Version en ligne
#41/2021 - Octobre 2021


Voici les principales thématiques abordées par les auditeurs dans leurs courriels envoyés du 8 au 15 octobre 2021.
​​​​​​​Nous publions une sélection de leurs messages ci-dessous :

​​​​​​​
1. Hommage à Samuel Paty
2. La présence d'Éric Zemmour
3. Dominique Reynié et Pascal Blanchard : le débat du Grand entretien de France Inter
4. Laurent Berger, invité de Questions Politiques
5​​​. Pierre Ménès dans "Hors Piste" sur France Inter
6. Les Pieds sur Terre : "Médecins harcelés par les antivax"
7. Covid 19 : comment vont les Outre-Mer ?
8. La sage-femme Chantal Birman, invitée du 7h50 sur France Inter
9. Débat de l'actu : le nucléaire
10. La pédocriminalité dans l’Église catholique
11. Les obsèques de Bernard Tapie
12. Pêle-Mêle de remarques d'auditeurs
​​​​​​​13. Grève à Radio France
14. La langue française

 L'ÉDITO DE LA MÉDIATRICE
Points de vue d'auditeurs

​​​​​​​
La présence d'Éric Zemmour 

La semaine dernière nous évoquions ici les messages d’auditeurs qui, unanimement, demandaient aux rédactions de ne pas évoquer Éric Zemmour sur les antennes estimant qu’il n’y avait pas sa place. Nous expliquions alors que cette option n’était pas envisageable. Le journalisme c’est d’abord observer ce qui se passe, le relater, le décrypter. Or que donne à voir le réel ? En ce tout début de campagne présidentielle, Éric Zemmour polarise une partie du débat, les thèmes qu’il égrène cristallisent des réponses de la part des personnalités politiques jusqu’au président de la République et son nom pèse dans les sondages sans qu’il soit pour autant déclaré candidat. 

Incontestablement cet homme s’impose comme un acteur protéiforme du jeu politique : éditorialiste, polémiste, essayiste, nous assistons actuellement à la mue de cette figure médiatique en un personnage politique. Ce sont les faits, n’en déplaise à des auditeurs qui souhaiteraient ne pas entendre citer le nom d'Éric Zemmour sur les antennes. 

Alors que certains souhaitent qu’on n’en parle pas, d’autres estiment qu’on le censure, c’est la teneur des mails reçus cette semaine après le propos du journaliste Gilles Bornstein, dans une émission de Franceinfo tv, décrétant à propos d'Éric Zemmour : "Il n'a pas le droit de venir ici”. Précisons que l’émission était diffusée sur le canal 27, uniquement en télé, et non sur une antenne de Radio France mais il y a eu confusion pour des auditeurs. La formule, sémantiquement fautive, a été interprétée comme une interdiction d’antenne pour le polémiste. Le service de la médiation de Radio France a donc été destinataire de nombreux messages pour Franceinfo (radio), et les autres antennes du groupe : 

« Il n'est pas dans mes habitudes de pratiquer les courriers des lecteurs ou auditeurs, mais je voudrais m'élever avec force contre le veto d'Éric Zemmour sur la radio du service public. Le service public, financé par les impôts des Français, doit respecter la pluralité de leurs opinions, que cela vous plaise ou non. Je ne suis pas d'accord avec Zemmour, mais vous dénie le droit d'exercer une quelconque censure à son encontre. Vous vous cachez par ailleurs derrière le fait qu'il ne soit pas candidat est une plaisanterie : vous invitez nombre de personnes non-candidates, dont les propos sont d'un conformisme consternant dans leur souci de ne point déplaire. Éric Zemmour est porteur d'un débat qui met à jour les maux dont semblent souffrir beaucoup de nos concitoyens. Essayons de comprendre. Invitez Zemmour, questionnez-le sur le fond, faites-le débattre avec des contradicteurs et arrêtez de nous imposer votre doxa. Êtes-vous là, vous, journalistes et dirigeants du service public pour garantir la liberté d'expression et le droit à la pluralité ou pour vous comporter comme les commissaires politiques d'un autre âge ? Personne n'a le droit de me dire ce que je dois penser et à commencer par le service public. » 

