue à faire de la France une référence culturelle de haut vol. Seul ce message de culture, de partage des connaissances, du débat porté à l’oreille de tous, est de nature à créer un projet de société. Croyez, Madame, avec moi, en une société qui se construit par la pensée et son engagement pour la recherche et la vulgarisation de qualité, et recevez mes citoyennes salutations. »
(France Culture)

« Depuis mon enfance, je suis une auditrice des toutes les radios de Radio France. Ces radios ont rythmé la vie familiale des vacances chez mes grands-parents. Elles ont contribué à mes études, à ma conscience politique sociale et ont enrichi mes passions. 
Il est pour moi insupportable d'apprendre le départ de 300 personnes de son personnel. Je ne vois pas comment la qualité du service, les encouragements au vivre ensemble et l'humour vont pouvoir être préservés. C'est une catastrophe… une mort.
» (Radio France)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

LA GRÈVE : LA COLÈRE DES AUDITEURS
Messages d'auditeurs
​​​​​​​« Aucun flash info depuis 21h30 sur France Bleu Azur alors qu’on est en plan ORSEC. Inadmissible. » (France Bleu)

« Le droit de grève est inscrit dans la Constitution mais qu'en est-il du devoir d'information ? Le blocage actuel de la chaîne respecte le 1er mais pas le second. Nous auditeurs, il ne nous reste comme solution que celle d'aller écouter ailleurs, et ailleurs, c'est lamentable à cause du déferlement de la pub. Vous ne pouvez pas continuer durant des jours et des jours de cette manière en nous ignorant. Ouvrez l'antenne, donnez vos informations, parlez-nous mais par pitié pas ce silence musical! » (Radio France)​​​​
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

LES RAISONS DE LA GRÈVE À RADIO FRANCE

Les auditeurs sont nombreux à poser des questions sur la grève à Radio France.
Dans cet article, les réponses de la médiatrice à vos questions. 

L'INSTANT M SUR LA REDEVANCE

Messages d'auditeurs
​​​​​​​« Je suis très étonné de voir que l’antenne de France Inter est actuellement utilisée pour expliquer les raisons de votre grève. À mon avis, que ces raisons soient bonnes ou mauvaises, elles ne regardent que l’entreprise et non pas les auditeurs. Je pense que le public doit être préservé de toute notion partisane, a fortiori lorsque l’on parle de service public.» (France Inter)

​​​​​​​« Absolument d'accord avec M. Assouline sur l'augmentation de la redevance pour garantir la qualité et l'indépendance du service public » (France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

LA CRÉDIBILITÉ DE YANN ARTHUS-BERTRAND ?

Message d'auditeur
« Mieux vaut tard que jamais, certes. Mais puisque M. Arthus Bertrand considère lui-même qu'il y a longtemps qu'il aurait dû arrêter de prendre l'avion, pourquoi avoir continué de le prendre et surtout pourquoi avoir continué de faire ces gros livres d'images depuis son hélicoptère ? » (France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet

NINO FERRER LA SUITE : LES AUDITEURS POURSUIVENT L'ÉCHANGE

Dans la dernière Lettre #48, les auditrices et auditeurs réagissaient à la diffusion de la chanson "Le blues anti-bourgeois" de Nino Ferrer. Jocelyn Perrotin, directeur de la musique de France Inter leur a répondu. Beaucoup d'auditeurs ont poursuivi l'échange sur cette question sensible. Nous vous proposons une sélection de ces réponses. 
​​​​​​​
Message d'auditeur
« Cher Monsieur,
Merci d’avoir pris le temps de répondre.
Je suis profondément ouverte à la critique sociale, à la capacité des artistes à se moquer, de critiquer, d’être irrévérencieux. Il est cependant des moments où les artistes s’égarent, où les programmateurs font quelquefois des erreurs. Programmer cette chanson le jour des annonces du plan pour protéger les violences faites aux femmes me semble si ce n’est maladroit, voire provocateur, possiblement provocateur vu le ton de votre message quelque peu donneur de leçons.
La bonne santé d’une société est aussi de s’interroger sur les messages du passé et la façon dont on a envie de transmettre l’œuvre des auteurs.
Nino Ferrer a fait nombre de belles chansons, certaines provocatrices, d’autres moins. Je préfère penser, contrairement à vous, que s’il était encore parmi nous, il aurait sans doute reconsidérer le contenu de cette chanson, et possiblement sa position plus facilement que vous ne semblez avoir envie de le faire… »
(France Inter)
 À lire, d'autres messages sélectionnés sur le même sujet


PÊLE-MÊLE


Nous vous proposons dans « Pêle-mêle » une sélection de messages d’auditeurs : réactions sur l’actualité, avis sur des émissions, remarques sur les antennes, opinions sur les lignes éditoriales, points de vue sur les angles choisis dans des reportages ou des articles publiés sur les sites. 