« Qui sont ces journalistes pour prendre les auditeurs du service public pour des abrutis, incapables de prendre de la distance, d'avoir un esprit critique face au discours du polémiste ? Il s'agit d'un cas de censure intolérable. Si vous décidez d'interdire d'antenne, quiconque prononce des paroles gênantes, alors il va falloir censurer Marine Le Pen, Éric Ciotti, mais aussi Sandrine Rousseau et Jean-Luc Mélenchon. Mais qui décide ? Cessez de vous ériger en censeurs moralisateurs. Donnez-nous de l'information. Nous trierons le bon grain de l’ivraie. » 

Quel traitement journalistique les antennes de Radio France accordent à Éric Zemmour ? 
Réponses des directrices et directeur de France Inter, France Culture et Franceinfo : 

« Éric Zemmour à la parution de chacun de ses livres est venu en débattre sur France Inter dans la tranche du 7/9 d’abord, puis dans le Grand Face à Face, indique Laurence Bloch, directrice de France Inter, une invitation dans le Grand Face à Face lui a donc été proposée pour son dernier livre « La France n’a pas dit son dernier mot » sans qu’une date n’ait été possible à ce jour compte tenu de son agenda mais l’invitation est toujours d’actualité. Par ailleurs, en cette rentrée une invitation lui a été formulée pour l’un ou l’autre des rendez-vous politiques de la chaîne une fois sa candidature à l’élection présidentielle actée. » 

« A France Culture, nous pratiquons un journalisme d’idées qui a à questionner tous les courants de pensée. C’est ce que nous faisons déjà, et ferons encore », précise Sandrine Treiner, directrice de France Culture 

« Nous nous sommes posé la question et nous avons débattu ensemble, explique Jean-Philippe Baille, directeur de Franceinfo, comment fallait-il traiter son arrivée dans la campagne ? Nous avons d’abord estimé que c’était un essayiste qui était en promotion pour son dernier livre. Mais aujourd’hui, force est de constater qu’il est un acteur politique de cette campagne. D’ailleurs, le CSA lui-même le considère comme tel puisqu’il a décidé de décompter son temps de parole en tant que personnalité politique. Je crois qu’aujourd’hui, la question n’est pas de savoir « Est-ce qu'Éric Zemmour est candidat ? », mais : « Quand le sera-t-il ? » Ce n’est pas « si », mais « quand » la question qu’il faut se poser. Donc, pour Franceinfo, il est candidat. Candidat virtuel, certes, mais un candidat qui doit être traité comme les autres, selon ce qu’il représente sur l’échiquier politique. » Éric Zemmour viendra donc sur Franceinfo comme tous les autres candidats. 

Jean-Philippe Baille répond également aux questions des auditeurs ce dimanche dans le rendez-vous de la médiatrice à 11h51 sur Franceinfo. 
 

Grève à Radio France 

La CGT a lancé le mercredi 6 octobre un appel à la grève pour une durée indéterminée aux salariés de France Inter, France Musique, France Bleu à Paris, en particulier aux techniciens et aux réalisateurs. 

En cause, une expérimentation sur six émissions concernant différentes antennes du groupe, dans le cadre du projet "Prod'Cast" qui réorganise des équipes de production : du personnel initialement dédié à l’antenne est redéployé vers la production de podcasts et de nouveaux formats numériques, pour s’adapter à l’évolution des usages d’écoute de nos auditeurs. Pour la Direction, il s’agit de moderniser la production de la radio afin de préparer son avenir. Pour la CGT, cela remet en cause les métiers de la radio.  

Cette grève suscite de l’incompréhension chez des auditeurs : 

« On ne sait rien des motifs de cette grève qui nous prive d'un bon nombre d'émissions sur France Musique depuis le début de la semaine. Est-elle destinée à durer à l'instar de tristes précédents ? Combien de personnes à l'origine de ce blocage ? Un minimum d'informations sur le site de la radio serait bienvenu et marquerait de la considération envers les auditeurs, qui en manquent singulièrement. » 

« Pourquoi France Culture est-elle pratiquement la seule à supporter les mouvements de grève ? Ce sont essentiellement les auditeurs de cette radio "unique" qui en subissent les conséquences. Ces actions sont totalement improductives. Il serait grand temps d'inventer un autre mode d'action de protestation et d'améliorer l'information qui en est faite. » 

« Ne trouvant aucune explication dans la presse à propos du mouvement de grève actuellement en cours, je viens vers vous. Les auditeurs la méritent et sont aussi concernés par l'évolution possible de leurs programmes. » 


Afin d’éclairer les auditeurs, nous leur proposons de lire ici les raisons de cette expérimentation expliquées par la Direction de Radio France et de prendre connaissance des motifs de la grève par la CGT, à lire ici.
 

La parole médicale à l’honneur  

Signalons cette semaine les compliments d’auditeurs reçus après les témoignages d’acteurs du monde médical :  

Tout d’abord, le reportage des Pieds Sur Terre diffusé lundi 11 octobre sur France Culture avec les interviews de médecins recevant des menaces de mort :  l’une est généraliste dans un petit village du Gard et tient le centre de vaccination à bout de bras, tandis que le second, médecin à Fronton, près de Toulouse, défend publiquement la vaccination. Il a désormais un garde du corps : 

« Reportage édifiant ! Courage à ces médecins, qui malgré tout, veulent croire à l’humanité de leur prochain… » 

« J’aime beaucoup écouter Les Pieds sur Terre pendant que je déjeune. En écoutant celui-ci, deux témoignages de médecins ayant été menacés et agressés par des antivax (et pas que), j’ai eu du mal à retenir mes larmes. »  

« Un témoignage hyper poignant d’une médecin ayant TOUT donné pour le covid et en état de trouble de stress post-traumatique après agression. Hyper poignant. Pauvre femme… Comment en sommes-nous arrivés là ? » 


Beaucoup de messages très positifs également après l’interview de Chantal Birman par Léa Salamé jeudi à 7h50 sur France Inter. Chantal Birman est sage-femme libérale et à l’honneur dans le documentaire, "À la vie", signé par Aude Pépin, en salles le 20 octobre : 

« Un immense merci d’avoir mis en lumière les sage-femmes par le biais de Chantal Birman ! Ces femmes extraordinaires, de l’ombre, souvent discrètes, ont besoin de vous, les médias, pour se sauver et sauver les femmes de demain ! Sollicitez-les, allez les filmer, diffusez leurs paroles ! » 

« Merci d’avoir donné la possibilité de sortir du silence et de l’ombre les sage-femmes qui souffrent au travail. (…) Merci pour le sourire que vous m’avez offert ce matin en vous écoutant. » 



Le débat du Grand entretien 

Autre motif de satisfaction des auditeurs : le Grand entretien de 8h20 sous forme de débat dans lequel France Inter propose d’évoquer les sujets, les clivages, les fractures qui traversent ou vont traverser la campagne présidentielle. Le premier débat organisé hier abordait la question de la crispation identitaire que connaît la France ces derniers mois. Dominique Reynié, politologue, professeur des universités à Sciences Po, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) et Pascal Blanchard, historien, chercheur associé au CRIHM à l’Université de Lausanne étaient les invités de Léa Salamé et de Nicolas Demorand. 

« Merci pour ce début de débat que j’attendais depuis longtemps, car « le bloc » identitaire me devenait insupportable. Ceux qui pensent pouvoir s’enfermer dans des territoires réservés et zones culturelles exclusives non seulement se trompent, mais encore s’engagent au regard de l’Évolution à plus ou moins long terme vers la dégénérescence puis leur disparition. La vie n’est possible, riche et intéressante que de mes contacts avec la différence des autres et mon identité varie constamment en fonction de ces contacts. Les médias ne font qu’amplifier le phénomène Zemmour et Cie. Il est grand temps qu’ils relaient les opinions contraires, ce que vous venez de commencer ce matin !! Continuez, s’il vous plaît ! Sans parler de l’effet délétère des sondagiers ! » 