Retrouvez ici des messages concernant :
•    Discours du Président de la République aux Invalides
•    Grève du 5 décembre
•    Soldats morts au Mali
•    Olivier le plombier
•    Interview de Thomas Piketty sur France Inter
•    Cohérence publicité et écologie
•    Procès du cardinal Barbarin
•    Revue de presse sur le foie gras

LIRE LES MESSAGES


Débat de l'actu
LES RÉFORMES DES RETRAITES
​​​​​​​​​​​​​​
La réforme des retraites fait réagir les auditeurs de France Inter. Voici une sélection de leurs courriels à la suite des émissions diffusées sur le sujet.
LIRE LES MESSAGES


COUP DE CŒUR DES AUDITEURS : LA CHRONIQUE CHORALE

Mercredi 4 décembre, Charline Vanhoenacker a proposé une chronique chorale avec André Manoukian au piano et quinze membres du chœur de Radio France. Plébiscite des auditeurs.

Messages d'auditeurs
​​​​​​​​​​​​​​« Merci pour ce cadeau matinal. L'humour, le chœur, le pianiste… seule ma radio préférée peut offrir tout cela réuni à ses auditeurs. Charline chante comme une casserole (c'est elle qui le dit) mais le moment est magique. » (France Inter)

​​​​​​​​​​​​​​« Finalement, elle chante beaucoup moins faux qu'elle le dit. Les nuits d'une demoiselle par Colette Charline Renard Vanhoenacker​​​​​​​ » (France Inter)
LIRE LES MESSAGES


​​​​​​​Quand les auditeurs deviennent nos professeurs de français...

Maîtrise du français
« Décidément ça ne s'arrange pour ce qui est de la maîtrise du français sur cette radio/station de radio publique. A 7h08, l'animateur annonce "des températures au-dessus DES zéro (avec ou sans s,car il y en aurait plusieurs comme l'indique la marque du pluriel. Y en a-t-il vraiment plusieurs zéro ? Un zéro négatif, un zéro positif et un zéro neutre, peut-être. Puis, "les 1 degré" avec toujours le même problème : S ou pas à degré. Et entre ce deux heures, le journaliste ou animateur, parlant de l'état des routes annonce fièrement "soyez prudents sur les rennes" (je l'écris comme je l'ai entendu prononcé, car il n'a pas dit les RN). Ne pensez-vous vraiment pas qu'il serait temps, grand temps de remédier à ces "tics", ces manques de connaissances, car c'est franchement lassant et peu encourageant pour l'avenir de notre langue. Quand on pense de plus que ces personnes sont payées en partie avec nos sous ! Quelle lassitude de devoir répéter sans cesse ces mêmes remarques non suivies d'effet. Un peu ou un peu plus respect pour les auditeurs pas encore "inculturés" ou "déculturés". Un jour il sera trop tard ! »

Apostrophe
« Petit billet sur la disparition de l'apostrophe en anglais. Défense de l'apostrophe en français. A ma stupéfaction, la chroniqueuse fait d'apostrophe un nom masculin, ce qui révèle et son ignorance et, plus grave, son manque de travail sérieux. Comment faire confiance sur le fond à une journaliste qui fait une erreur aussi désinvolte ? Un certain laisser aller ces derniers temps sur cette radio. Décevant. »

Vos journalistes : tics de langage ?
« J'écoute tous les jours et quasi toute la journée vos émissions, elles sont passionnantes, je remarque aussi de plus en plus fréquemment ce raccourci de langage de vos journalistes : c't'approche, c'rendez-vous, on s'rappelle que,... ça écorche vraiment l'oreille. Est-ce pour aller plus vite ? 
Merci pour votre attention ! »


Anglicismes
« La langue française est vivante : l'apparition de mots (anglais) n'est pas choquante. On se vante de l'invention du mot "ordinateur" ; aurait-on appelé "computeur" un objet inconnu d’Émile Littré, Pierre Larousse voire Paul Robert que ça ne me perturberait pas (l'abréviation PC directement compréhensible !). À l'inverse la disparition du mot occasion systématiquement remplacé par "opportunité" est "juste" insupportable, et me laisse "dévasté" ! Les mots entre guillemets sont parfaitement français, c'est leur emploi, en leur donnant un sens et une fonction directement décalqués de la langue anglaise, qui appauvrit la langue française. »