« Dominique Reynié et Pascal Blanchard, quelle qualité du débat et des propos ! Encore, on les veut encore ! » 

« Enfin un espace de débat respectueux et apaisé ! Ça fait beaucoup de bien à écouter! Merci à vous et belle journée. » 



Sortie de terrain 

Le consultant sportif spécialisé dans le football Pierre Ménès était, dimanche 10 octobre, l’invité de l’émission « Hors-piste » animé par Thomas Sotto : « Notre invité est passé par toutes les formes de popularité : ce sont d’abord les fans de foot qui ont fait connaissance avec ce chambreur qui s’est fait remarquer en jetant à la rivière le politiquement correct. Le foot, mais aussi le tennis qu’il aime pour et par Roger Federer. Puis il a ému le pays quand il s’est battu pour sa survie, après une double greffe “reins foie” Enfin, accusé à minima de sexisme et de dérapages, il a pris un carton rouge ces derniers mois » indique le site de l’émission. 

En effet, mis sur la touche fin mars après des accusations d'agressions sexuelles, l'ex-chroniqueur vedette du "Canal Football Club", âgé de 58 ans, a quitté le 1er juillet dernier la chaîne cryptée, mettant fin à près de 12 ans de collaboration. Ce départ est la conséquence de la diffusion le 21 mars sur Canal+ d'un documentaire sur le sexisme dans les rédactions sportives et la révélation de séquences l'incriminant, coupées au montage à la demande de la chaîne, soupçonnée de l'avoir protégé. 

Carton rouge également du côté des auditeurs qui n’ont pas vraiment goûté cette programmation d’une fin de dimanche après-midi :  

« Il fallait oser inviter Pierre Ménès. Thomas Sotto l'a fait ! Grande gueule, son côté "beauf" le rendait insupportable quand il parlait sport sur Canal Plus. Licencié pour attitudes incorrectes envers plusieurs femmes, le voilà de retour sur France Inter pour s'expliquer ! Sa misogynie récurrente s'est toujours mêlée à un anti-intellectualisme permanent. » 

« Ce monsieur, qui a infligé des baisers forcés à des femmes, et est accusé d'agressions sexuelles par d'autres, est connu pour son sexisme et sa vulgarité.
Vous voir servir son opération de victimisation est très déplacé pour toutes les victimes de violences sexuelles et sexistes.N'y a-t-il pas d'autres personnes que le service public pourrait mettre en avant ? » 



Langue Française  

Tous les soirs sur Franceinfo, Clément Viktorovitch décrypte les discours politiques et analyse les mots qui font l’actualité, une chronique plébiscitée par des auditeurs :  

« C'est un grand plaisir d'écouter les décryptages de Clément Viktorovitch sur FranceInfo. Ça fait du bien d'entendre quelqu'un prendre de la hauteur sur les discours politiques et l'actualité, et nous inciter à faire usage de notre esprit critique. Beau recrutement ! » 

« Je voudrais remercier et féliciter Clément Viktorovitch pour son émission “Entre les lignes”. C'est très intelligent et passionnant ! Ça nous permet d'apprendre à décrypter le langage des politiciens et autres orateurs. J'espère que cette émission restera sur la durée et ne s'arrêtera pas après les élections. Je pense qu'elle pourrait être utilisée par des professeurs de lycée pour enseigner aux élèves à lire entre les lignes. Encore merci, M. Viktorovitch ! » 


Nous recevons de plus en plus de messages sur le choix du lexique environnemental, des auditeurs signalant l’approximation récurrente d’expressions utilisées sur les antennes : 

« Je vous écris d'une part pour dire que la transition écologique est un terme qui n'existe pas en fait nous devons parler de transition énergétique. » 

« Cela fait 2 fois en moins de 2 semaines que j'entends votre journaliste dire "baisser la part du nucléaire à 50% de notre mix énergétique" alors que la question c'est de "le baisser à 50% de notre mix électrique". L'électricité et l'énergie ce n'est pas la même chose, l'électricité n'est qu'une (petite) part de l'énergie que l'on consomme... Et il serait donc bon que les journalistes de Radio France utilisent les deux termes à bon escient.   
De façon générale, les sujets environnementaux et énergétiques sont compliqués, demandent de la pédagogie, et sont en même temps des sujets absolument primordiaux pour comprendre le monde dans lequel on vit, faire des choix éclairés pour les prochaines années. Les erreurs et approximations sur ces sujets sont donc particulièrement gênants. Avez-vous prévu de former les journalistes de Radio France sur ces sujets ? » 


Enfin une auditrice nous écrit : “Permettez-moi de vous signaler une faute de français : on ne dit pas que la femme victime des violences de son mari a été « gravement blessée » mais « grièvement blessée. »” 

Dit-on « Grièvement » ou « Gravement » ? Quelle différence de sens apporte l’utilisation de l’un ou de l’autre ? Laélia Véron, enseignante-chercheuse en stylistique et langue française répond aux auditeurs dans cette vidéo
​​​​​​

Emmanuelle Daviet
Médiatrice des antennes de Radio France 
​​​​​​​

HOMMAGE A SAMUEL PATY

Message d'auditeur
« J’ai l’immense bonheur d’être professeure des écoles à la Réunion, à Saint Denis, dans une REP+ où 70% de nos élèves sont d’obédience musulmane.
Jamais, à aucun moment de ma carrière je n’ai été confrontée à une atteinte à la laïcité. Je crois que c’est grâce au multiculturalisme qui prévaut ici.
Mes élèves (cm1) discutent très librement et très simplement de leurs différentes religions et sont très curieux des traditions culturelles des uns et des autres, tout au long de l’année, surtout à l’occasion des différentes fêtes religieuses qui émaillent notre calendrier spécifique (fêtes musulmanes, chrétiennes, tamoules, shintoïste…) Bien sûr, il m’arrive de donner quelques éclairages historiques mais cela se passe toujours très très bien.
Je travaille cependant les concepts de laïcité et de liberté d’expression avec eux, sous formes de jeux de rôle, et ils sont toujours capables de s’emparer de ces sujets avec beaucoup d’enthousiasme et de respect les uns envers les autres ; parce que je suis toujours à leur écoute et que je m’évertue à valoriser leurs différences cultuelles et culturelles.
Le livre le plus emprunté de ma bibliothèque de classe c’est « La réunion des religions » un ouvrage très intelligent qui fait un inventaire très factuel des différentes grandes religions.
Les élèves adorent… »
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LA PRÉSENCE D'ÉRIC ZEMMOUR

Message d'auditeur
« Il n'est pas dans mes habitudes de pratiquer les courriers des lecteurs ou auditeurs mais je voudrais m'élever avec force contre le veto d'Éric Zemmour sur la radio du service public. Le service public, financé par les impôts des Français, doit respecter la pluralité de leurs opinions, que cela vous plaise ou non. Je ne suis pas d'accord avec Zemmour mais vous dénie le droit d'exercer une quelconque censure à son encontre. Vous cacher par ailleurs derrière le fait qu'il ne soit pas candidat est une plaisanterie : vous invitez nombre de personnes non-candidates, dont les propos sont d'un conformisme consternant dans leur souci de ne point déplaire. Éric Zemmour est porteur d'un débat qui met à jour les maux dont semblent souffrir beaucoup de nos concitoyens. Essayons de comprendre. Invitez Zemmour, questionnez-le sur le fond, faites-le débattre avec des contradicteurs et arrêtez de nous imposer votre doxa. Êtes-vous là, vous, journalistes et dirigeants du service public pour garantir la liberté d'expression et le droit à la pluralité ou pour vous comporter comme les commissaires politiques d'un autre âge ? Personne n'a le droit de le dire ce que je dois penser et à commencer par le service public. »
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