La français radiophonique
« Nous sommes des linguistes travaillant sur le français radiophonique de France où sévit la préoccupante disparition des liaisons obligatoires en français, nous donnions récemment comme contre-exemples le maintien bien en place de l'articulation "j'ai vingt t'ans" face à l'affligeant "j'ai vin' euros", et la vivacité imperturbable des liaisons dans des expressions consacrées comme "petit à petit" ou "d'ores et déjà".
Or, ce matin, à France Info, une excellente chroniqueuse environnementale (A.-L. B., of course) nous a donné tort en créant pour ses auditeurs l'expression "d'or et déjà". Belle image joaillère ! Mais si toutefois cette professionnelle de la prononciation voulait dire (comme nous en sommes tous certains) "d'ores et déjà", alors nous l'adjurons de se montrer professionnelle et de ne pas omettre la liaison obligatoire : dor-zé-déja.
Le français aussi est une entité vivante donc vulnérable, et sa vitalité n'est donc pas sans importance, surtout pas à une lectrice rétribuée par les contribuables francophones. Si ? »


Votre gageure est une erreur
« Ce dimanche 1er décembre, à 9h00, sur l'antenne de France Inter, le journaliste a employé le terme de "gageure".
Ce n'est pas la première fois qu'à cette antenne, je l'entends employé comme rimant avec "erreur", alors qu'il devrait rimer avec "piqûre".
Malheureusement, à force de l'entendre employé de manière erronée, et d'autant plus sur une radio de service publique, cet emploi malpropre prolifère.
J'en profite pour répéter également ici ma lassitude d'entendre des questions formulées de manière déclarative au lieu de l'être sur le mode interrogatif.
ex : "vous en pensez quoi?" au lieu de dire "Qu'en pensez-vous?"
C'est maintenant plus de la majorité des questions sur l'antenne de France Inter qui subit ces écarts de langage que nous nous évertuons chaque jour de ne pas être imités par nos enfants. »

LIRE PLUS DE MESSAGES

 

VIDÉOS

ANTISÉMITISME ET ANTISIONISME, IANNIS RODER

L’Assemblée nationale examine ce mardi 3 décembre une proposition de résolution initiée par LREM pour une meilleure définition et reconnaissance de l’antisémitisme.
Quelle est la différence entre l’antisémitisme et l’antisionisme ? Les explications de Iannis Roder, professeur agrégé d’histoire et formateur au Mémorial de la Shoah.​​​​​​​

VOIR

CLAUDE GUIBAL ET LES AUDITEURS

Claude Guibal, Grand reporter à la rédaction internationale de Radio France, nous parle d'elle et des auditeurs : Êtes-vous attentive aux messages des auditeurs ? Le message d’auditeur qui vous a le plus marquée ? Quelle auditrice êtes-vous ? Quelle voix de radio a compté pour vous ?
​​​​​​​


​​​​​​​
VOIR
TOUTES LES VIDÉOS
 
 
[PROCHAIN RENDEZ-VOUS] Samedi 7 décembre sur franceinfo à 11h51 et 13h51.

    ​​​Franceinfo : tous les samedis à 11h51 et 13h51
    France Culture : un jeudi sur deux dans La Grande Table à 13h20
    France Inter : un vendredi par mois dans l’Instant M à 9h40 et un samedi par mois dans Secrets d'Info à 13h20
     
    Enquête sur Ségolène Royal, ambassadrice des pôles : décryptage avec Sylvain Tronchet

    La diffusion d’une enquête sur Ségolène Royal dans l’émission Secrets d’Info samedi 16 novembre a fait réagir les auditeurs. Il y était question des activités de l’ancienne ministre de l’environnement et de son utilisation des moyens mis à disposition par le ministère des affaires étrangères. Cette enquête est signée Sylvain Tronchet, journaliste à la Cellule investigation de Radio France.

    ​​​​​​​​​​​​​​
    ÉCOUTER LE RDV
    Entretien avec Sibyle Veil présidente directrice générale de Radio France


    Sibyle Veil, Présidente directrice-générale de Radio France répond aux questions des auditeurs, nombreuses dans le contexte d’un mouvement social qui a perturbé les antennes de Radio France.

    ​​​​​​​



    ​​​​​​​

    ÉCOUTER LE RDV

    TOUS LES RENDEZ-VOUS
    ​​​​​​​
     
       
    Instagram
    @mediatriceradiofrance
    Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

    Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment. 

    Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL.
    Se désinscrire

    ​​​​​​​Crédits photo : © Christophe Abramowitz, Radio France. © Christophe Abramowitz, Radio France. © Christophe Abramowitz © Emmanuel Duparcq © Albert Courant INA