DOMINIQUE REYNIÉ ET PASCAL BLANCHARD : LE DÉBAT DU GRAND ENTRETIEN DE FRANCE INTER

Message d'auditeur
« Merci pour ce début de débat que j’attendais depuis longtemps, car « le bloc » identitaire me devenait insupportable. Ceux qui pensent pouvoir s’enfermer dans des territoires réservés et zones culturelles exclusives non seulement se trompent, mais encore s’engagent au regard de l’Évolution à plus ou moins long terme vers la dégénérescence puis leur disparition. La Vie n’est possible, riche et intéressante que de mes contacts avec la différence des autres et mon identité varie constamment en fonction de ces contacts. Les médias ne font qu’amplifier le Phénomène Zemmour et Cie. Il est grand temps qu’ils relaient les opinions contraires, ce que vous venez de commencer ce matin !! Continuez, s’il vous plaît ! Sans parler de l’effet délétère des sondagiers !  »
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LAURENT BERGER, INVITÉ DE QUESTIONS POLITIQUES

Message d'auditeur
« Émission Politique : Laurent Berger évoque la difficulté d’un jeune noir à trouver du travail. Quelques secondes plus tard une journaliste intervient : « puisque vous m’amenez vous-même sur le terrain de l’émigration ». Berger : « je parlais de discrimination, pas d’émigration. » Bonheur de voir la réactivité d’un invité. Tristesse à propos d’une journaliste qui pense qu’un noir est forcément un immigré. On n’est pas rendus ! »
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

PIERRE MÉNÈS DANS "HORS-PISTE"
​​​​​​​SUR FRANCE INTER

Message d'auditeur
« Il fallait oser inviter Pierre Ménès. Thomas Sotto l’a fait ! Grande gueule, son côté "beauf" le rendait insupportable quand il parlait sport sur Canal Plus. Licencié pour attitudes incorrectes envers plusieurs femmes, le voilà de retour sur France Inter pour s’expliquer ! Sa misogynie récurrente s’est toujours mêlée à un anti-intellectualisme permanent. France Inter a jugé bon de donner une heure d’antenne à ce triste personnage. Désolant. J’aurais beaucoup à dire mais à quoi bon ?…  »
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LES PIEDS SUR TERRE :
"MÉDECINS HARCELÉS PAR LES ANTIVAX" ​​​​​

Message d'auditeur
« Reportage édifiant ! Courage à ces médecins, qui malgré tout, veulent croire à l'humanité de leur prochain... »
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

COVID 19 : COMMENT VONT LES OUTRE-MER ?

Message d'auditeur
« Je pense qu’il y a une défiance vis à vis de l’état français – vu par beaucoup pour un état colonial « blanc » – qui s’applique à la politique vaccinale Covid. Cette défiance est notamment due à « l’expérience » du chloredécone (insecticide répandu dans les années 90 sur les bananeraies entre autres) pendant laquelle les pouvoirs publics – dont l’ARS – avait « caché » la dangerosité du produit pendant des années.  »
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LA SAGE-FEMME CHANTAL BIRMAN, INVITÉE DU 7H50 SUR FRANCE INTER

Message d'auditeur
« Un immense merci d’avoir mis en lumière les sage-femmes par le biais de Chantal Birman !
Ces femmes extraordinaires, de l’ombre, souvent discrètes, ont besoin de vous, les médias, pour se sauver et sauver les femmes de demain ! Sollicitez-les, allez les filmer, diffusez leurs paroles ! Comme elles, donnez-leur vie tous les jours ! »
​​​​​
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

Débat de l'actu
Le nucléaire

Message d'auditeur
« Des petits réacteurs moins dangereux que de gros EPR, certes. Mais qu’envisageons-nous de faire de nos déchets nucléaires ? Allons-nous continuer à les exporter en toute impunité en Sibérie comme le dénonce Greenpeace ces derniers jours ? Allons-nous continuer à réfléchir à court terme en polluant notre terre ??
 »  
LIRE PLUS DE MESSAGES

LA PÉDOCRIMINALITÉ DANS L'ÉGLISE CATHOLIQUE

Message d'auditeur
« Concernant les scandales dans l’Église catholique, je trouve regrettable que le mot "catholique" soit oublié par les journalistes, comme s’il y avait en France qu’une seule Église, jusqu’à maintenant les différentes églises protestantes ou les églises orthodoxes ne sont pas concernées par ces scandales. »​​​​​
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LES OBSÈQUES DE BERNARD TAPIE

Message d'auditeur
« D’accord, vous vous devez de traiter de l’actualité. Pour autant, participer à la logorrhée démagogique à propos de Bernard Tapie est insupportable. Marseille, l’OM, etc. Et allez donc, de la démagogie footballistique ! Vous n’avez pas réellement insisté, voire mentionné, les affaires sombres, les entreprises rachetées pour 1 franc symbolique, puis dépecées, revendues avec bénéfices, mais tant de salariés laissés sur le carreau. Et n’oublions pas l’affaire du match truqué, et celle du Crédit Lyonnais. Populaire le Nanard ? Certes ! Mais escroc. Escroc surtout !  »​​​​​
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

PÊLE-MÊLE DE REMARQUES

Messages d'auditeurs
« C'est un grand plaisir d'écouter les décryptages de Clément Viktorovitch sur Franceinfo. Ça fait du bien d'entendre quelqu'un prendre de la hauteur sur les discours politiques et l'actualité, et nous inciter à faire usage de notre esprit critique.
Beau recrutement !
» (Franceinfo) 

« Comme chaque matin j'écoute l'Instant M de Sonia Devillers. En recevant ce matin Davet et Lhomme pour leur livre "le traitre et le néant" Sonia Devillers a fait preuve de courage et de lucidité et d'indépendance d'esprit par son questionnement très incisif et très intelligent. En effet ces deux journalistes se pensent sans aucune humilité les faiseurs de président de la France. Après avoir démoli plusieurs prédécesseurs de Macron ils s'arrogent en tant que "contre-pouvoir" le droit de dresser un portrait à charge contre notre président actuel. Ils confondent être "contre-pouvoir" et être contre le pouvoir.
LIRE LA SUITE » (France Inter)​​​​​

« Émission sur le tourisme spatial. J’ai été choqué par cet épisode qui a fait la promotion du tourisme spatial qui est une activité hautement émettrice de co2 en totale contradiction avec l’urgence climatique Très déçu que ce point capital n’ait pas été abordé. » (France Culture)
​​​​​​​​​​
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

GRÈVE À RADIO FRANCE

Message d'auditeur
« A l’occasion de grèves, actuellement, qui suppriment certaines émissions. Je souhaiterais connaitre les expériences en cours qui sont dites motiver ces grèves. Au lieu de subir passivement ces grèves et privations cela apporterait un peu de sens.  »​​​​​

La CGT a lancé le mercredi 6 octobre un appel à la grève pour une durée indéterminée aux salariés de France Inter, France Musique, France Bleu à Paris, en particulier aux techniciens et aux réalisateurs.

En cause, une expérimentation sur six émissions concernant différentes antennes du groupe, dans le cadre du projet "Prod'Cast" qui réorganise des équipes de production: du personnel initialement dédié à l’antenne est redéployé vers la production de podcasts et de nouveaux formats numériques, pour s’adapter à l’évolution des usages d’écoute de nos auditeurs. Pour la Direction, il s’agit de moderniser la production de la radio afin de préparer son avenir. Pour la CGT, cela remet en cause les métiers de la radio. 

Cette grève suscite de l’incompréhension chez des auditeurs :

Afin de les éclairer, nous leur proposons de lire ci-dessous les raisons de cette expérimentation expliqués par la Direction de Radio France et de prendre connaissance des motifs de la grève par la CGT, à lire sur notre site.
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet

LA LANGUE FRANÇAISE  

Message d'auditeur
« Cela fait 2 fois en moins de 2 semaines que j’entends votre journaliste dire « baisser la part du nucléaire à 50% de notre mix énergétique » alors que la question c’est de « le baisser à 50% de notre mix électrique ». L’électricité et l’énergie ce n’est pas la même chose, l’électricité n’est qu’une (petite) part de l’énergie que l’on consomme… Et il serait donc bon que les journalistes/chroniqueurs.euses/présentateurs.rices de Radio France utilisent les deux termes à bon escient.  De façon générale, les sujets environnementaux et énergétiques sont compliqués, demandent de la pédagogie, et sont en même temps des sujets absolument primordiaux pour comprendre le monde dans lequel on vit, faire des choix éclairés pour les prochaines années. Les erreurs et approximations sur ces sujets sont donc particulièrement gênants. Avez-vous prévu de former les journalistes de Radio France sur ces sujets ?​​​​​​​ »​​​​​
 À lire, une sélection de messages sur le même sujet


Vidéo
"Grièvement" ou "Gravement"? – Laélia Véron


“Permettez-moi de vous signaler une faute de français : on ne dit pas que la femme victime des violences de son mari a été « gravement blessée » mais « grièvement blessée.»”

Quelle différence de sens apporte l’utilisation de l’un ou de l’autre ? Laélia Véron, enseignante-chercheuse en stylistique et langue française répond aux auditeurs.
Co-autrice avec Maria Candea des livres « Le français est à nous » et « Parler comme jamais »
VOIR LA VIDÉO
​​​​​​​
Sur France Inter, Franceinfo et France Culture, la médiatrice des antennes répond à vos questions et vos réactions en compagnie d’un invité. Elle vous fait également découvrir le fonctionnement et les coulisses de la radio.
France Inter (le dernier vendredi du mois à 9h40)
Franceinfo (tous les dimanches à 11h51 et 13h24)
France Culture (un jeudi sur deux dans la Grande Table à 13h20).


[PROCHAIN RENDEZ-VOUS] 
Dimanche 17 octobre sur Franceinfo à 11h51 et 13h24:  "Les sondages à l'occasion de la campagne présidentielle".  Emmanuelle Daviet reçoit Jean-Philippe Baille, directeur de Franceinfo
​​​​​​​​​​​​​​
France Inter
Couverture éditoriale du procès des attentats du 13 novembre

Cette nuit d’horreur a profondément traumatisé la France et la couverture journalistique du procès a suscité dès le premier jour de nombreuses questions de la part des auditeurs, Jean-Philippe Deniau chef du service police justice de France Inter et Charlotte Piret sont au micro d'Emmanuelle Daviet.​​​​​​​

​​​​​​​
ÉCOUTER LE RDV
France Culture
Remarques d'auditeurs



"Pourquoi donner la parole à cet invité ?" ; "Comment est-il possible qu'un producteur de la chaîne vienne faire la promotion de son livre à l'antenne ?" ; "Il est dommage de ne donner la parole qu'à des hommes"... Les remarques d'auditeurs sont nombreuses cette semaine. Pour leur répondre, Sandrine Treiner, directrice de France Culture est au micro d'Emmanuelle Daviet.​​​​​
ÉCOUTER LE RDV
Franceinfo
La cellule « Le Vrai du faux » sur franceinfo


Au micro d’Emmanuelle Daviet, un membre de la rédaction pour éclairer nos auditeurs sur le fonctionnement de FranceInfo, ce dimanche c’est Antoine Krempf qui dirige la cellule "vrai du faux" de Franceinfo. Nous allons donc parler aujourd’hui de vérification de l’information, outil pour lutter notamment contre le complotisme.
​​​​​​​​​​​​​
ÉCOUTER LE RDV
 
 

Chaque semaine, les auditeurs nous écrivent pour suggérer des thèmes de reportages. Leurs courriels sont relayés auprès des rédactions qui parfois s’en inspirent ou bien qui ont déjà traité le sujet.​​​​​​​
​​​​​​​
 
   
Instagram
@mediatriceradiofrance
Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment. 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL.
Se désinscrire

Équipe de la médiatrice : 

Catherine Cadic
Juliette Fayollet
​​​​​​​Eden Perrin

Crédits photo : © Christophe Abramowitz, Radio France © Bertrand Guay AFP © JOEL SAGET  AFP © Capture d'écran France Inter © Capture d'écran RF © Bertrand Guay AFP  © AFP © Alain Jocard AFP © Capture d'écran France Inter © AFP SEBASTIEN LAPEYRERE  HANS LUCAS © KARINE DECALF FRANCE BLEU AUXERRE © ROMAIN AMBRO FRANCE BLEU PROVENCE © Christophe Abramowitz, Radio France 
​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​ ​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​
Avec AFP et Agence Interne